Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Rien ne va plus, mais...

Ces derniers temps, et plus encore depuis la pandémie de Covid-19, rien ne vas plus sur le territoire des lettres et du Cèdre. Comme si les politiciens voulaient et veulent toujours, exprès sans doute, faire vivre au peuple libanais l’ambiance d’un vrai mausolée. En effet, tous les secteurs du Liban sont menacés de s’effondrer et de disparaître. Que ce soit le secteur éducatif ou le secteur hospitalier qui, malheureusement, ont été les plus endommagés par la pandémie et la fermeture forcée qui en a résulté.

Ce sont toujours, et de plus en plus gravement, les conséquences de la politique de nos politiciens qui n’ont jamais bien su gérer le quotidien des Libanais, des choses les plus banales jusqu’aux plus délicates et sensibles, en faisant dépendre le sort du pays des agendas et de la vision de l’étranger, quel qu’il soit, et de ses intérêts.

La maturation du matriarcat français ou du mazdéisme iranien n’est pas encore, il paraît, arrivée à son terme, laquelle maturation pourra, sinon devra, déterminer le sort du Liban qui balance toujours entre deux visions et deux théories du monde et de la vie vraiment très différentes, pour ne pas dire contradictoires.

La plupart des Libanais sont devenus des mécréants parce qu’on les prend justement pour des mégots, avec une tentative permanente et quotidienne de les distraire et de les préoccuper par des dossiers importants et vitaux, mais qui peuvent se résoudre en quelques instants si la volonté et le bon sens étaient là. Telles les pénuries de médicament, de pain, d’essence et d’électricité.

Faisons du Liban un massepain autour duquel les amis fidèles et les vrais aimables se réunissent afin que le pays continue de jouer, comme il se doit et comme il l’a fait d’ailleurs depuis sa création, son rôle culturel, et son ouverture au monde et à la vie.

Avocat à la Cour

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Ces derniers temps, et plus encore depuis la pandémie de Covid-19, rien ne vas plus sur le territoire des lettres et du Cèdre. Comme si les politiciens voulaient et veulent toujours, exprès sans doute, faire vivre au peuple libanais l’ambiance d’un vrai mausolée. En effet, tous les secteurs du Liban sont menacés de s’effondrer et de disparaître. Que ce soit le secteur éducatif ou le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut