Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Cette pénible impuissance

Traqué de toutes parts, cerné par une léthargie morbide et un silence assourdissant, le citoyen bouillonnant de rage, muselé et masqué, n’est plus mû que par un instinct primaire : un instinct de survie.

Sa démarche lourde et impersonnelle le dit, sa silhouette voûtée le crie, et ça fait mal. Il a baissé les bras, mais que peut-il faire d’autre ? Il a déjà tout essayé, butant à chaque fois contre un mur impassible, hideux et scandaleux : leur inaction indifférente et criminelle.

Faits divers, meurtres, activités mafieuses du port et autres « institutions », la mafia et les compromis fumants règnent en maître, agrémentés de surcroît par une mainmise des malfaiteurs sur les banques.

De toutes parts, l’étau se resserre, le traque et ne restent plus que cet instinct de survie, cette démarche lourde et cette voix muselée et étouffée qui hurlent silencieusement son dégoût, sa révolte et son ressentiment haineux.

Cette démarche voûtée fait mal, cet automatisme et ce ressenti accablé mais qui reste fier dans son agonie deviennentt notre marque de fabrique.

Mais l’espoir surgit vite lorsqu’au détour du chemin il rencontre une connaissance ou un voisin, la brève conversation qui s’ensuit le requinque en un instant.

Solidarité, amitié, convivialité, partage… c’est ça qui nous sauvera finalement.

Et ces atouts-là, ils ne peuvent pas nous les voler en matière sonnante et trébuchante !


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Traqué de toutes parts, cerné par une léthargie morbide et un silence assourdissant, le citoyen bouillonnant de rage, muselé et masqué, n’est plus mû que par un instinct primaire : un instinct de survie.Sa démarche lourde et impersonnelle le dit, sa silhouette voûtée le crie, et ça fait mal. Il a baissé les bras, mais que peut-il faire d’autre ? Il a déjà tout essayé,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut