Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives au Liban

Geagea décrète la "mobilisation générale" des FL avant les élections

Le chef des FL affirme que l'échéance électorale sera l'occasion pour les Libanais d'en finir avec la situation critique provoquée par l'alliance entre le Hezbollah et le CPL.

Geagea décrète la

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, à Meerab, le 25 décembre 2021. Photo Joseph EID/AFP

Le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, a décrété samedi la "mobilisation générale" de son parti en vue des législatives du 15 mai prochain, affirmant vouloir "sauver le Liban", alors qu'il se présente comme le chantre de l'opposition à la classe politique au pouvoir, Hezbollah et Courant patriotique libre (CPL) en tête. Dans ce contexte, le chef des FL a estimé que ses "chances de réussite sont très élevées en raison du grand changement dans l'opinion publique".

Il y a trois jours, le leader chrétien avait déjà accusé les deux formations d'avoir conduit les Libanais en enfer, et assuré qu'il était impossible qu'un nouvel accord de Meerab soit conclu pour faire parvenir le chef du CPL, Gebran Bassil, à la présidence" lors de l'élection prévue en octobre 2022, dans une référence à l'accord FL-CPL qui avait porté Michel Aoun à la tête de l'Etat en 2016.

"Salut national"
Lors d'une réunion du bureau central des FL, M. Geagea a appelé non seulement au lancement de la machine électorale de son parti mais aussi à la mobilisation de toutes les autres instances de la formation, estimant que les élections constituent "le seul moyen qui permettra de parvenir au salut national". Il a en effet estimé qu'il s'agit d'une "bataille pour sauver le Liban d'une tentative de changement de son identité et de son histoire", une critique implicite du Hezbollah, allié chiite des aounistes, dont l'implication dans les guerres régionales a provoqué une crise diplomatique avec les monarchies arabes du Golfe. "C'est également la bataille des Libanais pour se débarrasser de la réalité déplorable à laquelle les a menés l'alliance entre le Hezbollah, le CPL et les partis qui sont avec eux", a-t-il précisé.

Lire aussi

Entre les FL et le courant du Futur, le torchon brûle mais...

Le leader des FL a estimé, par ailleurs, que les chances de réussite des FL "sont très élevées en raison du grand changement dans l'opinion publique, qui a compris le danger de la présence d'un pouvoir pensant uniquement à ses intérêts et ayant mené le pays à l'effondrement". "Il est inévitable que la nouvelle majorité se retrouve dans le camp de ceux qui veulent sauver le Liban. Il ne s'agit pas uniquement des Forces libanaises, mais de tous ceux qui partagent avec elles cet objectif et cette ligne d'action", a affirmé M. Geagea.

"Enfer" et "opération de sauvetage"

"Cette bataille est existentielle. Sur ce, nous devons bien nous préparer parce que ces élections constituent la voie essentielle qui permettra de sortir le Liban du gouffre dans lequel il se trouve et le sauver de l'enfer dans lequel ils l'ont placé", a renchéri le leader maronite. "Ils veulent changer notre histoire, mais nous ne les laisserons pas faire. L'opération de sauvetage est difficile mais possible. Nous y participerons avec toutes nos forces, afin de conduire le Liban à la place qu'il mérite", a ajouté M. Geagea.

Lire aussi

Geagea : Il est impossible qu'un nouvel accord de Meerab soit conclu

Mercredi, le chef des FL avait estimé que "le président de la République (Michel Aoun) qui rampe, fait volte face et change de position, n'est pas un président de la République", assurant que "ce qui se passe aujourd'hui au Liban, en est la plus grande preuve".

Le chef des FL a enfin assuré faire face à toute tentative de torpillage des élections, soulignant que l'armée libanaise et les forces de sécurité sont à même de garantir son bon déroulement.

Les Libanais, dont 74% vivent désormais sous le seuil de pauvreté, espèrent que les législatives provoquent un changement dans le pays, paralysé depuis plus de deux ans par la pire crise socio-économique et financière de son histoire contemporaine, au moment où une importante tranche de la population accuse la classe au pouvoir d'incompétence et de corruption. Mais en raison de la profonde crise politique actuelle qui paralyse le gouvernement de Nagib Mikati, certains observateurs redoutent un report pur et simple des élections.


Le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, a décrété samedi la "mobilisation générale" de son parti en vue des législatives du 15 mai prochain, affirmant vouloir "sauver le Liban", alors qu'il se présente comme le chantre de l'opposition à la classe politique au pouvoir, Hezbollah et Courant patriotique libre (CPL) en tête. Dans ce contexte, le chef des FL a estimé que ses...

commentaires (11)

il s'agit de voter pour vous éliminer tous! hypocrites, vous changez de couleur plus facilement que les caméléons, inoffensifs eux... nous espérons que les libanais ne verrons pas leur salut venir de ceux qui les ont menés là où ils sont actuellement.

Tous Dehors

15 h 35, le 09 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • il s'agit de voter pour vous éliminer tous! hypocrites, vous changez de couleur plus facilement que les caméléons, inoffensifs eux... nous espérons que les libanais ne verrons pas leur salut venir de ceux qui les ont menés là où ils sont actuellement.

    Tous Dehors

    15 h 35, le 09 janvier 2022

  • Désolé Monsieur Geagea vous portez une grande responsabilité concernant l’arrivée au pouvoir du régime de Michel Aoun et de ses alliés. Vous vous êtes laissé berner car on vous avait promis qu’en 2022 ça sera votre tour.

    Liberté de penser et d’écrire

    11 h 19, le 09 janvier 2022

  • C’est le seul parti qui sera capable de balancer la force, si les libanais vont voter les yeux fermés pour les soi-disant partis civile (car pour arriver à avoir un Liban non confessionnel il faudra passer par plusieurs étapes c’est bien beau de deconfessionaliser le parlement mais on fait quoi avec le peuple !!?!? ) alors l’axe du refus aura gagné son pari … donc c’est le seul parti qui sera capable de remettre le Liban et les libanais sur les rails tel que l’esprit de la constitution le demande

    Bery tus

    05 h 45, le 09 janvier 2022

  • Le président chrétien "fort" fait des pieds et des mains pour empêcher la diaspora chrétienne de participer aux élections. Lui et son gendre-successeur sont prêts à faire toutes sortes de concessions (enquête du juge Bitar et autres) si le Hezb s'engage à faire "élire" Gebran Bassil prsident et si Berri modifie la loi électorale afin d'empêcher les Libanais, notamment les chrétiens, de voter pour les circonscriptions du territoire libanais. L'avenir politique de Bassil compte beaucoup plus pour le président que l'avenir de ses concitoyens, notamment des chrétiens parmi eux.

    Youssef Najjar

    22 h 58, le 08 janvier 2022

  • IL NE FAUT PAS DES ELECTIONS CAR AVEC UNE COMMUNAUTE ARMEE ET QUI EXERCE DES INTIMIDATIONS, DES MENACES VOIRE DES ASSASSINATS POINT D,.ELECTIONS LIBRES ET DEMOCRATIQUES. IL FAUT D,ABORD LES DERACINER DE LA SCENE NATIONALE POUR OUVRIR LA VOIE A DES ELECTIONS ET DES CHANGEMENTS.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    19 h 12, le 08 janvier 2022

  • ESPERONS QUE VOUS AVEZ RAISON HAKIM. MOI, JE NE VOIS PAS DES LEGISLATIVES MAIS DU TORPILLAGE AOUNISTO-HEZBOLLAHI.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    18 h 58, le 08 janvier 2022

  • On se demande pourquoi tous les opposants ont mis autant de temps pour réagir à l’usurpation et la destruction du pays. Pourquoi aucun appel a l’union sacrée ne s’est elle pas faite il y trois ou quatre an, avant la dislocation du pays et l’anéantissement de son peuple. Nous sommes las de vous tous et de vos manigances. Comment peut on croire encore à une quelconque issue maintenant que les toutes les institutions sont aux mains des vendus et de leurs alliés pourris.

    Sissi zayyat

    18 h 39, le 08 janvier 2022

  • M Geagea, pourquoi ignorez vous M Berry, pourquoi l’epargner … C’est suspect …

    Nader

    18 h 00, le 08 janvier 2022

  • Les élections ne vont rien changer. Avant de faire des élections, il faut éliminer tous les traitres, les corrompus, les milices et surtout les partis du mal à savoir tous ceux qui sont contre l'édification d'un Etat libre, indépendant et souverain. Mais pour les éliminer, il faut une guerre ou une révolution. Une vraie révolution avec un peuple uni qui descendra dans la rue par millions pour déloger notre crasse politique.

    Achkar Carlos

    17 h 15, le 08 janvier 2022

  • Docteur; j’ai mal à la tête !!!

    Samir Tabet

    16 h 05, le 08 janvier 2022

  • IL SUFFIT DE SE CONCENTRER ET RÉFLÉCHIR QUELQUES MINUTES SUR LE SUJET ET LA SITUATION POUR COMPRENDRE QU’IL N’Y AURA PAS DES ÉLECTIONS LIBRES AU LIBAN, NI EN MAI 2022, Ni 23. L’IMMIGRATION CONTINUE DE PLUS BELLE. C’EST TROP TARD POUR CHANGER QUOI QUE SE SOIT. C’EST LA TRISTE RÉALITÉ.

    Gebran Eid

    14 h 54, le 08 janvier 2022

Retour en haut