Rechercher
Rechercher

Culture - Entretien Express

Ibrahim Maalouf : J’avais envie d’offrir à nos enfants un peu de douceur dans ce monde de fous

Non, le célèbre trompettiste libano-français ne s’est pas improvisé philosophe, même s’il vient de publier un livre dans lequel il expose sa « Petite philosophie de l’improvisation » (éd. Équateurs/Mister Ibé). Cet opus lui trottait dans la tête depuis longtemps, confie-t-il à « L’OLJ ». Tout comme l’album de reprises des standards de Noël qu’il vient de sortir à l’occasion des fêtes, dont il nous révèle la genèse dans cet entretien en mode quelque peu improvisé !

Ibrahim Maalouf : J’avais envie d’offrir à nos enfants un peu de douceur dans ce monde de fous

L’album a été enregistré en grande partie à l’église Saint-Julien-le-Pauvre à Paris. Photo tirée du compte Instagram officiel d'Ibrahim Maalouf

Vous semblez avoir une actualité foisonnante en ce moment avec la sortie quasi simultanée de votre nouvel album First Noël et de votre livre sur l’improvisation. Parlez-nous d’abord de votre CD. Est-ce votre récente paternité qui est à l’origine de votre envie de revisiter à la sauce jazzy les chants de Noël de votre enfance ?

Cet album est un mélange entre musique classique, chants de Noël, musiques jazz, chants orientaux, et un peu de pop. Le tout arrangé à ma façon avec trompette, piano, guitare et huit voix magnifiques de femmes. L’album a été enregistré en grande partie à l’église Saint-Julien-le-Pauvre à Paris. Et la raison pour laquelle j’ai eu envie d’enregistrer cet album est la naissance de mon fils Nael. J’avais envie de lui offrir un premier Noël magique. Nous vivons dans un monde terriblement violent, et il n’y a rien d’autre à offrir à nos enfants qu’un peu de douceur pour leur donner envie de vivre dans ce monde de fous.

En écoutant des extraits sur Spotify, on est justement ébloui par la formidable douceur du son, cet apaisement magique, qui émane de votre trompette. Est-ce aussi pour briser la réputation d’antidouceur de cet instrument que vous avez eu envie de « trompettiser » ces mélodies ?

Non, pas vraiment. J’ai toujours aimé cet aspect-là de cet instrument. La trompette est un instrument méconnu en Orient, mais extrêmement à la mode aux États-Unis, en Amérique du Sud ou en Europe. Cela provient, en grande partie, du fait qu’on n’a jamais eu de vrais bons professeurs, sauf depuis une vingtaine d’années. Dans la tête des gens, la trompette, c’est un instrument fort, qui casse les oreilles, et qu’on joue pour les mariages et les enterrements. Mais c’est faux.

Lire aussi

Ibrahim Maalouf : une vie dans un « ascenseur émotionnel »

Le lancement de cet album s’accompagne-t-il d’une tournée de concerts en cette période des fêtes ?

Nous avons fait plusieurs concerts de Noël, mais avec cet album, je pense qu’il y en aura chaque année !

Et dans le même registre musical : à quand une collaboration sur un album Ibrahim Maalouf-Hiba Tawaji ?

Nous avons déjà collaboré ! Avec Matthieu Chédid lors de la création à l’Olympia de la chanson Mappemonde, à l’occasion du concert de levée de fonds « Unis pour le Liban » sur France 2 le 1er octobre 2020 pour venir en aide aux victimes de l’explosion du 4 août. Nous collaborons régulièrement, notamment sur son prochain album.

De jazzman, on vous découvre aussi auteur. Vous venez de publier « Petite philosophie de l’improvisation » aux éditions Équateurs/Mister Ibé. Racontez-nous comment est né l’idée de cet ouvrage ? Y a-t-il un événement qui a provoqué en vous le déclic de son écriture ? Ou était-ce un sujet auquel vous pensiez depuis longtemps ?

J’ai commencé à écrire ce livre il y a pratiquement sept ans. Mais les tournées, la famille et les albums m’ont empêché d’avancer à la bonne vitesse. Et puis j’ai rencontré une éditrice extraordinaire, Jeanne Pham Tran, qui m’a encouragé et aidé à le terminer. Elle me posait des questions, coupait dans mon texte, restructurait un peu tout. Et c’est ainsi que finalement j’ai pu le terminer.

De la trompette à la philosophie, Ibrahim Maalouf célebre l'art de l'improvisation. DR

À qui pensez-vous vous adresser à travers ce livre ?

À tout le monde. Ce sont des réflexions qui s’adressent à toute personne, musicienne ou pas, qui connaît mon travail ou non, mais qui simplement souhaite essayer de comprendre pourquoi j’insiste autant pour réintégrer cette discipline qui semble si anodine dans l’enseignement.

Justement, vous qui êtes passé maître dans l’improvisation musicale, quelle part allouez-vous à l’improvisation dans votre vie quotidienne, personnelle et familiale ?

L’improvisation est partout dans la vie. Pas uniquement dans la mienne, mais chez tout le monde. Et c’est dans les pays qui traversent des crises importantes – comme c’est le cas du Liban aujourd’hui qui traverse sa crise la plus lourde – qu’on se rend compte à quel point la population doit improviser chaque jour pour réussir à trouver des solutions pour nourrir ses enfants, éduquer ses jeunes, réparer sa maison et sa voiture, se soigner, etc. En ce sens, les Libanais savent particulièrement improviser…

Lire aussi

Ibrahim Maalouf, pour un souffle d’espoir, trompette à l’appui

S’il ne fallait retenir qu’une seule phrase de votre « Petite philosophie de l’improvisation », ce serait laquelle ?

Seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin. Nous avons besoin de réapprendre à trouver nos dénominateurs communs pour construire une société harmonieuse.

Vous semblez avoir une actualité foisonnante en ce moment avec la sortie quasi simultanée de votre nouvel album First Noël et de votre livre sur l’improvisation. Parlez-nous d’abord de votre CD. Est-ce votre récente paternité qui est à l’origine de votre envie de revisiter à la sauce jazzy les chants de Noël de votre enfance ? Cet album est un mélange entre musique classique,...
commentaires (3)

Bravo et bon courage à vous 2. Vous êtes la fierté du Liban. Ca redonne un peu, un visage moderne du pays, alors que certains veulent l'enfoncer et en faire un gaza bis quémendant et vivant aux crochets de la communauté internationale.

LE FRANCOPHONE

17 h 26, le 28 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Bravo et bon courage à vous 2. Vous êtes la fierté du Liban. Ca redonne un peu, un visage moderne du pays, alors que certains veulent l'enfoncer et en faire un gaza bis quémendant et vivant aux crochets de la communauté internationale.

    LE FRANCOPHONE

    17 h 26, le 28 décembre 2021

  • BRAVO AND GOG BLESS YOU!

    Marie Claude

    07 h 39, le 28 décembre 2021

  • Faire la promotion du cd juste après la fête de Noël, revient à écouter Rameau après Pâques ! Sauf peut-être pour un mélomane Orthodoxe. Je ne comprends pas l’engouement des artistes pour les chants de Noël, ce créneau de marché de clientèle restreinte. (J’en ai une centaines de disques !!!, c’est vous dire). Après son épouse Hiba et son cd Hallelujah, le mari Ibrahim se met également à la reprise d’anciens succès de chants de Noël aux arrangements subtils avec quelques nuances pour bien montrer son talent. Il faut dire chez les Maalouf, vitrine libanaise, un autre s’est essayé à l’écriture de livrets où ‘’l’Orient et l’Occident s’entremêlent’’, et là, je ne commente pas, par crainte d’être pris pour un zémmourien. Ecoutez, au rythme où vont les choses, et si l’on me laissera le choix de fêter Noël sur une île déserte, seul l’Oratorio de Noël de Bach m’accompagnera. Il faut dire que le Jean-Sébastien avait du génie, car en l’écoutant, j’ai la peau couverte de chair de poule. Désolé, pour les lieux communs des réponses du ‘’philosophe’’ dans l’interview.

    L’OLJ PRIVE SES LECTEURS DE LA VERSION "PDF"

    01 h 32, le 28 décembre 2021

Retour en haut