Rechercher
Rechercher

Politique - Contestation

« Oui au droit des expatriés à voter pour 128 députés ! »

« Oui au droit des expatriés à voter pour 128 députés ! »

Tannous Mechleb et Michel Tarazi, entourés des activistes venus leur remettre une pétition pour reconnaître l’égalité des expatriés et des résidents devant la loi électorale. Photo Claude Assaf

Plusieurs activistes affiliés à des formations du Mouvement du 17 octobre ont transmis mardi au président du Conseil constitutionnel (CC), Tannous Mechleb, une pétition signée par près de 11 000 expatriés réclamant leur droit à voter pour les 128 députés lors de la prochaine échéance législative. Leur démarche intervient à l’heure où le Conseil constitutionnel étudie un recours en invalidation des amendements de la loi électorale de 2017, que dix députés du Courant patriotique libre (CPL) avaient porté le 17 novembre. Entre autres amendements, le parti aouniste conteste le retrait aux Libanais de la diaspora de leur « droit acquis » à voter pour 6 députés dans une circonscription détachée des 15 autres situées sur le territoire. Les forces du changement considèrent au contraire que confiner ainsi le vote des expatriés limiterait l’influence du mouvement de contestation sur le cours de la politique.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Et de plus, ils s’en foot !

« Qu’ils se trouvent au Liban ou à l’étranger, tous les citoyens sont en droit de voter pour un nombre égal de députés », a déclaré Raëd, un des contestataires, en soumettant la pétition à M. Mechleb, au siège du Conseil constitutionnel, en présence de Michel Tarazi, membre de l’organisme. « La loi électorale de 2017 viole le principe constitutionnel d’égalité des Libanais en opérant une discrimination », a-t-il ajouté, se demandant « comment on peut envisager de réduire à 6 le nombre des députés pour lesquels peuvent voter les 244 442 Libanais non résidents, alors que ceux-ci se sont inscrits sur base d’un amendement leur procurant le droit de voter pour 128 députés ? ».

Pour sa part, son camarade Haïtham Arbid s’est adressé à M. Mechleb en l’alertant sur ce qui serait selon lui « une injustice à l’égard des émigrés qui soutiennent pourtant le pays ». « Leur refuser le droit de voter pour 128 députés reviendrait à les éloigner encore plus du Liban », a-t-il mis en garde, décrivant par ailleurs le recours présenté par le CPL comme « du sur-mesure taillé selon des calculs politiques ».

Lire aussi

Recours du CPL devant le Conseil constitutionnel : mode d’emploi et possibles scénarios

Prenant la parole, M. Mechleb a assuré que « la décision du Conseil constitutionnel sera basée sur l’esprit et le texte de la Loi fondamentale, sans tenir compte du fait qu’elle conviendrait aux uns ou aux autres ». « Mes collègues et moi ne sommes pas prêts à sacrifier notre réputation et nos connaissances pour répondre aux sollicitations, d’où qu’elles viennent », a-t-il martelé.

Sur un autre plan, le président du Conseil constitutionnel a indiqué avoir été notifié mardi du document établi par le rapporteur, qui a fait une étude préalable du recours. Ce rapport sera incessamment distribué aux dix membres de l’instance qui devront se réunir dès lundi en session ouverte jusqu’à adopter une décision, à condition que le délai n’excède pas 15 jours.


Plusieurs activistes affiliés à des formations du Mouvement du 17 octobre ont transmis mardi au président du Conseil constitutionnel (CC), Tannous Mechleb, une pétition signée par près de 11 000 expatriés réclamant leur droit à voter pour les 128 députés lors de la prochaine échéance législative. Leur démarche intervient à l’heure où le Conseil constitutionnel étudie un...

commentaires (4)

LES DEUX BELIERS INFERNAUX MEMBRES DE LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL TRAVAILLENT ACHARNEMENT POUR ANNULER LES LEGISLATIVES ET POUR RAISON LEUR AVENIR.

PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

18 h 20, le 01 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LES DEUX BELIERS INFERNAUX MEMBRES DE LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL TRAVAILLENT ACHARNEMENT POUR ANNULER LES LEGISLATIVES ET POUR RAISON LEUR AVENIR.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    18 h 20, le 01 décembre 2021

  • Biensur que le CPL et tous ceux qui les suivent, ne veulent pas plus que 6 sièges. C'est donné un bonbon pour faire taire les expatriés ! Le Nabot de Batroun et les autres, sentent la soupe chaude. Ils ont perdu dans toutes les universités. Ils ont perdu dans tous les syndicats... Cela donne une bonne idée ce qui risque d'arriver si la diaspora peut finalement voter pour 128 sièges. Nous chanterons au Nabot de Batroun, Ciao Ciao Bambino.

    Marwan Takchi

    18 h 17, le 01 décembre 2021

  • Tout le problème réside dans le fait que ce nabot arrive quand même à inventer des nouvelles lois sur mesure sans que cela ne déclenche une tollé d’indignation de la part des politiciens en fonction. Il se donne à cœur joie parce que pistonné par l’inutile trônant dans le fauteuil, et personne ne trouve à redire. Comment voulez-vous qu’il arrête ses manigances? On lui tient le crachoir au lieu de lui asséner le coup de grâce pour en finir avec ses débilités qui n’ont pas de limites. Après les sanctions américaines on le croyait réduit au silence, le revoilà culotté comme il est, reprendre du service et réclamant la justice pour tout et n’importe quoi, alors que cette justice feigne ne pas voir ses outrages de toutes sortes ni ses crimes commis pendant ses mandats de ministre qui ont causé la mort de ce pays. On continue à lui consacrer des pages dans les journaux pour répéter ses insanités au lieu de l’ignorer et le laisser braire en attendant un vent nouveau pour le juger une bonne fois pour toute pour tout le mal qu’il a infligé à son pays.

    Sissi zayyat

    11 h 15, le 01 décembre 2021

  • « Oui au droit des expatriés à voter pour 128 députés ! ». Elire 6 dépités revient à enlever toute portée au vote des émigrés. Demeurer inscrits dana leur circonscription d'origine est un droit que personne, fut-il gendre du président ne peut leur ôter.

    Yves Prevost

    07 h 10, le 01 décembre 2021

Retour en haut