Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19

Vers de nouvelles restrictions sévères

En l’espace de trois semaines, les hospitalisations dues au Covid ont plus que doublé.

Vers de nouvelles restrictions sévères

La vaccination reste le seul moyen efficace pour contrer la propagation du coronavirus. Anwar Amro/Photo d’archives AFP

Il a fallu moins d’un mois pour que le Liban passe de la phase 1 de l’épidémie, dans le cadre de laquelle les foyers de Covid-19 sont bien identifiés, à la phase 3, caractérisée par une transmission communautaire. De fait, en l’espace de trois semaines les nouvelles contaminations au coronavirus signalées au quotidien sont passées d’une centaine le 5 juillet à 1 502 hier, dont 73 cas en provenance de l’étranger, selon le bilan quotidien du ministère de la Santé, portant à 557 145 le nombre de cas avérés depuis la détection de la première contamination au Liban. Un seul décès a été déploré hier. Ce qui fait grimper à 7 895 l’ensemble des décès imputés au Covid.

Cette situation est d’autant plus inquiétante que la crise financière, doublée à la pénurie du mazout et des médicaments et à l’exode massif du corps infirmier, pèse lourd sur le secteur hospitalier qui risque de ne pas pouvoir faire face à une nouvelle pression au cas où les hospitalisations augmentaient. Or en l’espace de trois semaines également, celles-ci ont plus que doublé, passant de 104 le 5 juillet, dont 45 en soins intensifs, à 225 hier, au nombre desquelles 94 en soins intensifs.

Lire aussi

Les hôpitaux libanais démunis en cas de nouvelle vague, avertit Firas Abiad

« Ce sont les personnes âgées de 30 à 55 ans qui n’ont pas encore reçu le vaccin qui sont le plus hospitalisées », déplore Petra Khoury, coprésidente de la commission nationale chargée de lutter contre le Covid-19.En cause, bien évidemment, le variant Delta caractérisé par une transmission rapide « puisqu’il suffit de quelques secondes pour que ce virus soit transmis d’une personne contaminée à dix autres », comme l’affirme Mme Khoury, ainsi que des cas importés, plusieurs dizaines au quotidien, mais aussi du relâchement total des mesures de prévention. Il suffit de regarder les images qui circulent sur les réseaux sociaux pour constater à quel point les fêtards ne respectent nullement les gestes-barrières.

Nouvelles mesures de contrôle

Aussi, pour tenter de contenir l’épidémie, la commission nationale qui s’est réunie hier a pris des recommandations qui devraient être émises aujourd’hui selon lesquelles la vaccination sera obligatoire pour les employés de certains secteurs comme le secteur public, le secteur hospitalier, les maisons de retraite… De plus, les personnes qui doivent se rendre dans des endroits bondés (événements, restaurants, centres commerciaux…) sont obligées de présenter soit un pass de vaccination, soit une preuve qu’elles ont été contaminées au coronavirus au cours des trois derniers mois ou d’un examen PCR négatif au Covid. « Ce sont les mêmes mesures appliquées aux personnes rentrant au Liban », explique à L’Orient-Le Jour Mme Khoury. Elle précise que ces documents doivent être munis d’un code QR pour éviter « toute falsification ».

À la question de savoir si le pays se dirigeait vers un nouveau bouclage pour contenir la propagation du virus, Petra Khoury précise que pour prendre une telle décision il faut surveiller les hospitalisations. Celle-ci sera prise au cas où les hôpitaux arriveront à saturation.

La vaccination, seul moyen de lutte

La vaccination reste le seul moyen efficace pour contrer cette propagation, puisqu’elle « protège contre les cas graves de la maladie », comme l’a rappelé sur son compte Twitter le directeur de l’hôpital universitaire Rafic Hariri, Firas Abiad. « Si les personnes vaccinées peuvent toujours contracter le virus, elles sont moins à risque que si elles n’avaient pas reçu le vaccin et la probabilité qu’elles contaminent d’autres personnes est également moindre », a-t-il souligné, affirmant que l’immunisation est « sûre » et ses effets secondaires « légers ». Ses avantages « dépassent clairement les risques » encourus, a-t-il insisté, soulignant que la vaccination « est encore plus importante pour le personnel hospitalier en contact avec les personnes contaminées ». Constatant que les preuves de vaccination sont de plus en plus demandées à l’international « pour voyager ou accéder à certains lieux publics », il a fait remarquer qu’ « au Liban, l’obstacle principal à une vaccination massive est l’accessibilité des produits ». « Beaucoup de gens ont hâte de se faire vacciner mais attendent toujours leur rendez-vous », a-t-il regretté.

Lire aussi

Quand les plus grands hôpitaux libanais ne peuvent plus soigner


Selon le bilan quotidien du ministère de la Santé, 24,7 % des personnes éligibles à la vaccination ont déjà reçu une première dose du vaccin et 17,3 % d’entre elles les deux doses nécessaires.

Hier, le conseil exécutif de vaccination a annoncé sur son compte Twitter que des messages pour la vaccination avec le produit Pfizer/BioNTech ont commencé d’être envoyés aux personnes âgées entre 16 ans et 29 ans qui s’étaient inscrites sur la plateforme avant le 1er mars.


Il a fallu moins d’un mois pour que le Liban passe de la phase 1 de l’épidémie, dans le cadre de laquelle les foyers de Covid-19 sont bien identifiés, à la phase 3, caractérisée par une transmission communautaire. De fait, en l’espace de trois semaines les nouvelles contaminations au coronavirus signalées au quotidien sont passées d’une centaine le 5 juillet à 1 502 hier,...

commentaires (1)

MAIS C QUOI CA ? NON SERIEUSEMENT, ILS/VOUS PARLEZ DE "PASS", ILS/VOUS PARLEZ,QUI EMETTRAIT CE TRUC ? ET DE MESURES QUE DOIVENT PRENDRE LES "ENTREPRISES"....DESQUELLES EXACTEMENT, LES DETAILLANTS, BOULANGERIES, PHARMACIES, CENTRES D'ACHAT,EPICERIES,STE COMMERCIALES/

Gaby SIOUFI

14 h 04, le 29 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • MAIS C QUOI CA ? NON SERIEUSEMENT, ILS/VOUS PARLEZ DE "PASS", ILS/VOUS PARLEZ,QUI EMETTRAIT CE TRUC ? ET DE MESURES QUE DOIVENT PRENDRE LES "ENTREPRISES"....DESQUELLES EXACTEMENT, LES DETAILLANTS, BOULANGERIES, PHARMACIES, CENTRES D'ACHAT,EPICERIES,STE COMMERCIALES/

    Gaby SIOUFI

    14 h 04, le 29 juillet 2021

Retour en haut