Rechercher
Rechercher

Politique - Liban Sud

Tension et grève dans le camp palestinien de Bourj el-Chemali

Un Palestinien accusé d'avoir tué trois membres du Hamas remis à l'armée libanaise.

Tension et grève dans le camp palestinien de Bourj el-Chemali

Les obsèques d'un combattant du Hamas, le 12 décembre 2021 dans le camp de réfugiés de Bourj el-Chemali, au Liban-Sud. Photo REUTERS/Ali Hankir

La tension était vive, lundi matin, dans le camp palestinien de Bourj el-Chemali, près de Tyr au Liban-Sud, où le Hamas a appelé à la grève au lendemain de la mort de trois de ses militants, tués lors des obsèques d’un membre de ce mouvement islamiste, selon notre correspondant Mountasser Abdallah.

Dans un communiqué publié dimanche soir, l’armée libanaise a indiqué que les forces de sécurité palestiniennes dans le camp palestinien d’al-Bass lui avaient remis un Palestinien auteur présumé des tirs à Bourj al-Chemali, et qu'une enquête a été ouverte.

Le Hamas avait accusé, dans un communiqué, les forces de sécurité relevant de l’Autorité palestinienne, contrôlées par le Fateh, d’avoir "ouvert le feu de façon préméditée" sur le cortège funèbre, ce que cette composante historique du mouvement palestinien a démenti. La formation islamiste a précisé que trois de ses membres avaient été tués, et non quatre comme elle l’avait indiqué par erreur dans un premier temps, en raison d’une confusion sur les noms des victimes. Il s’agit de Mohammad Walid Taha, Hussein Mohammad al-Ahmad et Omar Mohammad Sahli.

Le Hamas avait appelé à "livrer les assassins aux autorités libanaises et les traduire en justice", et invité la population des camps palestiniens du Liban à la grève lundi en signe de protestation. L’appel à la grève a été respecté à Bourj el-Chemali, où les écoles et magasins étaient fermés, mais inégalement suivie dans le reste des camps du Liban selon notre correspondant.

Dimanche, les tirs avaient visé les personnes qui participaient aux funérailles d’un responsable du Hamas, tué dans une explosion qui s’est produite vendredi soir à Bourj al-Chemali. Les raisons de la déflagration restent entourées de flou, le Hamas réfutant les informations sur l'explosion d'une cache d'armes.

Lire aussi

Explosion à Bourj el-Chemali : quatre éléments du Hamas tués en marge des obsèques d'une victime

Outre ce responsable du Hamas, Hamza Ibrahim Chahine, alias "Abou Mohammad", tué dans cette déflagration, plus d'une dizaine de personnes ont souffert d'asphyxie. Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), l'explosion s'est produite "dans un entrepôt de munitions appartenant à un groupe armé" dans le camp. Une source militaire libanaise a, elle aussi, confirmé à l'AFP que l'explosion est survenue dans un dépôt d'armes et de munitions du Hamas, près d'une mosquée du camp. Toutefois, l'organisation a démenti cette version, affirmant que la déflagration a eu lieu à cause d'un faux contact électrique à l'intérieur d'un entrepôt "contenant des bonbonnes de gaz et d'oxygène, ainsi que des détergents et désinfectants utilisés dans la lutte contre le coronavirus".

Le Liban accueille près de 200.000 Palestiniens, pour la plupart dans les 12 camps du pays, des descendants des réfugiés ayant fui lors de la "nakba" (catastrophe), la création de l’Etat d’Israël en 1948. En vertu des accords du Caire de 1969, l'armée libanaise ne pénètre pas dans ces camps, où la sécurité est assurée par les factions palestiniennes rivales lourdement armées.

Les relations entre le Hamas et le Fateh, une organisation laïque du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui siège à Ramallah en Cisjordanie, sont tendues depuis 2007, lorsque les islamistes ont pris le contrôle de la bande de Gaza au terme d'affrontements sanglants.


La tension était vive, lundi matin, dans le camp palestinien de Bourj el-Chemali, près de Tyr au Liban-Sud, où le Hamas a appelé à la grève au lendemain de la mort de trois de ses militants, tués lors des obsèques d’un membre de ce mouvement islamiste, selon notre correspondant Mountasser Abdallah.Dans un communiqué publié dimanche soir, l’armée libanaise a indiqué que les forces...

commentaires (3)

Qu’ils commencent à régler le problème du blocage du gouvernement avant de faire des déclarations auxquelles personne ne croit. Ils sont incapables de licencier les ministres qui bloquent le pays et viennent jouer les gros bras pour un hypothétique calendrier de vote qui aura lieu, si le gouvernement reste bloqué, à pâque ou à la trinité. Le pire est qu’aucun d’eux ne se sent ridicule en jouant aux héros pour faire avaler des couleuvres aux citoyens à tous les niveaux, en laissant la situation économique, sécuritaire et juridique du pays aux mains des vendus espérant que d’eux mêmes ils renonceront à leurs projets de détruire complètement le pays pendant que tous les responsables politiques de ce pays continuent à leur lécher les bottes en réclamant leur indulgence. Qu’ils se rassurent tous, ces élections n’auront lieu que si les vendus obtiendront tous leurs conditions comme ils ont fait pour la formation du gouvernement. Alors il vaut mieux qu’elles n’aient jamais lieu avant qu’on ait réussi réussi à les dégager du pouvoir avec d’autres moyens légaux qui sont l’application et le respect des accords de 1559 qui stipulent qu’aucune milice ne doit détenir des armes et encore moins si cette dernière est armée et financée par un pays ennemi qui veut usurper notre pays. Une fois on a réussi ça on peut garantir des élections dignes de ce nom sinon on peut s’assoir sur notre souveraineté et notre liberté de choisir nos gouvernants.

Sissi zayyat

11 h 12, le 14 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Qu’ils commencent à régler le problème du blocage du gouvernement avant de faire des déclarations auxquelles personne ne croit. Ils sont incapables de licencier les ministres qui bloquent le pays et viennent jouer les gros bras pour un hypothétique calendrier de vote qui aura lieu, si le gouvernement reste bloqué, à pâque ou à la trinité. Le pire est qu’aucun d’eux ne se sent ridicule en jouant aux héros pour faire avaler des couleuvres aux citoyens à tous les niveaux, en laissant la situation économique, sécuritaire et juridique du pays aux mains des vendus espérant que d’eux mêmes ils renonceront à leurs projets de détruire complètement le pays pendant que tous les responsables politiques de ce pays continuent à leur lécher les bottes en réclamant leur indulgence. Qu’ils se rassurent tous, ces élections n’auront lieu que si les vendus obtiendront tous leurs conditions comme ils ont fait pour la formation du gouvernement. Alors il vaut mieux qu’elles n’aient jamais lieu avant qu’on ait réussi réussi à les dégager du pouvoir avec d’autres moyens légaux qui sont l’application et le respect des accords de 1559 qui stipulent qu’aucune milice ne doit détenir des armes et encore moins si cette dernière est armée et financée par un pays ennemi qui veut usurper notre pays. Une fois on a réussi ça on peut garantir des élections dignes de ce nom sinon on peut s’assoir sur notre souveraineté et notre liberté de choisir nos gouvernants.

    Sissi zayyat

    11 h 12, le 14 décembre 2021

  • des dizaines de milliers de martyrs des forces libanaises anti arafat partis pour rien. exit arafat mais les armes dans les camps. exit arafat vite fait remplace par khomeyni exit bachar assad vite fait remplace par Khamenai . du beau boulot reussi par KELLON !

    Gaby SIOUFI

    09 h 12, le 14 décembre 2021

  • "Le Liban accueille près de 200.000 Palestiniens". Ca ne ferait "que" 17.000 Palestiniens par camp. Ce simple calcul montre que le nombre de Palestiniens excède largement les 200.000., au vu de la superficie et de la densité humaine des camps que l'on peut constater a l’œil nu. Ca ne sert a rien d'essayer de minimiser le problème.

    Mago1

    15 h 34, le 13 décembre 2021

Retour en haut