Rechercher
Rechercher

Société - Société

Le BLRS se penche sur les difficultés de l’apprentissage en ligne des enfants sourds

Quatre vidéos produites en collaboration avec des établissements spécialisés exposent les témoignages d’élèves malentendants, de leurs parents et des enseignants.

Le BLRS se penche sur les difficultés de l’apprentissage en ligne des enfants sourds

Des captures d’écran des quatre vidéos du BLRS exposant les témoignages portant sur l’enseignement en ligne destiné aux élèves sourds.

La pratique des cours scolaires donnés en ligne présente un certain nombre de problèmes majeurs pour une catégorie bien particulière de la population, à savoir les enfants sourds, leurs parents et les enseignants. C’est sur ce cas que s’est penché le Bureau libanais pour la recherche en surdité (BLRS), à l’occasion de la semaine de la surdité dans le monde arabe (20-27 avril). Quatre vidéos ont été ainsi produites par le BLRS et diffusées sur les réseaux sociaux, en collaboration avec les établissements spécialisés membres du BLRS, afin de présenter des témoignages portant sur l’expérience de l’enseignement à distance.

Les problèmes rencontrés par les élèves sourds se situent à différents niveaux, dont notamment celui de l’encadrement de l’enfant. Celui-ci, lorsqu’il est en classe, est pris en charge et encadré par les enseignants, les orthopédagogues et les orthophonistes.

Un tel encadrement n’est certes pas aussi efficace à domicile. Il ne peut être assuré que par l’un des membres de la famille qui n’a pas toutes les compétences requises, sans compter que les membres de la cellule familiale ne sont pas toujours disponibles ou, pire encore, ne prennent pas au sérieux la nécessité de l’encadrement. À cela s’ajoute le facteur de l’environnement au sein du domicile parental, qui souvent est très peu propice à la concentration nécessaire de l’élève sourd, du fait de l’exiguïté des locaux, de la nuisance sonore et de la présence de plusieurs personnes à proximité immédiate de l’enfant.

La vidéo du BLRS exposant le témoignage d’un enfant sourd de l’association « el-Hadi » (banlieue sud) est particulièrement explicite sur ce plan. On y voit un enfant assis devant son téléphone portable ; à côté de lui, son frère qui étudie, tandis que sa mère est assise sur un fauteuil et parle au téléphone et le père regarde les nouvelles à la télévision. De surcroît, un gros plan sur l’écran montre à quel point la connexion internet est faible. Excédé, l’enfant finit par tout lâcher et s’énerver. Surpris, les parents le regardent sans intervenir ni l’aider.

Parents et enseignants

Mais les entraves à l’enseignement spécialisé à distance ne se situent pas uniquement au niveau de l’élève sourd. Elles concernent également les enseignants et les parents.

L’une des vidéos du BLRS expose à ce propos le témoignage de parents subitement plongés dans un nouvel univers de méthodes d’enseignement. « Cette situation est très difficile pour nous, souligne la mère de l’un des élèves de l’Institut Père Roberts de Shaïlé (IPR). Nous sommes tous tendus et stressés car nous sommes tous à la maison. Cela rend la communication entre nous plus difficile, ce qui complique l’apprentissage en raison du fait que notre enfant ne comprend pas certaines notions ou ne parvient pas à bien maîtriser les moyens techniques et parfois nous ne pouvons pas l’aider, sans compter que nous ne sommes pas toujours disponibles. »

Quant à l’enseignant, il s’est trouvé contraint d’avoir recours à de nouvelles techniques et de faire preuve d’imagination afin de rendre son cours facilement compréhensible. Ces méthodes innovantes restent cependant limitées en termes d’impact pédagogique, car souvent la manipulation d’objets est nécessaire pour un meilleur développement des capacités intellectuelles, ce qui n’est pas toujours possible à domicile.

Ces contraintes sont exposées par deux des enseignants spécialisés de l’établissement LSBD (Lebanese School for Blind and Deaf, de Baabda), qui confirment que les cours à distance pour enfants sourds « nécessitent de notre part un effort supplémentaire pour diversifier les méthodes d’enseignement en tenant compte du fait que l’enfant doit parfois rester devant son ordinateur durant quatre heures ». Et d’ajouter : « Le stress que nous éprouvons à ce sujet est rendu encore plus grave par le fait que nous devons tenir compte à l’avance des facteurs en rapport avec l’environnement familial, le niveau d’éducation des parents, la mauvaise connexion internet, etc. »

Démotivation

L’ensemble de ces obstacles a pour conséquence d’accroître l’absentéisme et de déboucher sur une grave démotivation, l’élève étant découragé face aux problèmes technologiques auxquels il est confronté : « Je n’arrive pas à comprendre les signes à travers l’écran ni la lecture sur les lèvres, et les leçons ne sont pas faciles à suivre… » souligne une jeune élève adolescente de l’IRAP (Aïn Aar, Metn). Et son camarade d’ajouter : « Les amis de classe me manquent, les activités aussi… mais rester à la maison m’a rapproché de mes parents. »

« Durant cette période de confinement, les personnes sourdes ont perdu un cadre sécurisant et protecteur, celui de leur institution », relève la présidente du BLRS, Dr Viviane Matar Touma, qui précise qu’un « tel cadre adapté aux besoins et aux attentes des jeunes sourds favorise la socialisation et la prise en charge ».

Force est de relever à ce propos que les programmes établis n’ont pas été conçus pour l’apprentissage en ligne. Certains élèves atteints de surdité profonde ne sont pas capables d’entendre et de verbaliser correctement, donc la communication est entravée et l’enseignant n’est pas en mesure d’évaluer correctement où exactement l’élève montre des difficultés. En tout état de cause, les défis en matière d’apprentissage en ligne dépendent de l’âge et du niveau de surdité de l’élève.

Il reste que l’enseignement à distance présente aussi des avantages. Il développe notamment l’autonomie et la responsabilisation des apprenants, de même qu’il peut aider l’élève sourd à être plus organisé, plus indépendant, à agir avec maturité et à bénéficier des avantages du support numérique. Un atout non négligeable, puisque les élèves sourds traitent mieux les images que les mots, et ils ont besoin sur ce plan de supports visuels. 


La pratique des cours scolaires donnés en ligne présente un certain nombre de problèmes majeurs pour une catégorie bien particulière de la population, à savoir les enfants sourds, leurs parents et les enseignants. C’est sur ce cas que s’est penché le Bureau libanais pour la recherche en surdité (BLRS), à l’occasion de la semaine de la surdité dans le monde arabe (20-27 avril)....

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut