Rechercher
Rechercher

Politique - Réactions

Pour la communauté internationale, c’est l’attentisme qui prime

Les rares réactions officielles ainsi que les échos diplomatiques révèlent surtout le souci de la formation rapide d’un gouvernement.

Pour la communauté internationale, c’est l’attentisme qui prime

Le Premier ministre désigné s’exprimant hier depuis le palais de Baabda. Photo Nabil Ismaïl

« Cela fait un moment que j’étudie la question et si je n’avais pas des garanties extérieures, je n’aurais pas accepté cette mission. » Cette déclaration du Premier ministre désigné Nagib Mikati, à l’issue de sa nomination par 72 députés lundi, laisse à penser qu’il a perçu un appui international à sa personne dans sa difficile tâche de former un gouvernement qui puisse sortir le pays de la crise. Et dans sa première interview après sa désignation, accordée hier au journal an-Nahar, il a repris la formule des « garanties internationales et américaines » pour éviter un effondrement du Liban.

Or les réactions internationales à la nomination de Nagib Mikati sont rares et caractérisées par un ton que l’on peut qualifier de prudent. La France a pris « note » de la désignation de M. Mikati, dans une déclaration de la porte-parole de la diplomatie française. « L’urgence est désormais de former un gouvernement compétent et capable de mettre en œuvre les réformes indispensables au relèvement du pays, que tous les Libanais attendent », avait ajouté Agnès von der Mühll. « La France appelle l’ensemble des dirigeants libanais à agir en ce sens le plus rapidement possible. Leur responsabilité est engagée. »

L'édito de Issa GORAIEB

République offshore

De même pour l’Union européenne, qui dans un communiqué affirme avoir « pris note de la nomination de Nagib Mikati en tant que Premier ministre désigné ». « Il est maintenant d’une importance cruciale qu’un gouvernement crédible et pouvant rendre des comptes soit formé au Liban sans délai, une équipe qui peut répondre à la sévère crise économique et sociale à laquelle le pays fait face », poursuit le texte.

Après deux échecs de Premiers ministres désignés – l’ambassadeur Moustapha Adib et l’ancien président du Conseil Saad Hariri (qui s’est récusé en juillet après neuf mois) – et un effondrement imminent du pays, la confiance dans la capacité de la classe politique à former un gouvernement semble au plus bas et l’attentisme reste de mise. Alors de quelles « garanties » parle Nagib Mikati ?

Du côté de la France, pays vivement engagé en faveur de la formation d’un gouvernement au Liban depuis l’annonce de l’initiative française par le président français Emmanuel Macron suite à la double explosion meurtrière au port de Beyrouth en août 2020, on estime que la priorité est à l’aboutissement de la mission du Premier ministre désigné plutôt qu’à l’appui à une personne donnée. « La France soutient toute personne désignée par le Parlement libanais suivant un processus démocratique », souligne une source diplomatique française à L’Orient-Le Jour. L’important est de former un gouvernement compétent pour sortir la population de la crise, quelle que soit sa composition, poursuit-elle.

Pour notre chroniqueur politique Mounir Rabih, la réalité est plus nuancée. « Les Français, malgré la tiédeur apparente de leur réaction, encouragent la nomination de Nagib Mikati. Ils auraient même conseillé à Saad Hariri de se retirer en sa faveur, estimant qu’il a les relations internationales nécessaires pour mener à bien sa mission », dit-il.

Attitude saoudienne inchangée

Pour ce qui est des garanties « américaines » entre autres, évoquées par M. Mikati lui-même, rien dans les déclarations officielles des autorités de ce pays ne permet de confirmer le soutien qu’elles apporteraient à la personne du Premier ministre désigné, selon les observateurs. Une déclaration d’une source officielle de l’ambassade des États-Unis à L’Orient-Le Jour vient confirmer cette impression : « Les États-Unis ont toujours fait preuve d’un engagement auprès du peuple libanais depuis des décennies et ils continueront à le faire. Le choix et la nomination d’un nouveau gouvernement participent d’une décision propre au peuple libanais. »

Lire aussi

Gouvernement : les petits calculs du camp aouniste

Dans ce nouvel épisode gouvernemental, le silence arabe, notamment celui des monarchies du Golfe, est éloquent. L’hostilité à peine voilée de l’Arabie saoudite à l’arrivée de Saad Hariri au pouvoir, un froid que celui-ci n’a pu dissiper malgré tous ses efforts et ses pérégrinations, marquera-t-elle également le mandat de Nagib Mikati ? Mounir Rabih pense que ce sera le cas. « Les Saoudiens adoptent avec Nagib Mikati la même attitude qu’avec Saad Hariri, c’est-à-dire de l’indifférence et même un rejet du personnage, due au fait que selon eux, cette période de l’histoire du Liban aurait requis une personnalité nouvelle n’ayant pas été engagée dans la politique au sein de cette classe politique, dit-il. Or ce n’est pas le cas de Nagib Mikati. Cette position est clairement exprimée par les tweets récents de l’ambassadeur d’Arabie saoudite, Walid Boukhari. »


« Cela fait un moment que j’étudie la question et si je n’avais pas des garanties extérieures, je n’aurais pas accepté cette mission. » Cette déclaration du Premier ministre désigné Nagib Mikati, à l’issue de sa nomination par 72 députés lundi, laisse à penser qu’il a perçu un appui international à sa personne dans sa difficile tâche de former un gouvernement...

commentaires (7)

Je ne défends point Mikati ! De quoi se mêlent les Saoudiens dans la nomination de NOTRE PREMIER MINISTRE ! Est-ce MBS me donne un droit de regard sur sa politique intérieure et ses nominations? Est-ce que j'ai un droit de regard sur les nominations en France, USA, Angleterre ? NON ! Nous sommes Libanais, Pas Saoudiens, ou du Qatar, France, Iran ou autre. Le choix est interne ! Quoi faudra-t-il demander à son éminence MBS si je peux aussi aller à la toilette?

Marwan Takchi

17 h 17, le 28 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Je ne défends point Mikati ! De quoi se mêlent les Saoudiens dans la nomination de NOTRE PREMIER MINISTRE ! Est-ce MBS me donne un droit de regard sur sa politique intérieure et ses nominations? Est-ce que j'ai un droit de regard sur les nominations en France, USA, Angleterre ? NON ! Nous sommes Libanais, Pas Saoudiens, ou du Qatar, France, Iran ou autre. Le choix est interne ! Quoi faudra-t-il demander à son éminence MBS si je peux aussi aller à la toilette?

    Marwan Takchi

    17 h 17, le 28 juillet 2021

  • Maintenant il y a aussi l’Arabie Seoudite et après qui encore ?

    Eleni Caridopoulou

    16 h 15, le 28 juillet 2021

  • Ce sont les mêmes destructeurs et prédateurs qui vont rebâtir notre pays?

    Wow

    13 h 40, le 28 juillet 2021

  • L’appui dont se gargarise Mikati n’est rien qu’un prétexte pour se donner une légitimité face aux renards qui l’entourent. Peut être prend il le silence de certains pays pour un oui mais il sait au fond de lui que si d’aventure il se lance dans des accords avec des partis pour former son gouvernement, il se verra aussitôt rejeté et à banni à son sort tout comme son prédécesseur qui a voulu jouer avec le feu en cédant d’office des ministères à certains fossoyeurs et pas d’autres, en clamant l’apaisement et la paix intérieure. Ce manège ne fonctionne plus et les yeux de ces soit disant pays qui l’appuient l’observent pour empêcher tout égarement de sa part aux détriments de l’intérêt du pays et du peuple. Voilà donc où en est le pays, on recule pour mieux sauter mais il n’est pas dit que ça soit un saut dans le vide. On a plus qu’à nous dire. Il joue au poker aveugle alors que ce jeu n’a jamais réussi à notre pays, ceux qui bluffent finissent par rafler la mise. Espérons que cela lui réussisse dans l’intérêt de tous. Wait and see.

    Sissi zayyat

    10 h 37, le 28 juillet 2021

  • Joe Biden et hassan nasrallah enfin acocquines, ET en public de surcroît ! gouv forme illico svp !

    Gaby SIOUFI

    09 h 31, le 28 juillet 2021

  • ET POURTANT PAR LES PRESSIONS ET LES MENACES DE SANCTIONS AMERICAINS, FRANCAIS ET EUROPEENS, TOUT COMME LES ARABES, INDIRECTEMENT, TOUS, SONT PRESENTS ET NE PERMETTRONT PLUS DE DERIVES. POUR LES BLOQUEURS DORENAVANT IL EST TRES DIFFICILE DE BLOQUER. ILS METTRONT CA SUR LE COMPTE DE LEUR BONNE FOI RECUPEREE POUR ESSAYER DE TROMPER L,OPINION PUBLIQUE QUI POURTANT LES CONNAIT.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 04, le 28 juillet 2021

  • A quoi s'attendait-on de la part de la communauté internationale? À une célébration pour ce que nous avons accompli au bout de 11 mois? À des discours de félicitations pour avoir désigné un PM?? La classe dirigeante a dégoûté le monde entier (tout autant que son peuple) avec son art de manipuler, de mentir, de voler, de se couvrir les uns les autres, et c'est assez bien que la communauté internationale "prenne note" tant qu'elle veut bien encore le faire.

    CK

    06 h 28, le 28 juillet 2021

Retour en haut