Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Législatives au Liban

Roukoz présente une proposition de loi à Berry pour instaurer un quota féminin de 24 sièges

Roukoz présente une proposition de loi à Berry pour instaurer un quota féminin de 24 sièges

Le député libanais Chamel Roukoz. Photo ANI

Le député du Kesrouan, Chamel Roukoz, a présenté jeudi au président de la Chambre, Nabih Berry, une proposition de loi visant à modifier la loi électorale en vigueur afin d'instaurer un quota féminin de 24 sièges sur les 128 que compte le Parlement, lors des prochaines législatives prévues le 27 mars prochain. 

Une proposition similaire présentée par le groupe parlementaire du parti Amal du président de la Chambre, Nabih Berry, n'avait finalement pas été avalisée lors de la séance législative qui a eu lieu mardi dernier.

Dans un document officiel, le député Roukoz a demandé que 24 sièges parlementaires soient réservés aux femmes. La Commission nationale de la femme libanaise, présidée par l'épouse de l'élu, Claudine Aoun-Roukoz, qui est également fille du président de la République Michel Aoun, milite en faveur de ce quota. Mardi dernier, lors d'une visite d'une délégation de cette commission au palais présidentiel, le chef de l'Etat s'était prononcé en faveur de ce quota et s'était dit prêt à soutenir tout amendement de la Constitution qui permettrait d'assurer l'égalité homme-femme dans le pays. 

Le groupe parlementaire du parti Amal avait présenté une proposition de loi qui comprend un quota féminin de 20 députés, mais le texte a perdu son statut de "double urgence" lors de la séance parlementaire mardi dernier. Il devra donc être étudié par les commissions parlementaires mixtes, qui avaient refusé de l'examiner lors de leur dernière réunion, avant de pouvoir être de nouveau soumis en séance plénière.

Lors d'une intervention avant le vote, M. Berry a reproché à certaines formations de "ne pas vouloir résoudre les problèmes du pays", estimant que le texte proposé par son groupe pour faire du Liban une seule circonscription électorale et créer un Sénat où musulmans et chrétiens seront représentés à parts égales permettrait de faire passer le pays "dans une nouvelle phase". De son côté, le Premier ministre, Nagib Mikati, avait affirmé qu'il était attaché à un quota féminin mais que cette mesure bute sur "un grand problème de répartition confessionnelle et régionale". 


Le député du Kesrouan, Chamel Roukoz, a présenté jeudi au président de la Chambre, Nabih Berry, une proposition de loi visant à modifier la loi électorale en vigueur afin d'instaurer un quota féminin de 24 sièges sur les 128 que compte le Parlement, lors des prochaines législatives prévues le 27 mars prochain.  Une proposition similaire présentée par le groupe parlementaire du...