Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - France

Dissolution d'une association "contre l'islamophobie" pour appel à la haine

Dissolution d'une association

Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Photo d'archives AFP

L'association française "Coordination contre le racisme et l'islamophobie" a été dissoute mercredi a annoncé le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin,  dans un tweet.

Le ministre a expliqué que cette association "appelait à la haine, à la violence et à la discrimination" et publié le décret de dissolution pris lors du Conseil des ministres.

Cette structure était "à l'origine de discours de haine et de propos antisémites", a ajouté le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal , à l'issue du Conseil des ministres.

Dans une interview au quotidien Le Figaro, fin septembre, Gérald Darmanin avait annoncé avoir enclenché plusieurs procédures pour fermer des lieux de culte et dissoudre plusieurs associations, tous soupçonnés de propagande de l'islamisme radical. Parmi ces associations figurait la "coordination contre le racisme et l'islamophobie".

Soulignant qu'un tiers des 89 lieux de culte "soupçonnés d'être radicaux et répertoriés par les services de renseignement" ont été contrôlés depuis novembre 2020, M. Darmanin avait indiqué que "des procédures (étaient) enclenchées pour en fermer six autres". Parmi ceux-ci figurent la mosquée d'Allonnes (ouest), pour laquelle une procédure de fermeture a été annoncée le 13 octobre, en raison de prêches légitimant "le recours au jihad armé".

Les dernières dissolutions prononcées en Conseil des ministres datent du 29 septembre. Il s'agissait de la maison d'édition "Nawa", en raison notamment de la diffusion de "plusieurs ouvrages légitimant le jihad", et de la Ligue de défense noire africaine (LDNA) qualifiée d'organisation "raciste".


L'association française "Coordination contre le racisme et l'islamophobie" a été dissoute mercredi a annoncé le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin,  dans un tweet. Le ministre a expliqué que cette association "appelait à la haine, à la violence et à la discrimination" et publié le décret de dissolution pris lors du Conseil des ministres. Cette structure...