Rechercher
Rechercher

Économie - Crise au Liban

Nouveau bond spectaculaire du prix de l'essence : 233.800 LL le bidon

La bonbonne de gaz domestique coûte désormais 178.800 LL, en augmentation de 35.400 LL.

Nouveau bond spectaculaire du prix de l'essence : 233.800 LL le bidon

Une station-service fermée, le 22 septembre 2021 à Beyrouth. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Attendue depuis plusieurs jours par les stations-service dont la plupart ont préféré cadenasser leurs pompes, la nouvelle tarification officielle des carburants a été publiée jeudi matin, marquant une énième forte hausse des prix dans un Liban en crise, alors que les subventions publiques sur ces matières sont près d'être totalement supprimées.

Ainsi, le bidon de 20 litres d'essence à 95 octane se vend désormais à 233.800 LL, en augmentation de 27.400 LL. Celui à 98 octane, quasi introuvable sur le marché local, est tarifé à 241.400 LL, suite à une majoration de 27.900 LL. Le prix du bidon de mazout (diesel) est actuellement à 207.900 LL, après une hausse de 24.300 LL. Enfin, la bonbonne de gaz domestique coûte désormais 178.800 LL, en augmentation de 35.400 LL.

Le retard dans la publication des nouveaux tarifs, qui étaient censés être fixés mercredi, était en principe lié au fait que le ministre de l’Énergie et de l’Eau était en déplacement en début de semaine en Égypte puis en Jordanie, dans le cadre de l’initiative américaine visant à combler une partie du déficit de production d’électricité du Liban avec l’aide de ses voisins. Rentré de voyage, le ministre avait aussitôt dénoncé les distributeurs et stations-service qui avaient fermé, appelant la Direction de la protection des consommateurs rattachée au ministère de l’Économie et les forces de sécurité à identifier et contraindre les contrevenants à ouvrir.

Lire aussi

Où et comment a été distribué, jusqu’à présent, le fuel iranien au Liban ?

Les nouveaux prix reflètent la politique de suppression progressive des subventions sur l’essence observée par le ministère de l’Énergie.  La Banque du Liban subventionnait les importations de carburant depuis 2019, officiellement pour faire face à l’impact de la dépréciation de la monnaie nationale. Ces mécanismes, dont bénéficiaient également les importations de médicaments ou de matériel médical, ont presque tous été levés depuis le printemps, pour freiner entre autres la forte baisse des réserves de devises de la Banque centrale. Leur maintien avait cependant encouragé certains commerçants à constituer des stocks de produits subventionnés pour les revendre après la libération des prix. Une partie de ces produits a aussi été absorbée par la contrebande à destination de la Syrie.

Ces pénuries et la pratique de la vente au marché noir obligent les automobilistes à faire la queue pendant des heures interminables devant les stations-service encore ouvertes.


Attendue depuis plusieurs jours par les stations-service dont la plupart ont préféré cadenasser leurs pompes, la nouvelle tarification officielle des carburants a été publiée jeudi matin, marquant une énième forte hausse des prix dans un Liban en crise, alors que les subventions publiques sur ces matières sont près d'être totalement supprimées.Ainsi, le bidon de 20 litres d'essence...

commentaires (1)

A ces prix, il n'y aurait plus de files d'attente aux stations d'essence. Et le déficit de la balance des paiements, va diminuer. Déjà, la circulation à diminué de moitié sinon un peu plus par rapport aux années passées. La pollution de l'air s'améliore. Mais, ce qui augmente, c'est la détresse de plus de 80% de la population. Fallait il arriver à cet état ?

Esber

18 h 55, le 08 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • A ces prix, il n'y aurait plus de files d'attente aux stations d'essence. Et le déficit de la balance des paiements, va diminuer. Déjà, la circulation à diminué de moitié sinon un peu plus par rapport aux années passées. La pollution de l'air s'améliore. Mais, ce qui augmente, c'est la détresse de plus de 80% de la population. Fallait il arriver à cet état ?

    Esber

    18 h 55, le 08 octobre 2021

Retour en haut