Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Covid-19 dans les écoles : le ministre Halabi souligne la "responsabilité partagée" des parents et des établissements scolaires

Le taux de contamination s'élève à 10,4 %. 

Covid-19 dans les écoles : le ministre Halabi souligne la

Une élève se faisant administrer une dose de vaccin contre le coronavirus dans une école publique de Beyrouth, le 6 décembre 2021. Photo tirée du compté Twitter @UNESCOBEIRUT

Alors que le nombre de contaminations quotidiennes poursuit sa hausse au Liban, notamment au sein des établissements scolaires, le ministre de l'Education, Abbas Halabi, a mis en avant la "responsabilité partagée" entre les établissements scolaires et les parents d'élèves pour limiter les cas parmi les enfants scolarisés, en parallèle au déroulement d'une campagne de vaccination des élèves. Cette initiative a été lancée conjointement par les ministères de la Santé et de l'Education dans les établissements scolaires afin d'accroître le pourcentage de vaccination à l'approche des fêtes de fin d'année. 

En effet, la campagne nationale, toutes catégories d'âges confondues, entamée en février dernier, n'a permis d'immuniser que 39,3 % des personnes éligibles avec une première dose de vaccin, et 33,4 % avec les deux nécessaires pour atteindre l’immunité la plus complète possible avec les produits Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V ou Sinopharm.

"Responsabilité commune"
Lors d'une conférence de presse organisée à cette occasion, le ministre Halabi a relevé que "la majorité des contaminations enregistrées dans les écoles résultent de rassemblements organisés hors des établissements scolaires". "Il est inutile d'appliquer des mesures au sein des institutions éducatives si celles-ci ne sont pas appliquées à l'extérieur", a-t-il précisé, invitant à annuler les activités parascolaires liées à la fête de Noël pour éviter un regain des cas. Le ministre a dans ce contexte ajouté que la "responsabilité est partagée entre l'école et les parents". Il a enfin rappelé que les vacances scolaires de Noël ont été prolongées afin de "renforcer la campagne de vaccination" pour les enseignants et les élèves à partir de l’âge de 12 ans, "donner le temps aux personnes qui auraient contracté le virus de se rétablir", notamment après les fêtes de fin d'année, et "de limiter la propagation du Covid-19 dans les écoles". Les vacances scolaires débuteront le jeudi 16 décembre au soir (au lieu du 23 décembre) et se prolongeront jusqu’au lundi 10 janvier 2022 au matin. 


Pour sa part, le ministre de la Santé, Firas Abiad, a salué les efforts conjoints entre les deux ministères afin de faire face à la pandémie. Il s'est également félicité de la "réaction positive" des élèves qui se sont présentés pour se faire vacciner.

Bilan du jour
Cette initiative des ministres de la Santé et de l'Education a lieu alors que le Covid-19 continue de se propager dans le pays de manière inquiétante, le taux de contamination par rapport au nombre de tests effectués s'élevant à 10,4%. Actuellement, 590 patients sont hospitalisés, dont 267 en soins intensifs. Dix nouveaux décès et 79 nouvelles contaminations au Covid-19, dont dix sont en provenance de l'étranger, ont été signalés au cours des dernières 24 heures, selon le bilan du jour publié lundi par le ministère de la Santé. Le nombre apparemment peu élevé de nouveaux cas quotidiens est dû à la fermeture, le dimanche, de la majorité des laboratoires analysant les résultats des tests de dépistage. Le Covid-19, apparu dans le pays en février 2020, a contaminé jusqu'à présent 679.625 personnes, parmi lesquelles 8.785 sont décédées et 637.020 se sont rétablies.

Lire aussi

Prolongement des vacances de Noël, une décision justifiée mais coûteuse

Afin de limiter l'apparition de contaminations en provenance de l'étranger, notamment à la suite de l'émergence du nouveau variant Omicron, le ministère des Travaux publics et des Transports a annoncé de nouvelles mesures pour les passagers arrivant à l'Aéroport international de Beyrouth (AIB) à partir du 15 décembre. Dans une circulaire adressée aux compagnies d'aviation, le ministère a indiqué, entre autres, qu'à partir de cette date, tous les passagers arrivant à Beyrouth doivent s'inscrire sur la plateforme électronique conçue par le ministère de la Santé pour permettre aux voyageurs d'y inscrire leurs données et d'obtenir un pass sanitaire, qui leur sera demandé pour pouvoir embarquer dans l'avion qui les mènera au Liban. 



Alors que le nombre de contaminations quotidiennes poursuit sa hausse au Liban, notamment au sein des établissements scolaires, le ministre de l'Education, Abbas Halabi, a mis en avant la "responsabilité partagée" entre les établissements scolaires et les parents d'élèves pour limiter les cas parmi les enfants scolarisés, en parallèle au déroulement d'une campagne de vaccination des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut