Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus

Le Liban enregistre quatre décès et 163 nouveaux cas

Le docteur Firas Abiad appelle les jeunes adultes à se faire vacciner.


Une jeune femme masquée se présentant devant un soignant dans un centre de vaccination contre le coronavirus, au Liban. Photo João Sousa

Le Liban a enregistré lors des dernières 24 heures quatre décès et 163 nouveaux cas de coronavirus, dont 10 en provenance de l'étranger, selon le bilan quotidien publié vendredi par le ministère de la Santé. Ces chiffres portent à 544.165 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.839 décès et 531.432 guérisons. Pour ce qui est des cas toujours actifs, 85 patients sont hospitalisés, dont 45 sont admis aux soins intensifs. Le taux de positivité par rapport au nombre de tests de dépistage effectués ces quatorze derniers jours est, lui, de 1,3%.

Malgré les indicateurs à la baisse, plusieurs experts et responsables sanitaires ont lancé des mises en garde ces derniers jours, notamment face aux risques posés par les variants, alors que les frontières rouvrent de par le monde. Le président de la commission parlementaire de la Santé, Assem Araji, a dans ce cadre réitéré son appel à un "suivi renforcé des mesures" à l'aéroport international de Beyrouth pour les passagers en provenance de pays connaissant une rapide propagation du variant Delta (apparu pour la première fois en Inde). Prônant, dans un entretien radiophonique, des tests de dépistage "immédiats" et un isolement de plusieurs jours de ces voyageurs, il a regretté que le Liban n'aie actuellement pas les capacités de repérer les variants, en l'absence de tests géniques spécifiques. Il a toutefois souligné que les vaccins étaient, pour la plupart, efficaces contre cette nouvelle souche du virus. 

Lire aussi

Les spécialistes mettent en garde contre un regain des cas au Liban

C'est dans ce contexte d'un renforcement des mesures lors de la saison estivale que la commission nationale chargée du suivi du Covid-19 avait émis mercredi une série de recommandations. Elle avait entre autres appelé la direction générale de l'Aviation civile à faire le suivi avec le ministère de la Santé des cas positifs en provenance de l’Éthiopie, l'Irak, l’Égypte, la France, la Turquie, et les Émirats arabes unis, et à examiner la possibilité d'imposer à ces personnes-là une quarantaine de cinq jours (quatre nuits) dans un hôtel, et à leur propre frais, exception faite de ceux qui ont reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid. Jusque-là, seuls les passagers en provenance du Royaume-Uni, du Brésil et de l'Inde étaient tenus d'effectuer cette quarantaine à leur arrivée à Beyrouth.

Vaccination des jeunes
Par ailleurs, dans le cadre de l'accélération de la campagne de vaccination lancée en février, un marathon de vaccination a eu lieu vendredi à travers le pays, et a permis à 8.500 personnes âgées de 50 ans et plus de recevoir le vaccin sans rendez-vous. Cette initiative doit se poursuivre samedi. Afin d'éviter une trop forte affluence dans les différents centres, le ministère de la Santé a appelé les participants à prendre préalablement rendez-vous en ligne, s'ils le désirent, via une nouvelle plateforme

Selon les derniers chiffres publiés par le ministère, 18 % des personnes éligibles ont reçu une première dose, et 8.8 % les deux nécessaires pour atteindre une immunité la plus complète possible avec les produits Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V, ou encore Sinopharm, disponibles au Liban. Il convient toutefois de noter que seul 25,9 % de la population sont inscrits sur la plateforme Covax, qui permet d'obtenir des rendez-vous pour se faire immuniser.

S'impliquant dans la campagne de vaccination pour essayer d'accélérer l'immunisation, plusieurs hôpitaux universitaires ont annoncé, lors d'une conférence de presse, avoir pu, en coordination avec les autorités, se procurer 320.000 doses du vaccin de Pfizer/BioNTech. Ce regroupement d'hôpitaux de Beyrouth qui comprend l'hôpital de l'Université américaine de Beyrouth, l'hôpital Hôtel Dieu de France, l'hôpital Saint-Georges (dit "Roum") et le Centre médical de l'Université libano-américaine (l'hôpital Rizk), recevra les produits commandés entre ce mois et septembre. Ces doses seront injectées gratuitement aux étudiants et au personnel académique et hospitalier des différents établissements auxquels ils sont rattachés, mais également à ceux d'autres universités publiques et privées, aux employés du secteur bancaire et aux détenus et gardiens des prisons du pays.   

Le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le Dr Firas Abiad, a pour sa part souligné vendredi sur Twitter l'importance de la vaccination des jeunes, afin notamment de réduire les risques liés aux effets à long terme du Covid. "Au Liban, la plupart des jeunes adultes n'ont pas encore reçu le vaccin, ce qui les rend vulnérables à toute nouvelle vague de la pandémie. Bien que les patients plus jeunes soient moins susceptibles d'en mourir, ils peuvent développer des effets secondaires sur le long terme", a affirmé le docteur. "Des recherches récemment publiées suggèrent que l'infection au coronavirus peut affecter le cerveau, entraînant de graves séquelles neurologiques à long terme", a-t-il fait savoir, indiquant qu'aussi bien les personnes ayant eu des formes graves que bénignes de la maladie sont concernées. D'après M. Abiad, ces effets peuvent avoir des conséquences sociales si les personnes touchées se retrouvent dépendantes de leur famille et de la société. "Cela explique pourquoi il est important de vacciner même les jeunes", a-t-il conclu.


Le Liban a enregistré lors des dernières 24 heures quatre décès et 163 nouveaux cas de coronavirus, dont 10 en provenance de l'étranger, selon le bilan quotidien publié vendredi par le ministère de la Santé. Ces chiffres portent à 544.165 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.839...

commentaires (1)

Alors les cas arrivent de l'Ethiopie, de l'Irak, de l'Égypte, de la France et des émirats et où se trouve l'Iran ? À oui le Liban fait partie de l'Iran.....

Eleni Caridopoulou

18 h 43, le 26 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Alors les cas arrivent de l'Ethiopie, de l'Irak, de l'Égypte, de la France et des émirats et où se trouve l'Iran ? À oui le Liban fait partie de l'Iran.....

    Eleni Caridopoulou

    18 h 43, le 26 juin 2021

Retour en haut