Rechercher
Rechercher

Politique - Liberté d’expression

Nouvelle agression contre la famille d’une journaliste anti-Hezbollah dans la banlieue sud

Les deux agresseurs présumés, un oncle de la jeune femme membre du parti chiite et son fils, ont été arrêtés suite à cette énième attaque, mais ils ont été rapidement relâchés.

Nouvelle agression contre la famille d’une journaliste anti-Hezbollah dans la banlieue sud

La journaliste Mariam Seifeddine. Photo DR

Les exactions contre une journaliste anti-Hezbollah, Mariam Seifeddine, et sa famille, incessantes depuis des mois et perpétrées d’après elle par des membres du parti chiite, sont montées d’un cran dimanche dernier lorsque la mère et le père de la jeune femme ont été agressés par son oncle et le fils de celui-ci, qui ont été arrêtés puis rapidement relâchés, à Bourj Brajné dans la banlieue sud de Beyrouth, selon des informations recueillies par L’Orient-Le Jour.

« Dimanche, c’est ma mère qui a d’abord été prise à parti. Alors qu’elle se trouvait à la gendarmerie pour porter plainte, les mêmes agresseurs s’en sont pris à mon père après avoir pris soin de débrancher les caméras de surveillance que nous avions installées. Mon père a été frappé à la tête avec un revolver et poussé contre un mur, il s’en est tiré avec des blessures et des contusions, mais cela aurait pu être plus grave », raconte Mariam Seifeddine à L’OLJ en rappelant que les intimidations du parti pro-iranien ont commencé en novembre dernier sans que les autorités ne réagissent aux multiples appels à l’aide de la famille (voir L’OLJ du 8 novembre 2020). « Ce n’est pas la première fois que ma famille est attaquée, mais c’est bien la première fois que la justice réagit. Malheureusement, nos agresseurs ont été libérés moins de 24 heures après leur arrestation », indique-t-elle.

Impossible de se protéger

Un des oncles de Mariam, membre actif du parti pro-iranien qui lui reproche ses prises de position hostiles, serait un des instigateurs de ces violences. « Il a menacé ma mère à plusieurs reprises et voulait nous empêcher d’installer des caméras. On nous a accusés d’être des collabos, voire d’être payés par les Forces libanaises et les Kataëb », déplore la journaliste.

Outre son oncle et son cousin, qui a également pris part aux actes d’intimidation contre la famille, Mariam Seifeddine affirme à L’OLJ qu’un député du Hezbollah et son neveu font également partie des tortionnaires, cependant ce député n’était pas joignable pour répondre aux accusations malgré plusieurs appels de L’OLJ. « Le Hezbollah fait porter à mes parents la responsabilité de mes prises de position politiques », déplore-t-elle en dénonçant un système judiciaire « défaillant » et en disant craindre pour sa vie et celle des membres de sa famille. La jeune femme avait commencé sa carrière de journaliste en 2016. Elle a d’abord intégré la rédaction du site d’informations arabophone al-Modon, assez critique du Hezbollah. Elle a également collaboré à la publication, The Legal Agenda, une ONG composée d’un groupe de juristes, d’universitaires et de militants des droits de l’homme dont la mission est de construire une approche critique et multidisciplinaire du droit et de la justice dans les pays arabes, notamment au Liban, avec un accent particulier sur les domaines politique, civil, social et économique. Mariam Seifeddine est aujourd’hui membre de l’équipe de notre confrère arabophone Nida’ el-Watan, un quotidien farouchement hostile à l’axe auquel le Hezbollah appartient.

Pour mémoire

L’affaire Mariam Seif, un conflit familial exacerbé par les désaccords politiques

« À chaque fois que nous portons plainte, la justice examine l’incident comme s’il s’agissait d’une action isolée. Elle refuse de voir que toutes ces agressions sont reliées entre elles et que nous sommes menacés depuis des mois. Nous sentons que le temps est contre nous et que nous n’arrivons pas à nous protéger, la justice et les autorités prenant nos déclarations à la légère », déplore-t-elle.

La jeune femme et ses frères ont déménagé de la banlieue sud il y a quelques mois, alors que les tensions étaient à leur zénith. « On m’a conseillée de faire profil bas durant une certaine période, mais mes parents ont refusé d’abandonner le domicile familial. J’ai même quitté mon emploi de journaliste au quotidien arabophone Nida’ el-Watan, mais les menaces ne se sont pas arrêtées pour autant. On nous a dit soit vous partez, soit on vous tue, ils sont en train de monter les habitants de la région contre nous et je pense que nous serions morts depuis longtemps si nous n’avions pas réussi à alerter l’opinion publique sur notre cas. » D’un ton accusateur elle conclut : « Ce que je subis, beaucoup de gens le vivent aussi, soit on s’incline devant les forces politiques dominantes, soit elles peuvent tout se permettre en matière d’intimidation. Ma famille et moi sommes en train de documenter la sauvagerie des actes dont nous sommes victimes en espérant que cela servira à protéger d’autres personnes. »

Les exactions contre une journaliste anti-Hezbollah, Mariam Seifeddine, et sa famille, incessantes depuis des mois et perpétrées d’après elle par des membres du parti chiite, sont montées d’un cran dimanche dernier lorsque la mère et le père de la jeune femme ont été agressés par son oncle et le fils de celui-ci, qui ont été arrêtés puis rapidement relâchés, à Bourj Brajné...
commentaires (13)

La justice a peur ma chère Mariam le Liban n'est plus le Liban c'est une province de l'Iran ???

Eleni Caridopoulou

21 h 38, le 28 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • La justice a peur ma chère Mariam le Liban n'est plus le Liban c'est une province de l'Iran ???

    Eleni Caridopoulou

    21 h 38, le 28 mai 2021

  • Que disent les ministres de l’intérieur et de la justice à cette misérable affaire où l’on voit le Hezbollah mouillé jusqu’au cou? Que nous dira Le bon Père du peuple qui veille sur la sécurité des TOUS les Libanais? Comment réagira le Président du perchoir aux mains pleines et donneur de leçons? comment le Hezbollah expliquera la raison de toutes ses attaques et les menaces concernant cette famille par ses partisans ? il y a surement bien d’autres familles qui n’osent pas en parler! ce n’est plus un pays ! c’est une prison à ciel ouvert pour la totalité du Liban et de son peuple. C’est ça que nous promettent Aoun, son gendre le CPL, le hezbollah, amal et consorts? Où est donc le CPL pour manifester contre l’injustice et l’insécurité? j’étouffe ma colère froide et silencieuse contre mon pays dans sa totalité, et mon dégout de tous les hommes politiques Libanais affairistes et sans vergognes, vu que leur silence assourdissant face à tant de scandales déversés sur la place publique, est ponctué de leurs indifférences. C’est encore et toujours le chacun pour soi qui prime, comment s’étonner que les électeurs puissent voter encore et toujours pour les mêmes malfrats contre quelques dollars de plus? Et le peuple s’estimant heureux de ne pas payer l’air qu’il respire. Ca fait très mal de voir mon Pays se diriger vers les abysses par le fait de l’IMPERITIE de Aoun ! Que Dieu vienne en aide au Liban.

    Le Point du Jour.

    20 h 42, le 28 mai 2021

  • Le "papa fort" qui léve tous les jours avec ses doigts le "V" de la victoire au début des émissions de sa chaine de télévision attitrée, OTV, qu'en dit-il ? Ou pense-t-il que c'est le prix à payer par le peuple et les opposants à ce parti divin qui lui assure de rester assis sur le fauteuil suprême ? - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 52, le 28 mai 2021

  • Madame que Dieu vous protège du Diable installé dans votre Pays

    DRAGHI Umberto

    15 h 32, le 28 mai 2021

  • OLJ, ILN,Y A PLUS UN LIBAN. IL Y A UN BORDEL, UNE ANARCHIE, UN CHAOS ET UNE JUNGLE. IL Y A DES PREDATEURS QUI AGRESSENT ET TUENT. IL Y A DES FEMMES ET DES HOMMES LIBRES QUI S,EXPRIMENT LIBREMENT POUR DENONCER ET ARRETER CES SAUVAGES. VOUS ETIES ET ETES ENCORE UN JOURNAL LIBERAL ET DEMOCRATIQUE SOUTIEN INDENIABLE DE LA LIBRE EXPRESSION QUI CARACTERISE NOTRE PAYS. LAISSEZ LA BLIBRE EXPRESSION DE VOS ABONNES PRENDRE SON COURS DANS LE FORUM. LAISSEZ-LES S,EXPRIMER LIBREMENT POUR ACCUSER ET CONDAMNER LES CORROMPUS, LES VOLEURS, LES MAFIEUX, LES CONTREBANDIERS ET SURTOUT LES VENDUS ET LEURS COMPLICES. KELLON YE3NE KELLON NE SUFFIT PAS. D,APRES L,ARTICLE OU ON COMMENTE IL EST NECESSAIRE SOUVENT DE NOMMER CES MEMBRES DES KELLON YE3NE KELLON. ENCOURAGEZ ET PROTEGEZ LA LIBRE EXPRESSION QUI NE VOUS ENGAGE PAS CAR CE SONT DES AVIS PERSONNELS. DE LA LIBRE EXPRESSION. FAITES LE PAS. NE CENSUREZ PAS CE QUI NE CONTIENT NI OBSCENITE, NI INSULTE PERSONNELLE ET NI SALETES. SOYEZ LES PRODROMES DE LA DEFENSE DE LA LIBRE EXPRESSION DE VOS ABONNES INTERNAUTES. J,OSE ESPERER !

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    15 h 22, le 28 mai 2021

  • Étant complètement vendu et esclave de l'iran, le hezb n'a pas d'arguments pour convaincre les libanais de la justesse de sa cause. Il se tourne donc vers les méthodes des mafias ou des partis autoritaires et meurtriers. La courageuse dame libanaise et sa famille méritent tous nos notre respects, admiration et surtout support. ..... Fahmi, où sont donc tes fsi pour rendre vrai justice aux libanais??

    Wlek Sanferlou

    14 h 21, le 28 mai 2021

  • Voilà ce qui attend les partisans de ces vendus qui ont la partie belle face au racisme caricaturale brandit par des alliés radicalement sectaires et anti libanais et chrétiens pour donner le sentiment aux extrémistes en face qu’ils ont raison de lui faire confiance et de l’appuyer pour les défendre alors que leur but premier est de détruire toute liberté de parole et anéantir toute opposition d’où qu’elle viennent. Cette méthode n’est pas nouvelle elle est et restera l’arme de tous les dictateurs qui aspirent à s’accaparer l’esprit et la vie de tout citoyen qui ose se montrer contre leur barbarie et leur plan d’anéantissement. Certains devraient observer cette jeune femme et en prendre de la graine. Il n’y a que le courage de tout le peuple et sa témérité qui nous sauveront de la dictature qui s’installe lentement mais sûrement sur notre territoire. Aucun libanais ne trouve bon à descendre dans la rue pour dénoncer toutes ces exactions perpétuées sur des libanais honnêtes, les vrais résistants, qui se font massacrer sous les yeux de tout un peuple en sommeil profond jusqu’à ce que ce malheur les touche personnellement et d’une façon générale et là ce sera trop tard pour le combattre parce qu’ils auraient déjà gagné.

    Sissi zayyat

    10 h 57, le 28 mai 2021

  • Respects et admirations a cette belle noble et courageuse personne

    Zampano

    08 h 39, le 28 mai 2021

  • Quelle femme courageuse. Et dire que plusieurs de ses confrères ont été assassinés parce qu’ils s’opposaient au parti iranien

    Lecteur excédé par la censure

    08 h 15, le 28 mai 2021

  • Le Liban n’est plus une démocratie mais une jungle où la loi du plus fort l’emporte. Aucune tolérance vis à vis des personnes qui pensent différemment et bien sûr aucun état digne de ce nom pour les protéger. La justice est une mascarade, rien qu’à voir les défauts de nomination au sein du CSM.

    mokpo

    08 h 02, le 28 mai 2021

  • FAIRE TAIRE LA LIBRE EXPRESSION PAR DES INTIMIDATIONS, DES PRESSIONS, DES MENACES, DES ASSASSINATS OU EN LA CENSURANT COMME FAIT L,OLJ, POURTANT DECLARE PRODROME DE LA DEFENSE DE LA LIBRE EXPRESSION MUSELEE PAR LES AUTRES, ENVERS LA LIBRE EXPRESSION DE SES ABONNES INTERNAUTES C,EST LA MEME CHOSE. ON TUE L,AVIS QUI NE NOUS PLAIT PAS QU,ON S,APPELLE X, Y, Z, OU OLJ.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    07 h 50, le 28 mai 2021

  • nos agresseurs ont été libérés moins de 24 heures après leur arrestation ". Sans doute avec des excuses quand ils ont montré leur carte du Parti!

    Yves Prevost

    06 h 49, le 28 mai 2021

  • Nul n'est prophète en son pays

    Fadi-Pierre Singer

    00 h 51, le 28 mai 2021

Retour en haut