Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise au Liban

Ferzli contre le financement de la carte d'approvisionnement à travers les réserves de la BDL

Ferzli contre le financement de la carte d'approvisionnement à travers les réserves de la BDL

Le vice-président du Parlement libanais, Elie Ferzli. Photo tirée de son compte Twitter /@EFerzli

Le vice-président du Parlement libanais, Elie Ferzli, a mis en garde mardi contre toute atteinte aux réserves de la Banque centrale pour financer la carte d'approvisionnement à destination des plus défavorisés, dans un contexte de grave crise socio-économique. La carte en question est censée remplacer les subventions fournies par la Banque du Liban aux importation des carburants, et autres produits de première nécessité, et qui devraient être levées fin mai. 

Lors d'un point de presse tenu mardi au siège du Parlement, le député a adressé ce message au gouverneur de la BDL, Riad Salamé: "Ne vous soumettez pas à cette demande (financer la carte d'approvisionnement en puisant dans les réserves de la Banque Centrale), parce qu'il faut protéger l'argent des déposants dans la mesure où ils l'ont gagné à la sueur de leur front. Il est donc sacré". "La meilleure façon de compenser la levée des subventions, c'est de former un gouvernement le plus rapidement possible, et de se tourner vers les instances internationales comme l'ont déjà fait l'Egypte et la Grèce', a ajouté M. Ferzli.

A travers ces propos, Elie Ferzli réagissait aux déclarations du Premier ministre sortant Hassane Diab. Dans un entretien accordé lundi à la chaîne américaine al-Hurra, M. Diab avait estimé que la carte d'approvisionnement destinée à être distribuée à 750.000 familles les plus défavorisées, devrait être financée par des parties étrangères. Sans quoi, a-t-il averti, il faudra puiser dans les réserves en devises de la Banque du Liban, même s’il faut pour cela puiser dans les réserves obligatoires.

A son tour, le président de la commission parlementaire de la Justice, Georges Adwan, député du Chouf (Forces libanaises), a critiqué le Premier ministre sortant et sa position concernant la levée des subventions. "Le chef du gouvernement sortant, qui devait opter pour la levée des subventions depuis 18 mois, s'est subitement réveillé pour nous parler de la carte d'approvisionnement", a déploré l'élu, lors d'un point de presse. Il a également dénoncé le fait que Hassane Diab envisage que l'on puise dans les réserves de la BDL pour financer la carte. "Si vous touchez à l'argent des déposants, vous ferez l'objet de poursuites en justice", a prévenu le député à l'adresse du gouvernement Diab. "Mais la véritable question est celle de savoir à qui il faudra demander des comptes concernant les sept milliards de livres libanaises (dépensés pour financer les subventions) et dont la majeure partie a profité aux commerçants et aux trafiquants transfrontaliers", a-t-il estimé, critiquant ainsi implicitement les autorités libanaises en les accusant d'être incapables de lutter contre la contrebande avec la Syrie.

Dans ce contexte, le Premier ministre sortant a reçu au Grand sérail une délégation de l'Association des déposants. Selon un bref communiqué du bureau de presse de M. Diab, ils se sont "mis d'accord sur la formation d'une cellule de crise (...) pour suivre le dossier".

Elie Ferzli a par ailleurs évoqué la loi sur le contrôle des capitaux sur laquelle le Parlement devrait plancher incessamment, se disant "contre toute tentative de bloquer" le vote de ce texte.

Depuis la fin de 2019, les titulaires de comptes bancaires au Liban sont en grande partie incapables d’accéder à leurs dépôts en dollars, en raison de restrictions informelles imposées par les banques commerciales. Une proposition de loi urgente sur le contrôle des capitaux, qui encadre strictement le retrait et le transfert de devises, vient finalement d’être mis au point par le président de la Commission des finances et du budget du Parlement, Ibrahim Kanaan, plus d’un an après le début de la grave crise financière en cours.

Revenant en outre sur l'affaire Ghada Aoun, Elie Ferzli s'est posé la question de savoir si "la comédie" effectuée par la juge Aoun avait débouché sur quelque chose de concret. Il faisait allusion aux perquisitions par la force que Mme Aoun a effectuée, le mois dernier, dans les locaux de la société Mecattaf pour le transfert des capitaux à Rabieh, dans le Metn, en arguant du fait qu'elle mène des enquêtes pour identifier ceux qui ont transféré des fonds à l'étranger depuis le 17 octobre 2019. 

Ces propos de M. Ferzli à l'encontre de Ghada Aoun, proche du Courant patriotique libren mettent, une nouvelle fois, la lumière sur le fossé entre le vice-président de la Chambre et le bloc du Liban fort dont le CPL est la principale composante. M. Ferzli en avait été expulsé le 24 avril dernier, à la suite de propos dans lesquels il avait appelé à la démission du président Michel Aoun, et à ce que le commandant en chef de l'armée, Joseph Aoun, perçu comme un potentiel rival du leader du CPL, Gebran Bassil, à la course à la présidentielle de 2022, prenne le pouvoir pour une période transitoire.


Le vice-président du Parlement libanais, Elie Ferzli, a mis en garde mardi contre toute atteinte aux réserves de la Banque centrale pour financer la carte d'approvisionnement à destination des plus défavorisés, dans un contexte de grave crise socio-économique. La carte en question est censée remplacer les subventions fournies par la Banque du Liban aux importation des carburants, et...