Rechercher
Rechercher

Politique - Affaire de Tayouné

Des centaines de partisans FL mobilisés "contre une justice du deux poids-deux mesures"

Le chef des FL n'a pas comparu devant la justice militaire. 

Des centaines de partisans FL mobilisés

Des partisans des Forces libanaises de Samir Geagea rassemblés à Meerab en soutien au leader chrétien, le 27 octobre 2021. Photo Mohammad Yassine

Plusieurs centaines de partisans des Forces libanaises se sont rassemblés mercredi devantle complexe de Meerab, au nord de Beyrouth, où vit le chef du parti, Samir Geagea, afin de lui exprimer leur solidarité et soutien, alors qu'il a été appelé à comparaître devant le tribunal militaire afin de faire une déposition concernant les affrontements de Tayouné du 14 octobre. Sur place, des militants présents ont assuré leur solidarité au chef des FL et au patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, affirmant refuser une politique du "deux poids-deux mesures" au niveau des poursuites judiciaires et un "retour aux années 90", en allusion à l'arrestation, en 1994, du chef des FL, et à son procès pour son rôle dans un attentat contre une église, pendant la guerre civile et à sa condamnation, en 1996, à onze ans de prison pour "entretien d'une milice armée et trafic d'armes". 

Samir Geagea avait été notifié lundi de sa convocation à comparaître à 9h ce matin devant la justice militaire. Selon des sources proches des FL, Samir Geagea n'a toutefois pas comparu au ministère de la Défense.

Lire aussi

Contre la convocation de Geagea, les forces souverainistes se mobilisent

Les accrochages de Tayouné s'étaient produits le 14 octobre en marge d'une mobilisation du tandem chiite Amal-Hezbollah contre le juge Tarek Bitar, en charge de l'instruction sur l'explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Ils ont opposé des miliciens de ces partis à d’autres postés dans des quartiers chrétiens de Beyrouth où les Forces libanaises ont une forte présence, sans que l'implication des FL puisse être démontrée à ce stade. Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé le leader des FL d'avoir provoqué ces affrontements et de vouloir "provoquer une guerre civile". M. Geagea a toutefois démenti son implication et affirmé être prêt à comparaître devant le tribunal militaire si Nasrallah le faisait avant lui.

Le "discours patriotique" des FL
A Meerab, devant les grilles du complexe où réside M. Geagea, des centaines de personnes scandaient des slogans de soutien aux FL et à leur chef, et contre le parti de Hassan Nasrallah. "Dieu, les FL, le Hakim et c'est tout" et "Sioniste, sioniste, le Hezbollah est sioniste", ont-ils crié, adaptant un slogan habituellement lancé par les détracteurs de Samir Geagea. Ici et là, des personnes présentes brandissaient des drapeaux du parti et de l'unité Sadm, une ancienne unité militaire des FL, ainsi que des portraits du leader maronite. Dans la foule se trouvaient notamment des habitants de Tripoli et du Akkar, de confession sunnite, membres des FL.

Une foule de partisans des Forces libanaises, le 27 octobre 2021 à Meerab. Photo Mohammad Yassine

Mohammad, trente ans, vient de Tripoli. Il indique à notre journaliste Zeina Antonios que s'il était "proche du Futur quand il était plus jeune, il a ensuite trouvé que le discours des FL le représentait désormais plus", ce qui l'a poussé à devenir membre du parti en 2019. Il affirme que Samir Geagea "n'est plus seulement un leader pour les chrétiens mais au niveau national". Les Forces libanaises "sont les seules à avoir un discours patriotique, comme elles l'ont montré notamment à Tayouné", lance-t-il.

Pour arriver sur place, les routes sont remplies de véhicules, obligeant nombre de partisans à abandonner leurs voitures pour poursuivre le trajet à pied. Nombre d'entre eux sont arrivés de Bkerké, où ils s'étaient rassemblés plus tôt dans la journée, avant de rendre par convois à Meerab.. 

Une manifestante tripolitaine affichant son soutien aux FL et à Samir Geagea, le 27 octobre 2021. Photo fournie par notre correspondant Michel Hallak

Les deux sons de cloche
Au siège du patriarcat, Rita Kouyoumjian, qui est venue d'Achrafieh, affirme à notre journaliste être "solidaire de Samir Geagea et des jeunes arrêtés par les forces de l'ordre après les combats de Tayouné". Elle dénonce le fait que certains des jeunes appréhendés ont été "battus" par les forces de sécurité lors de leurs interrogatoires. "Nous n'accepterons pas un retour aux événements des années 90", a-t-elle lancé. "La justice doit écouter les deux sons de cloche, pas seulement le témoignage du chef des FL", ajoute-t-elle, avant de lancer : "Nous voulons un Etat souverain et non un Etat du Hezbollah et de l'Iran".

Lire aussi

Entre imbroglio juridique et « confusion délibérée »

Un cinquantenaire, originaire du Chouf, se dit, lui, présent à Bkerké pour "soutenir le patriarche maronite" et ses propos de ces derniers jours. Mgr Béchara Raï a pris à plusieurs reprises position en faveur de Samir Geagea et effectué une tournée, mardi, auprès des dirigeants politiques, afin de réclamer que l'affaire de Tayouné ne soit pas politisée. "Nous refusons la politique du deux poids deux mesures", a-t-il lancé. Selon lui, les opposants à M. Geagea essaient de "réitérer le même scénario qu'en 1994. Mais nous refusons qu'une personne déjà victime d'injustice soit désormais considérée comme un bourreau". Ecartant l'éventualité d'une "guerre civile", il a remercié Hassan Nasrallah qui a "fait un très grand cadeau" à Samir Geagea en lançant ses accusations contre lui. 

Mardi soir, des partisans FL s'étaient déjà rassemblés à Zahlé, dans la Békaa, en solidarité avec Samir Geagea et afin d'appeler à une mobilisation massive le lendemain en direction de Meerab. 


Plusieurs centaines de partisans des Forces libanaises se sont rassemblés mercredi devantle complexe de Meerab, au nord de Beyrouth, où vit le chef du parti, Samir Geagea, afin de lui exprimer leur solidarité et soutien, alors qu'il a été appelé à comparaître devant le tribunal militaire afin de faire une déposition concernant les affrontements de Tayouné du 14 octobre. Sur place, des...

commentaires (13)

HN a voulu montré par cette interpellation sa toute puissance dans le pays avec son allié Berry. Ils savaient à l’avance que le Akiki obéira au doigt et à l’œil alors ils ont lancé leur défi publiquement pour anéantir ce qui reste de notre justice avec les mêmes traitres placés par eux aux postes de justiciers à la noix. Et dire que RAÏ n’a vu que du feu… Un défi de plus qui finira dans la poubelle contrairement aux habitudes qu’ils ont pris depuis de décennies. Le peuple à présent connaît ses vrais ennemis.

Sissi zayyat

12 h 44, le 28 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • HN a voulu montré par cette interpellation sa toute puissance dans le pays avec son allié Berry. Ils savaient à l’avance que le Akiki obéira au doigt et à l’œil alors ils ont lancé leur défi publiquement pour anéantir ce qui reste de notre justice avec les mêmes traitres placés par eux aux postes de justiciers à la noix. Et dire que RAÏ n’a vu que du feu… Un défi de plus qui finira dans la poubelle contrairement aux habitudes qu’ils ont pris depuis de décennies. Le peuple à présent connaît ses vrais ennemis.

    Sissi zayyat

    12 h 44, le 28 octobre 2021

  • Le seul problème il aurait pu y aller mais nous connaissons très bien les manigances des moumana3istes ils allaient lui inventer n’importe quoi pour le remettre en prison !!!

    Bery tus

    20 h 55, le 27 octobre 2021

  • Que Geagea aille se faire entendre par la justice aurait été courageux et " malin ". Mais quelle justice ? Se pose malheureusement la question.

    DJACK

    20 h 25, le 27 octobre 2021

  • Samir Geagea a laissé passer une occasion en or de se démarquer des autres en allant témoigner devant le juge. Quelle gifle magistrale ça aurait été au hezbollah et à amal. Dommage.

    Gros Gnon

    20 h 03, le 27 octobre 2021

  • Que le movement attire des non chretiens, est sans route la meilleure des nouvelles

    Zampano

    19 h 29, le 27 octobre 2021

  • TOUS DERRIÈRE LES FL !!!

    Bery tus

    19 h 12, le 27 octobre 2021

  • Que le réveil se poursuive. Que la colère augmente. Sans colère contre le KEZBOLLAH et alliés, rien ne sera possible. La colère oui mais pas la haine. ICI c'est la colère qui s'exprime. Alors que le KEZBOLLAH et alliés expriment la haine dans leurs discours. Que ce soit le parti islamiste intégriste chiite ou Gebrane Bassil qui perd les pédales et traite M Geagea de criminel. Alors que la traitrise et l'assassinat criminel du pilote SAMER HANNA n'est pas du tout criminel pour Bassil et son beau papa député alors ?? Ce dernier avait même accusé feu le pilote de survoler cette région du liban ( sous contrôle de la milice illégale pro iranienne). Les criminels sont ceux qui ont tabassé les familles au centre ville. Les criminels sont ceux qui ont assassiné M Loukman Slim. Les criminels sont ceux qui s'allient à des criminels AUSSI.

    radiosatellite.online

    18 h 27, le 27 octobre 2021

  • Et maintenant! Que va faire le juge Akiki? Envoyer les commandos de l’armée interpeller par la force des armes Samir Geagea ! Que le juge Akiki commence par interpeller ceux qui ont été condamné par le TPI pour qu’il soit un tout petit peu crédible

    Censuré par l’OLJ

    14 h 28, le 27 octobre 2021

  • COMMENT S,APPELLE CETTE JUSTICE QUI POURSUIT L,AGRESSE ET MENAGE L,AGRESSEUR ? CAR SES JUGES SONT SOUS L,EMPRISE DES INTIMIDATIONS ET DES MENACES DE L,AGRESSEUR POUR TOUT ET TOUJOURS.

    CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

    14 h 12, le 27 octobre 2021

  • ENFIN ON BOUGE pour empêcher la tyrannie dans notre pays. Il était plus que temps, nous sommes devenus tous des FL.

    Sissi zayyat

    14 h 07, le 27 octobre 2021

  • En présence de l'État du parti armé dans l'Etat libanais affaibli, à quelle justice militaire faut-il se fier ?

    Esber

    14 h 02, le 27 octobre 2021

  • Power to the People!!! Tous unis contre la tyrannie et la malice de l'iran!

    Wlek Sanferlou

    13 h 36, le 27 octobre 2021

  • Bravo !!!

    Wow

    12 h 56, le 27 octobre 2021

Retour en haut