Rechercher
Rechercher

Politique - Explosions du 4 août

Béchara Raï appelle la justice à faire preuve de courage

 "Le pays ne tolère pas les manœuvres. Vous avez besoin d'un gouvernement de sauvetage, alors ne soyez plus en retard", dit le patriarche maronite. 

Béchara Raï appelle la justice à faire preuve de courage

Le patriarche maronite Béchara Raï. Photo Ani

A quelques jours de la commémoration des explosions du 4 août 2020 au port de Beyrouth, le patriarche maronite Béchara Raï a appelé dimanche la justice à faire preuve de courage, critiquant les immunités dont bénéficient les députés et responsables de la sécurité. 

"Un an s'est écoulé pendant que nous attendons de connaître la vérité et le résultat du travail de la justice, qui a pour devoir d'avancer avec courage et sans peur", a déclaré Mgr Raï dans son homélie dominicale à Dimane, la résidence d’été du patriarcat. "Le processus d'enquête ne peut pas s'arrêter face à la politique et aux immunités", a-t-il ajouté appelant la justice a faire preuve de courage pour aboutir à la vérité. 

Le juge Tarek Bitar chargé de l'enquête avait demandé début juillet la levée de l'immunité de certains députés et responsables sécuritaires pour les mettre en examen et engager des poursuites à leur encontre pour "éventuelle intention d'homicide" et "négligence et manquements" dans le cadre de son instruction. Il fait depuis face à une levée de boucliers de la classe politique, notamment au Parlement qui a refusé, "en l'attente de preuves", d'autoriser la levée des immunités, et tente de court-circuiter la procédure du magistrat en réclamant que les ex-ministre mis en accusation soient jugés devant la haute cour de justice, un organe devant lequel aucune affaire n'a jamais été portée. Cette volonté des membres du Parlement avait provoqué un tollé et certains tentent depuis de redorer leur image, à quelques jours de la première commémoration de la catastrophe, qui a fait plus de 200 morts.

Par ailleurs, Béchara Raï a indiqué qu'il s'attendait à voir un nouveau gouvernement. "La présidence du Conseil des ministres ne peut rester vacante, a-t-il dit. Et le mandat de Michel Aoun ne peut pas rester, dans sa dernière phase, sans gouvernement", a-t-il dit. "On ne peut plus attendre des mois, des semaines, voire des jours", a martelé le patriarche maronite. "Comment déclarent-ils vouloir un gouvernement de spécialistes, indépendants et non partisans, et veulent-ils, en retour choisir les portefeuilles et nommer les ministres ?", a-t-il demandé avant d'ajouter : "Le pays ne tolère pas les manœuvres. Vous avez besoin d'un gouvernement de sauvetage, alors ne soyez plus en retard".

Le Liban est sans gouvernement actif depuis août 2020, après la démission du cabinet de Hassane Diab intervenue dans la foulée de la double explosion dans le port de Beyrouth. Saad Hariri avait été désigné en octobre 2020 mais prisonnier d'un imbroglio politico-personnel avec le chef de l'État et son camp politique, dirigé par son gendre Gebran Bassil, il a fini par se récuser. Dix jours après sa récusation, c'est Nagib Mikati qui a été désigné pour reprendre le flambeau. Il s'agit, depuis fin août 2020, du troisième Premier ministre désigné pour former un gouvernement de "mission" réclamé à l'international, notamment par la France, qui a proposé en septembre dernier un plan de réformes économiques et de lutte anticorruption en contrepartie d'un déblocage d'une aide financière cruciale pour sortir le pays de la crise sans précédent dans laquelle il se débat.


A quelques jours de la commémoration des explosions du 4 août 2020 au port de Beyrouth, le patriarche maronite Béchara Raï a appelé dimanche la justice à faire preuve de courage, critiquant les immunités dont bénéficient les députés et responsables de la sécurité. "Un an s'est écoulé pendant que nous attendons de connaître la vérité et le résultat du travail de la...

commentaires (1)

"La présidence du Conseil des ministres ne peut rester vacante, a-t-il dit. Et le mandat de Michel Aoun ne peut pas rester, dans sa dernière phase, sans gouvernement", a-t-il dit. " effectivement on est inquiet pour le sort du président aoun, vous devez lui dire de mettre un peu d eau dans son vin il veut le beurre et l argent du beurre, il ne sait pas comment faire pour sauver son gendron , bref un gouvernement il y aura un un jour mais sans reforme ( la justice, la corruption, l impunité des crimes contre le peuple libanais,le droit de la femme , le communautarisme,.........) c est bizarre vous ne parlez pas de tout ,ca, tout ce que vous interesse c est un gouvernement pour toucher les aides et continuer comme avat.

barada youssef

19 h 26, le 01 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "La présidence du Conseil des ministres ne peut rester vacante, a-t-il dit. Et le mandat de Michel Aoun ne peut pas rester, dans sa dernière phase, sans gouvernement", a-t-il dit. " effectivement on est inquiet pour le sort du président aoun, vous devez lui dire de mettre un peu d eau dans son vin il veut le beurre et l argent du beurre, il ne sait pas comment faire pour sauver son gendron , bref un gouvernement il y aura un un jour mais sans reforme ( la justice, la corruption, l impunité des crimes contre le peuple libanais,le droit de la femme , le communautarisme,.........) c est bizarre vous ne parlez pas de tout ,ca, tout ce que vous interesse c est un gouvernement pour toucher les aides et continuer comme avat.

    barada youssef

    19 h 26, le 01 août 2021

Retour en haut