Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Les larmes du petit Joseph

Pourtant Joseph avait été un bon élève cette année, il a tout fait pour que madame Yolande, la maîtresse principale, soit satisfaite et contente. Même dans la cour durant la récréation il ne voulait pas trop courir pour ne pas donner l’impression d’être un élève turbulent... Et en plus il a écrit tout en majuscules la lettre adressée au père Noël.

C’est vrai qu’il a juste six ans, mais il savait respecter sa promesse, Joseph, car sa grand-mère Nayla lui avait bien expliqué que le père Noël aimait les enfants travailleurs et polis.

Comme tous les enfants de son âge, Joseph aimait avoir des jouets, beaucoup de jouets. Il aimait les voitures téléguidées, le Lego, le fusil pour jouer au cow-boy avec ses amis Alain et Micho du même immeuble, avec un penchant spécial pour ce ballon rouge qu’il voyait les matins dans la vitrine du magasin de sport lorsqu’il se rendait à l’école. Comme il était beau ce ballon rouge brillant avec des étoiles en noir et blanc.

L’année passée a été difficile pour Joseph parce qu’il n’a pas eu de cadeaux durant toute l’année, même pour son anniversaire… Si ! Un pyjama que sa tante Marie lui a offert. Tout cela à cause de la situation qu’on appelle « économique ».

Il ne comprenait rien de tous ces grands mots que l’on ne cessait d’utiliser à la maison et qu’il a finalement appris par cœur : économie, pauvreté, cherté... Mais ce n’était pas sa faute à lui... Pourquoi il ne recevait pas de cadeaux et pourquoi son papa et surtout sa maman étaient toujours tristes depuis un certain temps...

Sa grand-mère Nayla lui avait un peu expliqué que le travail de papa n’était pas aussi bien qu’avant et c’est pour cela que parfois il restait à la maison, en plus sa maman ne travaillait plus, raison pour laquelle ils n’ont pas passé l’été à la montagne comme avant. Mais Joseph ne voulait pas comprendre car tout cela semblait être du bla-bla-bla, il voulait des jouets comme tous les enfants du monde.

Nayla, pour l’apaiser, alors qu’il commençait à être déprimé, lui avait fait une révélation : s’il étudiait bien et obéissait à ses parents, sûrement que le père Noël, qui nous observe tout le temps, allait lui apporter des cadeaux. Ce que petit Joseph a appliqué à la lettre.

Le matin de de ce Noël tant attendu, il s’est réveillé tôt le matin. Il faisait froid dans la maison par manque de chauffage à cause de la pénurie de carburant et par manque d’électricité. Il s’est rendu en courant au salon pour voir les cadeaux du père Noël. Malheureusement, il n’y avait rien. Il a attendu toute la journée car elle était encore longue cette journée, des moments interminables mais hélas toujours pas de cadeaux… Ne pouvant plus retenir ses larmes à cause de sa déception et de son mécontentement, il a préféré aller dormir en pleurant, sans cadeaux ni jouets. Pourtant il a tout fait comme il fallait.

La nuit, il s’est réveillé et il a ouvert la grande fenêtre du salon et a tendu la tête dehors espérant voir et repérer le père Noël qui a peut-être oublié l’adresse de leur maison...

L’histoire de Joseph est la même histoire que celle de Paul, Antoine, Élie, Robert, Raffi, et de tous nos enfants au Liban. C’est la faute à qui ? Aux parents ? Certes pas. La faute aux enfants ? Encore non. Pourquoi nos enfants doivent-ils verser des larmes ? Pourquoi doivent-ils souffrir à cause de l’irresponsabilité d’une certaine classe politique néfaste ? Ce n’est plus acceptable. Ce n’est plus tolérable de subir l’inconscience et la malice d’autrui. Aujourd’hui, c’est la privation de cadeaux pour certains, mais pour d’autres c’est sûrement l’absence de produits de première nécessité : aliments, médicaments, soins... Hélas, cette année nombreux sont les enfants qui comme Joseph regardent toujours par la fenêtre en espérant trouver ce père Noël perdu, et nous les adultes espérant trouver juste une lueur d’espoir pour pouvoir, contre vents et marées, subsister et survivre en ces temps pénibles.

Abou Dhabi

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.

Pourtant Joseph avait été un bon élève cette année, il a tout fait pour que madame Yolande, la maîtresse principale, soit satisfaite et contente. Même dans la cour durant la récréation il ne voulait pas trop courir pour ne pas donner l’impression d’être un élève turbulent... Et en plus il a écrit tout en majuscules la lettre adressée au père Noël. C’est vrai qu’il a juste...
commentaires (1)

Touchant texte, merci pour vos réflexions bien senties et exprimées. Bons souhaits de Noël tout de même !

MIRAPRA

16 h 42, le 24 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Touchant texte, merci pour vos réflexions bien senties et exprimées. Bons souhaits de Noël tout de même !

    MIRAPRA

    16 h 42, le 24 décembre 2021

Retour en haut