Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Révolution... contre soi

Le réel danger, au-delà de subsister physiquement au quotidien, est de voir mourir l’esprit libanais et sa culture.

Notre culture libanaise est justement dans la mosaïque d’horizons que nous ouvrons devant nos traversées des mers de la vie, à coups de rames de témérité et de curiosité.

Et la conséquence de ce qui se passe dans notre pays (faut-il croire que ça en est la raison ?) est que la société libanaise se vide à vitesse exponentielle des cerveaux cultivés au profit de nations qui ne cessent de progresser grâce en grande partie à eux.

Ce qui est fortement affligeant pour notre projet de pays, si tant est qu’il y ait déjà un projet, c’est que de nous tous chacun regarde dans le sens personnel, sans cohésion sociétale ni appartenance nationale qui nécessite un engagement collectif.

Dans la mesure où la corruption est le réflexe de la base de la pyramide à son sommet, nous sommes voués à devenir un navire errant bientôt peuplé de fantômes qui seraient tout sauf un peuple à la hauteur du pays qui les abrite.

Les partis politiques sont érigés dans une République qui n’a eu de sa Constitution que le livre bien caché dans les tiroirs du clientélisme, sans être appliquée que pour des jurisprudences personnelles au profit de campagnes électorales ou de transactions douteuses.

Leurs slogans feraient pleurer le marbre mais les comportements de leurs chefs au sein de leurs structures n’ont de cesse de couper l’herbe sous le pied à ceux qui peuvent influencer les décisions de manière collégiale et orientées vers le service de la nation.

Pire, ils s’entourent de gens manipulables qu’ils maîtrisent et qu’ils valorisent avec quelques tables garnies, quelques blagues hypocrites ou quelques avantages en nature pour les distinguer de la masse.

Les associations humanitaires, pour beaucoup d’entre elles, viennent constituer l’avant-bras de ces chefs de parti et les antennes des pays donateurs et des institutions contrôlées.

Du coup, tous deviennent contre tous dans le concret et dans le discours, ils se font tous la concurrence pour un pays dont ils ignorent les contours et pour laquelle identité ils ne sont pas d’accord.

Force est de constater que ce chaos est savamment orchestré pour continuer à sucer le sang de la masse, au gré de discours qui font miroiter des ennemis illusoires, alimentant la peur pour contrôler les voies électorales et assurer la pérennité de leur prise en otage du destin d’un peuple entier qui profite aussi de cette corruption.

Nos ancêtres ont été définis comme pères de la navigation, navigateurs apportant l’alphabet, le commerce et les idées.

Nous sommes des pirates mercenaires au gré des intérêts, échoués sur une terre que nous polluons tous les jours de notre attitude en deçà de la valeur du Liban.

Nous lever ? Ce serait bien. Contre qui à part contre nous-mêmes pour changer nos regards sur la vie et sur la convivialité ?

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Le réel danger, au-delà de subsister physiquement au quotidien, est de voir mourir l’esprit libanais et sa culture. Notre culture libanaise est justement dans la mosaïque d’horizons que nous ouvrons devant nos traversées des mers de la vie, à coups de rames de témérité et de curiosité. Et la conséquence de ce qui se passe dans notre pays (faut-il croire que ça en est la raison ?)...

commentaires (1)

on se trompe carrement a croire que la "fuite de cerveaux" est le grand malhuer du Liban. NON, NON ET NON ! le vrai malheur du Liban est que des "cerveaux" non moins intelligents sont indecollables, s'incrustent sans espoir de les voir eux fuir notre pays, eux qui continuent a nous assassiner et bruler le pays depuis leur accession au pouvoir .

Gaby SIOUFI

10 h 36, le 15 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • on se trompe carrement a croire que la "fuite de cerveaux" est le grand malhuer du Liban. NON, NON ET NON ! le vrai malheur du Liban est que des "cerveaux" non moins intelligents sont indecollables, s'incrustent sans espoir de les voir eux fuir notre pays, eux qui continuent a nous assassiner et bruler le pays depuis leur accession au pouvoir .

    Gaby SIOUFI

    10 h 36, le 15 novembre 2021

Retour en haut