Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Coolitude

La guerre des vins a lieu : Prosecco vs Prosek

Très tendance depuis quelques années, le Prosecco italien coule à flots dans le monde entier, heureux de jouer les pétillants bruts. En Croatie, le Prosek, produit depuis des siècles à partir de la même variété de raisin, entend bien tirer la couverture à lui.

La guerre des vins a lieu : Prosecco vs Prosek

Prosecco transparent (à droite) et Prosek (à gauche), proche du Xérès. Photo tirée du compte Twitter prosecco and prosek

En Dalmatie croate, il pousse en ce moment des raisins de la colère… À l’origine de cette ire, le manque de reconnaissance d’un vin spécial produit depuis des siècles, le Prosek. Car, sur le terreau italien avoisinant, près de Trieste, pousse la même espèce de raisin dont on tire un vin pétillant coulant à flots dans le monde entier, le Prosecco, reconnu internationalement. Ne voulant pas être en reste, les viticulteurs croates ont récemment déposé auprès de la Commission européenne une demande d’obtention du label Appellation d’origine contrôlée (AOC). Une requête qui a provoqué les vives protestations des producteurs italiens de Prosecco, qui craignent une confusion entre les deux alcools en raison de leurs noms, très proches. Cette ambiguïté entre Prosek et Prosecco a poussé de nombreux consommateurs à se poser la question sur un possible lien entre les deux crus. Et, en effet, il existe une certaine parenté car le Prosecco, tout pétillant qu’il soit, est élaboré à partir de raisins Glera, une variété d’origine slovène rapportée au village italien de Prosecco pour y être cultivée. Cependant, malgré l’utilisation d’un même type de raisins, le Prosek est un vin de dessert. Ce qui n’a pas empêché la Commission européenne, en septembre dernier, de reconsidérer la demande d’accorder un label de protection reconnu au Prosek. Les politiciens italiens ont immédiatement dénoncé la décision. « C’est comme s’ils voulaient aussi emporter Ferrari », a ainsi déploré un gouverneur régional qui commentait la situation.


Le Prosecco, auprès du champagne, coule à flots dans toutes les occasions. Photo bigstock

Des noms proches, source de confusion

Les Croates considèrent que leur vin, en raison de sa qualité et sa valeur historique, mérite un meilleur traitement et une plus grande reconnaissance, – on pense que le cépage Glera a même été cultivé à l’époque romaine. Les inconditionnels du Prosecco reviennent sur un témoignage plus proche de nous et plus précis, celui de l’écrivain et voyageur britannique Fynes Moryson (1566-1630), qui avait sillonné toute l’Europe au XVIe siècle, et particulièrement les pays de l’est de la Méditerranée. Il serait le premier à avoir mentionné le Prosecco. Une référence à la consommation de cette boisson a été retrouvée dans ses notes après une visite dans le nord de l’Italie en 1593. D’autres documents, datés des années 1600, associent eux aussi le village de Prosecco au vin. Selon l’historien du vin Stefano Cosma, « dans les années 1800, c’était déjà un vin mousseux ». Aujourd’hui, le Prosecco, fabriqué principalement à partir du cépage Glera, est produit par trois consortiums comprenant neuf provinces italiennes situées dans les contreforts alpins le long de la mer Adriatique. Près de 550 millions de bouteilles, la plupart destinées à l’exportation, en sortent chaque année. Selon Associated Press, leur chiffre d’affaires annuel est estimé à 2,8 milliards de dollars. Les producteurs italiens ne devraient pas s’inquiéter du possible imbroglio créé par leurs labels respectifs car ils ont une longueur d’avance : les collines du Prosecco sont déjà inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2019.


Le Prosecco, idéal pour un sunset drink. Photo bigstock

Même s’il n’a pas encore accédé à la gloire dont il rêve, le Prosek, lui, est souvent évoqué pour les traditions auxquelles il est associé. « Indépendamment de son corps, une bouteille de Prosek est une sorte de fierté familiale et d’héritage dans le sud de la Croatie où elle est la plus largement produite. Les recettes sont transmises de génération en génération, et même les producteurs et commerçants possèdent de petites caves familiales. On apprend aussi que le Prosek n’est servi que lors d’occasions spéciales, anniversaires, mariages et autres moments à célébrer. Et qu’une bouteille d’un demi-litre de Prosek est considérée comme un excellent cadeau », relate le site en ligne Wine and More. De nombreuses coutumes se sont construites autour de cette bouteille d’alcool précieux. Souvent, les parents mettent de côté une bouteille de Prosek dont le millésime correspond à la date de naissance de leur enfant et la cache sous terre pour être ouverte le jour de la remise des diplômes de ce dernier ou de son mariage. Par ailleurs, le Prosek est également considéré comme un remède universel pour tout type d’inconfort ou de maladie. Une petite dose est parfois même prescrite aux jeunes mamans, pour leur donner un regain d’énergie après l’accouchement. Un pied dans le passé, un autre dans l’avenir, les viticulteurs croates cherchent à présent à se construire une solide identité et donner à leur vin une place qui lui appartient, auprès d’un Prosecco, grande star de ces dernières années.


En Dalmatie croate, il pousse en ce moment des raisins de la colère… À l’origine de cette ire, le manque de reconnaissance d’un vin spécial produit depuis des siècles, le Prosek. Car, sur le terreau italien avoisinant, près de Trieste, pousse la même espèce de raisin dont on tire un vin pétillant coulant à flots dans le monde entier, le Prosecco, reconnu internationalement. Ne...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut