Rechercher
Rechercher

Économie

Le chiffre de la semaine : 22,1 %

Le chiffre de la semaine : 22,1 %

C’est la baisse en glissement annuel de la valeur des chèques compensés, qui a atteint 20,6 milliards de dollars à fin juin, contre 26,46 milliards à la même période l’année passée, selon les chiffres publiés par le Lebanon Weekly Monitor de Bank Audi. Il s’agit d’un indicateur des dépenses de consommation et d’investissement dans l’économie, montrant alors clairement une baisse des dépenses en glissement annuel.

Dans un pays ravagé par une crise économique et financière depuis près de deux ans, le résultat n’est pas surprenant. En effet, le taux de change a atteint 17 000 livres pour un dollar en juin, une dévaluation de 91,13 % par rapport au taux officiel de 1 507,5 livres, impliquant alors un taux d’inflation de 100,64 % durant ce mois en glissement annuel, selon l’Administration centrale de la statistique. Des chiffres extrêmes qui ont poussé 57,9 % de la population sous le seuil de pauvreté en 2020, selon l’Escwa. Sans oublier que l’économie libanaise s’est contractée de près de 30 % selon la dernière organisation internationale citée, contre près de 20 % pour le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, indiquant ainsi une grande baisse de l’activité économique.

Toutefois, ce mouvement a débuté depuis 2015, selon le Lebanon Weekly Monitor, qui a indiqué que cette année-là, au cours du premier semestre, la valeur des chèques compensés a atteint 34,74 milliards de dollars, une baisse donc de 40,69 % selon nos calculs. Leur valeur a diminué progressivement pour atteindre 32,84 milliards de dollars en 2019. En juin 2019, bien avant que la monnaie nationale commence sa dévaluation à partir de la fin de l’été, cet indicateur était déjà en baisse de près de 16,28 %, laissant alors entrevoir les prémices de la crise économique qui allait s’abattre sur le Liban. Le premier semestre de l’année 2020 a connu une faible diminution de la valeur des chèques compensés, passant de 27,49 milliards de dollars en 2019 à 26,46 milliards en 2020. En effet, en raison de la mise en place de restrictions sur les retraits et les transferts à l’étranger depuis les comptes libellés en devises, les agents économiques ont utilisé les chèques bancaires pour vider leurs comptes à partir d’octobre 2019. Suite à la mise en place à partir d’avril 2020 des retraits des « dollars libanais » à un taux supérieur à l’officiel, actuellement de 3 900 livres, plusieurs agents ont également échangé leurs chèques en devises contre des « dollars frais », sur lesquels aucune restriction ne s’applique. Toutefois, les banques ont progressivement limité les dépôts de chèques en dollars (soit par des dates valeurs de plusieurs mois, soit en interdisant tout simplement à un client de déposer un chèque en devises). Plusieurs agents se sont alors tournés vers les chèques en livres, entraînant la baisse du nombre de chèques compensés, passant de 3,04 millions en juin 2020 à 1,88 million à la même période en 2021 (-38,1 %). En parallèle, la valeur moyenne des chèques compensés a augmenté de 25,9 % en glissement annuel pour atteindre 10 949 dollars.


C’est la baisse en glissement annuel de la valeur des chèques compensés, qui a atteint 20,6 milliards de dollars à fin juin, contre 26,46 milliards à la même période l’année passée, selon les chiffres publiés par le Lebanon Weekly Monitor de Bank Audi. Il s’agit d’un indicateur des dépenses de consommation et d’investissement dans l’économie, montrant alors clairement une...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut