Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Mode

Les sacs Nada Sawaya de retour à Beyrouth

Les sacs Nada Sawaya de retour à Beyrouth

Sacs de la collection Nada Sawaya. Photos DR

Elle mène à New York la vie pressée des peuples urbains, mais garde du Beyrouth de son enfance cette vision cosmopolite qui fait le succès de sa marque. Sous son label éponyme, Nada Sawaya crée des sacs indépendants de toute influence, n’obéissant qu’à une architecture dont elle seule a le secret, étudiés pour servir non seulement d’indispensables accessoires mais surtout de véritables secrétaires (au sens de détenteurs du secret) et pourquoi pas de compagnons.

Pensés comme des créations artisanales de luxe destinées à être conservées le plus longtemps possible, les sacs réalisés par Nada Sawaya s’adressent à des femmes qui se connaissent, qui ont identifié leur propre style et qui savent repérer l’objet qui fera un contrepoint cohérent avec l’allure qui leur va le mieux, parce qu’elles s’y sentent elles-mêmes. Au-delà de la palette, toujours contrastée, qu’il s’agisse de couleurs primaires ou de teintes exclusives, au-delà des cuirs raffinés et des peaux exotiques, des tressages et des détails bijoux en résine ou métaux, Nada Sawaya propose des possibilités de personnalisations qui ajoutent à l’acquisition – voire l’adoption – d’un sac, une dimension ludique.

Passionnée de technologies de pointe, la créatrice, qui se tient à l’écoute du monde contemporain, associe au savoir-faire artisanal une touche digitale qui s’exprime de diverses manières, notamment, dans ses nouvelles collections, à travers des NFC (Near Field Contact, technologie qui permet d’échange de données entre lecteurs, notamment de cartes de crédit) qui leur apportent une valeur ajoutée. « Je sais que la femme d’aujourd’hui a soif d’expériences plutôt que de possessions matérielles. Pour moi, un sac à main pour femme doit être beau. Il doit être luxueux. Mais cela devrait également la connecter aux expériences qui lui permettent de s’engager, de s’amuser et de la faire sourire », commente la créatrice qui invite la propriétaire de chaque sac dans les coulisses de sa fabrication. « Scannez simplement l’étiquette discrètement incrustée dans votre accessoire pour découvrir tout son parcours, de la conception à la livraison », dit la notice qui accompagne chaque accessoire. Peu de marques offrent une telle transparence.

Ayant longuement observé l’usage que font les femmes de leur sac à main et la relation qu’elles entretiennent avec celui-ci, Nada Sawaya prend note du temps perdu à farfouiller, parfois dans des situations d’urgence, pour trouver dans un sac un objet que celui-ci a tendance à avaler.

Lire aussi

Nada Sawaya, le sac ultime

« Les sacs Nada Sawaya sont conçus pour s’ouvrir et révéler tout leur contenu en un coup d’œil », précise celle dont le cheval de bataille est un sac rigide, géométrique, qui s’ouvre comme une boîte et se déploie en accordéon tout en préservant une forme ergonomique dépourvue d’angles agressifs ou gênants.

« Nous pensons que le classique peut être créatif et que l’élégance peut être audacieuse. Notre mission est de vous offrir un accessoire à forte personnalité, que vous ne verrez pas sur tout le monde. Pas de conceptions à style unique. Pas de fourre-tout noir basique. Au lieu de cela, nous explorons constamment les dernières techniques de pointe et expérimentons de nouvelles idées pour créer quelque chose de vraiment différent », insiste Nada Sawaya. Soucieuse d’apporter aux femmes soucieuses de l’environnement, qui travaillent dur, qui ont des attentes élevées dans la vie mais qui aiment aussi se faire plaisir, la créatrice libanaise propose, à partir du 25 novembre, une sélection d’articles chez Santiago, Achrafieh.


Elle mène à New York la vie pressée des peuples urbains, mais garde du Beyrouth de son enfance cette vision cosmopolite qui fait le succès de sa marque. Sous son label éponyme, Nada Sawaya crée des sacs indépendants de toute influence, n’obéissant qu’à une architecture dont elle seule a le secret, étudiés pour servir non seulement d’indispensables accessoires mais surtout de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut