Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Formation du gouvernement au Liban

Les ex-Premiers ministres se concertent à la veille des consultations contraignantes à Baabda

Les ex-Premiers ministres se concertent à la veille des consultations contraignantes à Baabda

De gauche à droite, les ex-Premiers ministres Tammam Salam, Fouad Siniora, Nagib Mikati et Saad Hariri, le 25 juillet à la Maison du Centre. Photo Twitter/@saadhariri

Les ex-Premiers ministres libanais Saad Hariri, Fouad Siniora, Tammam Salam et Nagib Mikati, se sont réunis dimanche après-midi afin de discuter des consultations parlementaires contraignantes qu'organise à Baabda demain le chef de l'État Michel Aoun, et pour lesquelles M. Mikati est donné favori pour former le prochain gouvernement.

Selon un bref communiqué publié par le bureau de presse de M. Hariri, les quatre ex-chefs du gouvernement ont examiné "les derniers développements politiques dans le pays, notamment la question des consultations parlementaires contraignantes pour la désignation d'un nouveau Premier ministre". Aucun détail sur la teneur des discussions n'a été donné jusque-là. 

Selon plusieurs observateurs, les députés du Courant du Futur, formation dirigée par M. Hariri, pourrait ne nommer personne à l'issue des consultations, tout comme les Forces libanaises de Samir Geagea. Le Courant patriotique libre de Gebran Bassil semble vouloir nommer Nawaf Salam, ou se contenter de ne nommer personne. Mais jusque-là, Nagib Mikati reste en tête de course parmi les candidats dont les noms circulent de manière informelle.

Les consultations de lundi font suite à la récusation le 15 juillet du leader du Courant du Futur Saad Hariri, qui a jeté l'éponge après neuf mois de pénibles tractations, marquées par un conflit politique et personnel avec le chef de l'État et son camp.

Dans un entretien au quotidien al-Joumhouria samedi, Michel Aoun s'est dit "prêt à coopérer" pour la formation du futur gouvernement avec l'ex-Premier ministre Nagib Mikati ou avec "n'importe quelle autre personnalité" désignée par les députés à l'issue des consultations parlementaires.

Le Premier ministre sortant Hassane Diab et son cabinet avaient présenté leur démission dans la foulée de la double explosion au port de Beyrouth, il y a presqu'un an. Depuis, le pays reste sans exécutif en fonction alors qu'il traverse la pire crise économique et financière de son histoire moderne. Cet effondrement est marqué par une chute impressionnante de la livre libanaise sur le marché parallèle, une hyperinflation, une paupérisation rapide de la population et des pénuries d'électricité, de médicaments et de carburant. Un nouveau cabinet est donc très attendu, d'abord pour lancer les négociations avec le Fonds monétaire international afin d'obtenir un package d'aides, mais également pour débloquer des soutiens financiers promis par la communauté internationale, à condition que de profondes réformes soient menées.


Les ex-Premiers ministres libanais Saad Hariri, Fouad Siniora, Tammam Salam et Nagib Mikati, se sont réunis dimanche après-midi afin de discuter des consultations parlementaires contraignantes qu'organise à Baabda demain le chef de l'État Michel Aoun, et pour lesquelles M. Mikati est donné favori pour former le prochain gouvernement.Selon un bref communiqué publié par le bureau de presse...