Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Le gouvernement adopte sa déclaration ministérielle

Aoun et Mikati se félicitent de l'esprit de coopération entre les ministres.

Le gouvernement adopte sa déclaration ministérielle

Le président libanais, Michel Aoun, s'entretenant avec le chef du gouvernement, Nagib Mikati à Baabda, le 16 septembre 2021. Photo Dalati et Nohra

Le gouvernement de Nagib Mikati a adopté à l'unanimité, lors d'un Conseil des ministres tenu jeudi au palais de Baabda sous la présidence du chef de l’État, sa déclaration ministérielle, rédigée en un temps record de trois jours par rapport aux déclarations des gouvernements précédents. Le texte doit encore être soumis au vote de confiance du Parlement. Selon les informations disponibles, la séance de vote de confiance devrait être fixée par le président de la Chambre, Nabih Berry, au début de la semaine prochaine.

Au vu du contexte dans lequel le cabinet de Nagib Mikati a vu le jour la semaine dernière après treize mois de blocage politique, la déclaration ministérielle appelée "Ensemble pour le sauvetage" prévoit une série de réformes, notamment économiques. La tâche du nouveau gouvernement s'avère en effet herculéenne. La crise économique inédite que traverse le pays depuis l'été 2019 n'a eu de cesse de s'aggraver, la Banque mondiale la qualifiant d'une des pires au monde depuis 1850. Avec une inflation galopante et des licenciements massifs, 78% de la population libanaise vit aujourd'hui sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU. Chute libre de la monnaie locale, restrictions bancaires inédites, levée progressive des subventions, pénuries de carburant et de médicaments, le pays est aussi plongé dans le noir depuis plusieurs mois, les coupures de courant culminant jusqu'à plus de 22 heures quotidiennement. Et les queues interminables ne cessent de s'allonger devant les stations d'essence. Parmi les défis à relever figure la conclusion d'un accord avec le Fonds monétaire international (FMI), avec lequel les pourparlers sont interrompus depuis juillet 2020. Il s'agit pour la communauté internationale d'une étape incontournable pour débloquer d'autres aides substantielles.

Lire aussi

Voici les principaux points de la déclaration ministérielle du cabinet Mikati

Prenant la parole au début de la séance, le président Michel Aoun, qui s'était entretenu avec le Premier ministre, Nagib Mikati, avant la réunion, a d'emblée remercié les ministres membres de la commission ad hoc qui était chargée de rédiger la déclaration ministérielle, soulignant que la vitesse avec laquelle cette tâche a été accomplie "montre le sérieux dans le travail". "J'espère que ce modèle de travail, de productivité et de coopération sera toujours suivi, surtout que la situation actuelle est très difficile et que le temps est précieux", a ajouté le président.  A son tour, Nagib Mikati a remercié les membres de la commission, espérant que cet esprit de collaboration sera toujours de mise, et ce dans l'intérêt du Liban, insistant sur le fait que "la solidarité est requise pour une meilleure productivité".

S'exprimant à l'issue de la séance, le ministre de l'Information, Georges Cordahi, a expliqué que le chef de l'Etat a insisté sur l'importance de trouver des solutions rapides aux crises actuelles pour réduire la souffrance des gens. Il a souligné que la déclaration ministérielle a été approuvée à l'unanimité, après que les ministres aient formulé leurs remarques. Et de préciser que les modifications apportées au texte sont principalement d'ordre linguistique.
En réponse à la question d'une journaliste, Georges Cordahi a indiqué que la question de la levée des subventions sur les produits de première nécessité tels que les carburants et les médicaments n'a pas été évoquée, de même que le dossier de l'importation par le Hezbollah du fuel iranien au Liban.

Les nombreux enjeux et défis qui attendent le cabinet de Mikati

Les nombreux enjeux et défis qui attendent le cabinet de Mikati

Prochaine étape : le vote de confiance qui devrait avoir lieu en début de semaine prochaine à la Chambre. Le gouvernement devrait obtenir la confiance de la majorité des députés, même ceux du bloc du Liban fort, dont le courant patriotique libre de Gebran Bassil est la principale composante. Une délégation de ce groupe menée par le chef du parti s'était entretenue mercredi avec le chef du gouvernement à son domicile à Beyrouth. "Il a été convenu de coopérer de façon constructive entre le groupe parlementaire et le gouvernement au Parlement, de sorte à faciliter le vote de lois réformatrices et afin d’aider le cabinet à appliquer son programme (...)", peut-on lire dans un communiqué publié par la formation aouniste à l'issue de la réunion. Selon notre chroniqueur politique Mounir Rabih, cette visite était une manière pour Gebran Bassil de montrer la bonne entente avec le Premier ministre. Elle serait liée aussi à un geste de M. Mikati durant le débat autour de la déclaration ministérielle : en ce qui concerne le passage sur l’électricité, les représentants d’Amal du président de la Chambre Nabih Berry (aux rapports en dents de scie avec le camp de la présidence) auraient tenté d’obtenir que les centrales citées soient limitées à deux, à savoir Deir Ammar (Liban-Nord) et Zahrani (Liban-Sud) afin de couper la route à la construction d'une troisième centrale à Selaata (dans le caza de Batroun, fief du chef du CPL), en faveur de laquelle plaide Bassil. En refusant cette formulation, le Premier ministre garde donc la porte ouverte pour cette centrale. En échange, il s’assure le vote de confiance et diminue les tensions qui pourraient émailler les premiers pas de son gouvernement.



Le gouvernement de Nagib Mikati a adopté à l'unanimité, lors d'un Conseil des ministres tenu jeudi au palais de Baabda sous la présidence du chef de l’État, sa déclaration ministérielle, rédigée en un temps record de trois jours par rapport aux déclarations des gouvernements précédents. Le texte doit encore être soumis au vote de confiance du Parlement. Selon les informations...

commentaires (1)

TRISTE. TRISTE MR. MIKATI. LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL DE BELZEBUTH LE BARBU ET DE SES DEUX LIEUTENANTS INFERNAUX, LES DEUX BELIERS BISCORNUS DE L,APOCALYPSE ( RAI OU AVEZ-VOUS DISPARU ?) VOUS ONT VAINCU AU QUITTE OU DOUBLE DONT ILS VOUS ONT IMPOSE. VOUS NE GOUVERNERTEZ PAS. ILS GOUVERNERONT. PITOYABLE VOTRE DECLARATION MINISTERIELLE VIDE ET FLOU QUI EVITE DE MENTIONNER LES 1559 ET 1701 ET LEUR RESPECT. LA B.M., LE FMI ET LES INVESTISSEURS, SI IL Y EN AURAIT, EUX Y INSISTERONT AVANT D,INVESTIR FUT-CE UN FRANC. ET OU SONT LES NAPPES D,HYDROCARBURES DANS TOUT CA... ET L,EXPULSION DES BARGES TURQUES SCANDALE DE CORRUPTION DU SIECLE AVEC LES DEUX BELIERS TREMPES JUSQU,AU COUP ? CE N,EST PAS UN PROGRAMME QUE VOUS AVANCEZ, POUR TIRER LE NAVIRE DU FOND MAIS UN OU DEUX MATS PEUT-ETRE ET SAUVER LES RATS TAPIS DANS LES LIFERAFTS. ILS VOUS ONT EUT.

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

20 h 58, le 16 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • TRISTE. TRISTE MR. MIKATI. LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL DE BELZEBUTH LE BARBU ET DE SES DEUX LIEUTENANTS INFERNAUX, LES DEUX BELIERS BISCORNUS DE L,APOCALYPSE ( RAI OU AVEZ-VOUS DISPARU ?) VOUS ONT VAINCU AU QUITTE OU DOUBLE DONT ILS VOUS ONT IMPOSE. VOUS NE GOUVERNERTEZ PAS. ILS GOUVERNERONT. PITOYABLE VOTRE DECLARATION MINISTERIELLE VIDE ET FLOU QUI EVITE DE MENTIONNER LES 1559 ET 1701 ET LEUR RESPECT. LA B.M., LE FMI ET LES INVESTISSEURS, SI IL Y EN AURAIT, EUX Y INSISTERONT AVANT D,INVESTIR FUT-CE UN FRANC. ET OU SONT LES NAPPES D,HYDROCARBURES DANS TOUT CA... ET L,EXPULSION DES BARGES TURQUES SCANDALE DE CORRUPTION DU SIECLE AVEC LES DEUX BELIERS TREMPES JUSQU,AU COUP ? CE N,EST PAS UN PROGRAMME QUE VOUS AVANCEZ, POUR TIRER LE NAVIRE DU FOND MAIS UN OU DEUX MATS PEUT-ETRE ET SAUVER LES RATS TAPIS DANS LES LIFERAFTS. ILS VOUS ONT EUT.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    20 h 58, le 16 septembre 2021

Retour en haut