Rechercher
Rechercher

Économie - Enquête

La justice libanaise interrogera Salamé début août

La justice libanaise interrogera Salamé début août

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé. Photo d’archives Joseph Eid/AFP

Selon une source citée par l’AFP, la justice libanaise interrogera début août le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé sur des affaires de détournement de fonds publics et d’évasion fiscale. Une enquête sur la fortune du gouverneur avait déjà été ouverte il y a deux mois par la justice libanaise, alors que Riad Salamé fait également l’objet d’enquêtes en cours en Suisse et en France, ainsi que d’une plainte au Royaume-Uni.

Selon la source judiciaire, c’est le procureur adjoint auprès de la Cour de cassation, Jean Tannous, qui sera chargé d’interroger début août Riad Salamé pour « détournement de fonds publics, enrichissement illicite, blanchiment d’argent et évasion fiscale ». L’enquête locale « recoupera » les enquêtes lancées en Europe, affirme cette même source selon laquelle la décision d’interroger le gouverneur « et les poursuites engagées contre lui se fondent sur des données internes et externes » nécessitant qu’il soit interrogé.

Déjà visé depuis plusieurs mois par une enquête en Suisse pour « blanchiment d’argent aggravé en lien avec un éventuel détournement de fonds au détriment de la Banque du Liban », deux plaintes ont été déposées en avril en France à l’encontre de Riad Salamé, qui y possède plusieurs biens immobiliers. L’enquête française a été confiée début juillet à des juges d’instruction anticorruption. Elle doit notamment permettre d’éclaircir la provenance du riche patrimoine immobilier du financier.

Arrivé à la tête de la BDL en 1993, Riad Salamé, 71 ans, est soupçonné par une partie de la population d’avoir, comme les dirigeants politiques, mené le pays à la dérive et d’avoir transféré d’importantes sommes à l’étranger lors de la contestation populaire d’octobre 2019, en parallèle de restrictions bancaires sur les comptes en devises des Libanais. Riad Salamé s’est depuis défendu dans les médias, estimant être un « bouc émissaire » et affirmant avoir fait fructifier le patrimoine qu’il détenait en 1993, au moment de sa prise de fonction à la BDL.

L’OLJ/AFP


Selon une source citée par l’AFP, la justice libanaise interrogera début août le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé sur des affaires de détournement de fonds publics et d’évasion fiscale. Une enquête sur la fortune du gouverneur avait déjà été ouverte il y a deux mois par la justice libanaise, alors que Riad Salamé fait également l’objet d’enquêtes en cours...

commentaires (1)

Gare à celui qui s’oppose au petit nabot, il finit devant un juge contrairement aux vrais criminels et vendus comme lui. Min à at arak y’a antar?

Sissi zayyat

11 h 29, le 21 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Gare à celui qui s’oppose au petit nabot, il finit devant un juge contrairement aux vrais criminels et vendus comme lui. Min à at arak y’a antar?

    Sissi zayyat

    11 h 29, le 21 juillet 2021

Retour en haut