Rechercher
Rechercher

Société - Marche des avocats

« Je soutiendrai Bitar jusqu’à mon dernier souffle »

« Je soutiendrai Bitar jusqu’à mon dernier souffle »

Derrière la pancarte bardée des portraits des victimes, les avocats s’élancent vers le port. Photo C.A.

Derrière une pancarte bardée des 217 portraits des victimes de la double explosion au port de Beyrouth, s’avancent dans un silence religieux des centaines d’avocats en robe noire en direction du port de Beyrouth. Ils marchent depuis la Maison de l’avocat au rythme de chants patriotiques diffusés à tue-tête, et se dirigent dans une première étape devant le bâtiment du parquet de cassation situé au Palais de justice, où les rejoignent de nombreux parents de victimes du 4 août, ainsi que de nombreux membres d’ordres de carrières libérales.

Lire aussi

Au-delà du deuil, le sursaut de Beyrouth

En cette première commémoration de la double explosion du port de Beyrouth, l’émotion est à son paroxysme. On entend des sanglots et des cris. Des mères, pères, sœurs et frères de victimes hurlent leur douleur et leur colère en brandissant des photos d’êtres chers. « Je veux faire exploser ces mafieux comme ils ont fait exploser mon frère », fuse une voix dans la foule. « La potence pour toute personne impliquée ! » clame le frère de Mohammad Doughane, un employé au port de Beyrouth. « Je voudrais qu’il leur arrive pire que ce qui est arrivé à mon frère », martèle de son côté Najla, sœur de Mohammad Alaëddine, qui travaillait dans le quartier de Saïfi. Sur ses épaules, sa fillette affiche un portrait. « C’est mon oncle, et l’État la tué », scande-t-elle spontanément.

Les proches des victimes brandissant leurs portraits. Photo C.A.

Plus discret, un quadragénaire se tient de côté. En réponse à une question de L’Orient-Le Jour, il indique que la photo qu’il tient est celle de son fils, l’aspirant Georges Maalouf. « Agent de la Défense civile, il tentait d’ouvrir la porte du hangar numéro 12 lorsqu’il a été pulvérisé. Je ne l’ai identifié que par son ADN », dit-il d’une voix à peine audible.

Plus loin, Ali Haïdar, qui pleure son père Hassan, veut croire qu’on finira par obtenir justice. « J’ai confiance en Tarek Bitar et je le soutiendrai jusqu’à mon dernier souffle », dit-il avec espoir. Dans le même esprit, Ibrahim Hoteit, représentant des familles des victimes, veut croire aussi à une prochaine révélation de la vérité. « Justice sera faite grâce à notre persistance », déclare-t-il. L’assiduité, Joseph Moukarzel, député suppléant des Français de l’étranger, la considère également comme un bon moyen d’obtenir gain de cause. Assurant que « le peuple libanais est soutenu à l’international », il préconise « une constance dans la contestation populaire pour que s’opère le changement ».

Dans un discours qui avait précédé la marche vers le port, le bâtonnier de Beyrouth Melhem Khalaf avait lui aussi exprimé sa ténacité en évoquant son action pour la défense des droits des victimes. « Aucun responsable de cette tragédie n’échappera à la reddition des comptes et aux sanctions. La justice prévaudra inévitablement », a-t-il martelé. Y a-t-il vraiment un espoir en ce sens ? « L’espoir, on le crée », répond-il à L’OLJ.

Lire aussi

Enquête : le puzzle commence à prendre forme, malgré les obstacles

Avant de s’élancer vers le site du cataclysme, Melhem Khalaf avait par ailleurs inauguré une plaque commémorative à l’entrée de la Maison de l’avocat en hommage à Khalil Moujaès, Hadi Succar et Élie Naufal, trois avocats tués le 4 août 2020.


Derrière une pancarte bardée des 217 portraits des victimes de la double explosion au port de Beyrouth, s’avancent dans un silence religieux des centaines d’avocats en robe noire en direction du port de Beyrouth. Ils marchent depuis la Maison de l’avocat au rythme de chants patriotiques diffusés à tue-tête, et se dirigent dans une première étape devant le bâtiment du parquet de...

commentaires (5)

JE LE SOUTIENDRAI AUSSI A CONDITION QU,IL REVELE LE NOM DU PRORIETAIRE OU DU MOINS CELUI DES UTILISATEURS DU NITRATE DONT LES NOMS SONT SUR LES DOCUMENTS DOUANIERS. JUSTICE CONTRE LES TETES AVANT LES SUBALTERNES.

L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

13 h 42, le 05 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • JE LE SOUTIENDRAI AUSSI A CONDITION QU,IL REVELE LE NOM DU PRORIETAIRE OU DU MOINS CELUI DES UTILISATEURS DU NITRATE DONT LES NOMS SONT SUR LES DOCUMENTS DOUANIERS. JUSTICE CONTRE LES TETES AVANT LES SUBALTERNES.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 42, le 05 août 2021

  • Cette grève est mal placée en ce moment malgré le respect que je porte à Mr Khalaf car en ce moment il faut se battre sans répit.

    Wow

    12 h 53, le 05 août 2021

  • Tout blocage des institutions judiciaires fait l’affaire des fossoyeurs de la république, alors pourquoi ne pas manisfester leur désaccord autrement, en rejoignant le bureau du juge Bitar pour lui prêter main forte en travaillant jour et nuit pour faire éclater la vérité sur tous les dossier poussiéreux qui s’entassent depuis des décennies dans les tiroirs des vendus? C’est plus constructif que de geler la justice qui représente un cadeau pour ces mafieux qui n’en demanderaient pas mieux.

    Sissi zayyat

    11 h 19, le 05 août 2021

  • Tout blocage des institutions judiciaires fait l’affaire des fossoyeurs de la république, alors pourquoi ne pas manisfester leur désaccord autrement, en rejoignant le bureau du juge Bitar pour lui prêter main forte en travaillant jour et nuit pour faire éclater la vérité sur tous les dossier poussiéreux qui s’entassent depuis des décennies dans les tiroirs des vendus? C’est plus constructif que de geler la justice qui représente un cadeau pour ces mafieux qui n’en demanderaient pas mieux.

    Sissi zayyat

    11 h 19, le 05 août 2021

  • J’aurai préféré qu’ils se rendent avec leur client devant le juge BITAR au lieu de faire la grève et de retarder de plusieurs semaines les auditions

    LA VERITE

    01 h 45, le 05 août 2021

Retour en haut