Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

En enfer point d’espoir

C’est effarant de constater à quel point le responsable, dans notre pays, devient désespérant. À peine le ministère concocté après maints et vils marchandages de la part de responsables semblant vivre sur une autre planète que les hurluberlus dont on nous gratifie, après ce délai passé en enfer, nous donnent l’impression qu’eux aussi viennent d’une autre planète.

Certains d’entre eux, du moins ceux qui ont semblé nous parler, se sont évertués à nous prévenir qu’ils n’allaient point faire de miracles. Bon sang de malheur, qui leur a dit qu’on leur accordait notre confiance, qui leur a dit qu’on attendait quelque chose de positif d’eux ?

Ils auraient pu se contenter de nous assurer de leur prédisposition à travailler d’arrache-pied pour essayer d’améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens et de mettre leur pays, en toute transparence, sur la voie du salut.

S’excuser d’avance, c’est montrer leur manque de sérieux et nous dire qu’ils adoptaient le slogan de leur mentor « on ne nous a pas laissés ». De grâce, épargnez-nous la vision d’un imbécile qui se pointe à la télévision pour nous bassiner de mots creux.

Un ministre nouvellement nommé n’est pas tenu ni obligé de nous expliquer son programme. Il est très légitime de sa part de devoir d’abord se rendre compte des lieux et de réfléchir à tête reposée aux meilleures solutions ou du moins aux palliatifs possibles du moment, en attendant de faire mieux. Se trouver obligé de nous dire que les besoins journaliers actuels ne sont pas indispensables, voire non nécessaires, en se référant aux siècles passés, est de l’imposture. S’il ne sait pas agir et travailler, rien ne l’oblige à nous révéler gratuitement qu’il ne sait pas réfléchir ni parler.

Même les petits progrès de l’humanité ont été rendus possibles par des hommes qui étaient disposés à faire des miracles. S’excuser au départ de sa médiocrité, ça s’appelle rater le coche. On veut bien les rassurer, ils ne peuvent rêver de nous décevoir.

Le Libanais n’est plus capable d’être déçu.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


C’est effarant de constater à quel point le responsable, dans notre pays, devient désespérant. À peine le ministère concocté après maints et vils marchandages de la part de responsables semblant vivre sur une autre planète que les hurluberlus dont on nous gratifie, après ce délai passé en enfer, nous donnent l’impression qu’eux aussi viennent d’une autre planète.Certains...

commentaires (1)

LA LETTRE EST DEJA LISIBLE A PARTIR DE "SON ADRESSE" DIT LE DICTON. SI SEULEMENT CES NEO IRRESPONSABLES LISAIENT CE MOT ECRIT PAR GEORGES ZIADE. SUCCINCT,FRANC, FEROCE DE REALISME

Gaby SIOUFI

10 h 07, le 18 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • LA LETTRE EST DEJA LISIBLE A PARTIR DE "SON ADRESSE" DIT LE DICTON. SI SEULEMENT CES NEO IRRESPONSABLES LISAIENT CE MOT ECRIT PAR GEORGES ZIADE. SUCCINCT,FRANC, FEROCE DE REALISME

    Gaby SIOUFI

    10 h 07, le 18 septembre 2021

Retour en haut