Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Un renforcement des mesures à l'aéroport de Beyrouth recommandé

167 nouveaux cas de contamination et trois décès durant les dernières 24h.

Un renforcement des mesures à l'aéroport de Beyrouth recommandé

Des passagers faisant la file pour passer un test PCR à leur arrivée à l'Aéroport international de Beyrouth, le 1er mars 2021. Photo AFP / JOSEPH EID

Au moment où la réouverture des frontières suscite au Liban la crainte d'une recrudescence de la pandémie en raison du risque d'importation de variants du coronavirus, la commission nationale chargée du suivi du Covid-19 a émis mercredi une série de recommandations afin de tenter de limiter ces risques. Ces décisions interviennent alors que des responsables sanitaires et spécialistes pointent du doigt les contrôles insuffisants à l'aéroport international de Beyrouth et les risques posés par le nombre en hausse de cas "importés" de l'étranger.

Contrôle des PCR à l'aéroport
Dans un document publié à l'issue d'une réunion tenue cet après-midi, la commission coprésidée par Petra Khoury, conseillère du Premier ministre sortant Hassane Diab pour les questions de la santé, a recommandé de garder inchangées les mesures déjà en place à l'aéroport de Beyrouth pour les passagers à l'arrivée. Un comité devrait, toutefois, être chargé de contrôler ces mesures, notamment pour ce qui est des tests PCR effectués à l'AIB.

La commission a ensuite appelé la direction générale de l'Aviation civile à faire le suivi avec le ministère de la Santé des cas positifs en provenance de l’Éthiopie, l'Irak, l’Égypte, la France, la Turquie, et les Émirats arabes unis, et à examiner la possibilité d'imposer à ces personnes-là une quarantaine de cinq jours (quatre nuits) dans un hôtel, et à leur propre frais, exception faite de ceux qui ont reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid. Jusque-là, seuls les passagers en provenance du Royaume-uni, du Brésil et de l'Inde étaient tenus d'effectuer cette quarantaine à leur arrivée à Beyrouth.

Le président de la République, Michel Aoun, a de son côté contacté le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, et lui a demandé de prendre "les mesures nécessaires" pour régler le problème des longues files d'attente enregistrées récemment à l'aéroport lors des prélèvements PCR. Le chef de l'Etat a recommandé d'augmenter l'effectif du personnel chargé des tests de dépistage.

Boîtes de nuit et restaurants
La commission nationale a enfin recommandé au ministère du Tourisme d'établir un mécanisme de réouverture des boîtes de nuit (qui avaient fermé leurs portes en mars 2020), tout en respectant les mesures sanitaires, et a invité le ministère de l'Intérieur à permettre aux restaurants de garder leurs portes ouvertes jusqu'à 1h30 du matin, au lieu de minuit et demi.

Dans ce contexte, le leader druze Walid Joumblatt a regretté mercredi un relâchement du respect des mesures sanitaires anti-Covid-19 au Liban, mettant en garde contre une "nouvelle vague" de contaminations. "En pleine pièce de théâtre sur la formation du gouvernement, en l'absence totale de décision prise par le gouvernement sortant en raison de pressions politiques et alors que de naïves annonces sont faites concernant une saison touristique prometteuse au Liban, les mesures de prévention sanitaires, personnelles ou gouvernementales reculent, voire disparaissent", a regretté M. Joumblatt dans un tweet. Il a dès lors appelé à une "extrême prudence" et à "ne pas relâcher" la vigilance face à la possibilité d'une "nouvelle vague" de contaminations au coronavirus.

Toutefois, et grâce à un ralentissement notable de la pandémie dans le pays du Cèdre, la Middle East Airlines avait annoncé mardi que la Belgique et les Pays-Bas permettaient désormais aux Libanais et résidents au Liban, détenteurs d'un visa de type C (tourisme), d'entrer sur leur territoire, à condition de remplir au préalable un formulaire. La France, Chypre, l'Allemagne, le Danemark et la Grèce ont déjà donné leur feu vert au cours des dernières semaines. Cette entrée est conditionnelle, chaque pays ayant défini des prérequis sanitaires. Ces annonces font suite à l'accord jeudi dernier de l'Union européenne au retour des touristes libanais, même non vaccinés.

Le bilan quotidien
Sur le terrain, le pays a enregistré au cours des dernières 24 heures trois décès et 167 nouveaux cas de Covid-19, dont quatre en provenance de l'étranger, selon le bilan quotidien publié mercredi soir par le ministère de la Santé. Ces chiffres portent à 543.865 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.832 décès et 530.836 guérisons. Pour ce qui est des cas toujours actifs, 99 patients sont hospitalisés, dont 54 sont admis aux soins intensifs. Le taux de positivité par rapport au nombre de tests de dépistage effectués ces quatorze derniers jours est, lui, de 1,3%.

Entre temps, le Liban poursuit sa campagne de vaccination lancée en février. Celle-ci a connu récemment une accélération à la faveur du lancement de "marathons" de vaccination, permettant à des personnes d'une tranche d'âge déterminée de recevoir le vaccin sans rendez-vous à des horaires fixés par le ministère de la Santé. Selon les derniers chiffres publiés par le ministère, 17,3% des personnes éligibles ont reçu une première dose, et 8,6% les deux nécessaires pour atteindre une immunité la plus complète possible avec les produits Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V, ou encore Sinopharm, disponibles au Liban.


Au moment où la réouverture des frontières suscite au Liban la crainte d'une recrudescence de la pandémie en raison du risque d'importation de variants du coronavirus, la commission nationale chargée du suivi du Covid-19 a émis mercredi une série de recommandations afin de tenter de limiter ces risques. Ces décisions interviennent alors que des responsables sanitaires et spécialistes...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut