Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Le Liban à la veille d’un nouveau conflit armé ? Pas si sûr...

Depuis quelque temps, des rapports sécuritaires évoquent un afflux d’armes pour le compte de certaines parties, notamment dans le nord du pays et dans la Békaa. De plus, des informations sont publiées régulièrement dans les médias sur des cycles d’entraînements militaires donnés par certains partis à leurs membres. Elles visent essentiellement les Forces libanaises, notamment après des déclarations de certains de leurs cadres sur le sujet. Mais, selon les rapports sécuritaires, le phénomène d’armement serait plus généralisé et toucherait essentiellement des groupes installés dans le nord du pays.

Dans ce sillage, les rapports précités parlent du retour, dans certaines localités rurales, à un phénomène d’autosécurité assurée par des jeunes qui se chargent de monter la garde, surtout la nuit, avec l’aval des polices municipales. Les rapports précisent que jusqu’à présent, les « gardiens » ne sont pas armés, mais avec la prolifération des armes individuelles chez les Libanais, celles-ci peuvent apparaître très rapidement lorsque le besoin s’en fera sentir. Ce souci de protéger sa localité, son village, voire sa maison et sa famille, est sans doute dû à un sentiment d’insécurité ou à un manque de confiance dans les institutions de l’État. Mais ceux qui ont vécu le déclenchement de la guerre dite civile en 1975 ont l’impression de revivre les mêmes circonstances qu’à l’époque. D’autres encore estiment que le recours à l’autosécurité ou aux sociétés dites de sécurité privée rappelle la période qui a précédé le 7 mai 2008, lorsque ces mêmes sociétés avaient proliféré dans certains quartiers de la capitale, quelques semaines avant le coup de force du Hezbollah.

Lire aussi

13 avril : aujourd’hui comme en 75, mais sans le contexte géopolitique


Est-ce à dire que le Liban serait à la veille d’un nouvel affrontement interne ou d’un bras de fer selon le modèle du 7 mai 2008 ? La question se pose avec acuité, d’autant que la crise économique actuelle, sans précédent, est en train de se transformer en crise de confiance dans les institutions de l’État, qu’il s’agisse des institutions sécuritaires, éducatives ou sanitaires, et même dernièrement judiciaires. La crise de coronavirus et le repli géographique ont encore renforcé chez le Libanais le sentiment d’appartenance à sa communauté au détriment de l’allégeance à la patrie. Pour plusieurs raisons, en tête les questions économiques, les pénuries successives d’essence et un profond sentiment d’angoisse pour l’avenir, les Libanais se déplacent moins et leur espace géographique s’est ainsi réduit, entraînant automatiquement un repli identitaire vers la communauté, la région, ou même la localité et le quartier. De plus, les initiatives médiatisées du Hezbollah d’assurer aux régions où il est populaire les matières de base pour la survie en période de crise ont renforcé encore plus le sentiment de clivage politico-confessionnel.

Contre qui les « gardiens » de nuit protègent-ils donc leur quartier ou leur localité ? En principe contre les voleurs devenus de plus en plus nombreux depuis le début des crises économique et sociale. Mais très vite, la situation peut déraper, et les clivages politiques et confessionnels peuvent ainsi reprendre le dessus. D’ailleurs, si on jette un regard à la situation globale du pays, on découvre rapidement que certaines régions et villes vivent dans une sorte d’autonomie totale. C’est ainsi par exemple que, même au plus fort des mesures de confinement, Saïda et Tripoli, ainsi que, dans une moindre mesure, Nabatiyé et Tyr, ont gardé un mode de vie normal, comme s’il s’agissait d’îlots isolés du reste du pays. Certes, le phénomène portait essentiellement sur le confinement, mais en même temps, certains habitants avaient commencé « à veiller sur leurs quartiers », et ainsi de suite.

Interrogées sur ce phénomène et sa portée, des sources sécuritaires bien informées se veulent rassurantes. Selon elles, il y a certainement un afflux d’armes individuelles dans certaines régions, notamment celles qui sont proches de la frontière avec la Syrie, mais cela ne signifie nullement que le pays est au bord de la guerre civile. Selon ces mêmes sources, la décision de déclencher une guerre interne repose sur plusieurs éléments, à la fois locaux, régionaux et internationaux. En 1975, la guerre a commencé par un clash entre la milice des Kataëb et les Palestiniens armés. Or, les milices chrétiennes avaient commencé à s’entraîner et à s’armer avec l’aval et l’aide de l’armée libanaise et de l’État en général, surtout après l’affrontement de 1973 entre les soldats libanais et les organisations palestiniennes. Celui-ci avait été rapidement circonscrit à cause de la division interne sur le sujet et de l’appui des pays arabes aux factions palestiniennes. Aujourd’hui, les circonstances sont différentes. L’armée libanaise bénéficie de l’appui de la population. Elle remplit son rôle et évite soigneusement de se laisser entraîner dans des conflits politiques. En dépit de la division profonde du pays, l’armée et les différents services continuent de coordonner leur action et de lutter contre le terrorisme. Ils parviennent ainsi à assurer un minimum de sécurité dans le pays, malgré le soudain réveil des cellules terroristes dans les pays voisins, notamment en Syrie et en Irak.

Lire aussi

Guerre du Liban : le retour du spectre refoulé ?

Enfin, sur le plan international, il n’y a aucune décision de laisser le Liban plonger de nouveau dans la guerre et le chaos. Les pays occidentaux, les États-Unis en tête, continuent d’investir dans l’armée libanaise, et les Européens ne veulent absolument pas entendre parler d’une déstabilisation du Liban qui pourrait pousser les réfugiés syriens et palestiniens à chercher à se rendre chez eux. En Europe, la vague d’afflux de migrants qui a eu lieu en 2015 à partir de la Turquie est encore dans les mémoires et elle constitue une expérience que nul ne souhaite rééditer.

Pour toutes ces raisons, les sources sécuritaires précitées affirment que l’arrivée d’armes individuelles au Liban pour des parties privées ne constitue pas un facteur d’inquiétude. Selon leur analyse, le pays n’est pas à la veille du déclenchement d’une nouvelle guerre civile, et on ne peut pas vraiment parler d’un phénomène d’afflux d’armes. Mais cela ne signifie pas qu’il ne faut pas rester vigilant.


Depuis quelque temps, des rapports sécuritaires évoquent un afflux d’armes pour le compte de certaines parties, notamment dans le nord du pays et dans la Békaa. De plus, des informations sont publiées régulièrement dans les médias sur des cycles d’entraînements militaires donnés par certains partis à leurs membres. Elles visent essentiellement les Forces libanaises, notamment...

commentaires (9)

Heureusement qu'on a les armes de la moumanaa pour nous protéger d'une guerre civile entre les différentes composantes de notre société. Ces composantes que le hezb et le cpl insistent à bien les démarquer et à souligner leurs différences mortelles que seul l'union du hezb et du cpl nous en protègent. Je dit heureusement bien sûr car là au moins on sait d'où nous vient la balle qui nous tue et de plus on a l'honneur d'être sélectionné pour être tué/assassiné car on s'est tenu fort et fier pour l'indépendance du Liban et la liberté de son peuple...

Wlek Sanferlou

22 h 22, le 22 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Heureusement qu'on a les armes de la moumanaa pour nous protéger d'une guerre civile entre les différentes composantes de notre société. Ces composantes que le hezb et le cpl insistent à bien les démarquer et à souligner leurs différences mortelles que seul l'union du hezb et du cpl nous en protègent. Je dit heureusement bien sûr car là au moins on sait d'où nous vient la balle qui nous tue et de plus on a l'honneur d'être sélectionné pour être tué/assassiné car on s'est tenu fort et fier pour l'indépendance du Liban et la liberté de son peuple...

    Wlek Sanferlou

    22 h 22, le 22 avril 2021

  • Ils sont terribles les aounistes-bassiliens, Mme Haddad n'a pu s'empêcher de tacler les FL en début d'article. D'ailleurs, en ce moment, plus que jamais, entre ces deux c'est la "guerre" des tweet, des déclarations et autres, akh akh, waïnak ya itttttiffffak Meeeeerab? ya ouaa khayak? ya bay el kill...

    DJACK

    21 h 39, le 22 avril 2021

  • J'ai entendu que l'armée libanaise est la plus part des chiites ? Vrai ou faux?

    Eleni Caridopoulou

    18 h 16, le 22 avril 2021

  • Lire. S’adonne à cœur joie.

    Sissi zayyat

    12 h 33, le 22 avril 2021

  • Il y a plusieurs façons de faire la guerre. La propagation des fausses rumeurs aussi bien économiques que guerrières pour paralyser le pays et ses citoyens, l’instauration d’un système destructeurs de toutes les institutions étatiques et sociales, la division d’un peuple pour mieux le dominer et la dernière celle de jeter le discrédit sur l’armée d’un pays pour mieux la disloquer et pouvoir la remplacer le doigt dans le nez. Tous ces facteurs sont réunis dans ce petit pays qui cumule toutes les tares du monde. Que Scarlette ne vienne pas nous prédire une guerre armée puisqu’elle n’arrange aucun de ces mercenaires qui règnent sans partage et compte détruire le pays à petit feu et arrivent à leur but appuyés par une grande majorité du peuple naïf et aveugle à ce que leurs zaims leur concoctent, où ils seront les seuls ingrédients dans la tambouille qui mijote à petit feu et aura leur peau. La désinformation reste l’arme la plus destructrice et la dame s’en donne à cœur joie à chacune de ses publications.

    Sissi zayyat

    11 h 32, le 22 avril 2021

  • les armes legeres et moyennes circulent a hue et a dia. mais c'est des armes de mauvaises qualite et/ou anciennes. des armes individuelles modernes coutent un bras. Les armes moyennes sont rarissimes (RPG, mitrailleuses legeres, grenades a main, etc...) quand aux armes lourdes, seul certains parties en ont en toute petite quantité. Ce qui compte, les systemes d'armes integrés (communication, commendement professionel, data bank, logistique des munitions ,renseignement, air-sol-mer, etc...), Ils ne sont qu'au mains de l'armee et du Hezbollah.

    Lebinlon

    11 h 25, le 22 avril 2021

  • OISEAU DE MAUVAIS AUGURE. QU,ATTENDEZ-VOUS DE LIRE ? L,ADAGE DIT : YEL3AN HAL TEM OU I KASSER HAL SNEIN.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    10 h 49, le 22 avril 2021

  • Il est vrai que personne, a l'heure actuelle, ne veut la guerre bien que l'ingrédient principal, les armes du Hezbollah qui défendent la corruption et les intérêts Iraniens sont la pour la provoquer. Nous sommes dans une atmosphère similaire a celle de 1975 mais cette fois la milice mafieuse est malheureusement Libanaise et donc la guerre sera bien plus destructrice pour ce qui est du tissu social du pays. Que des forces locales s'arment discrètement pour faire balance au Hezbollah, ce n'est pas plus mal, puisque si les puissances internationale persistent a éviter un conflit, elles seront sujet a négociations sans avoir a abolir Taef mais seulement le modifier. Si Taef était a être renégocier, alors grâce aux armes la confédération sera mise sur le tapis pour en finir des frictions culturelles et de l’hégémonie d'une communauté sur l'autre. Il faut que tous les Libanais se mettent bien dans la tete que sortir du communautarisme religieux dans un pays ou toutes les guerres ont été mené pour soumettre le facteur Chrétien du pays, ne peut passer a une démocratie déconfessionnalisée par un claquement de doigts. Pour que le pays parvienne a une paix durable il n'y a que trois options: 1- La victoire totale des souverainistes et l'imposition de sa culture nationale Libanaise. 2- la victoire du Hezbollah et l'imposition du Fakih, 3- Une confédération. le pays a géré tel quel c'est devenu impossible.

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 16, le 22 avril 2021

  • Et d’où viennent ces armes que vous citez? Si c’est par la mer, c’est faux car il y a la FINUL maritime et le Prestige de l’Etat qui contrôle les frontières maritimes. Si c’est par la Syrie, c’est faux partiellement car la Syrie n’armera pas les FL mais plutôt le CPL. Si c’est par Israël, c’est faux car votre résistance héroïque intercepte même les mouches qui s’infiltrent de la frontière sud. Votre article est de la désinformation pure et les modérateurs de l’OLJ devraient lire ces articles avant leur publication car ils font assumer des risques au journal d’être poursuivi pour fausses informations. Bien entendu, je ne vais pas être publié comme d’habitude. Mais les lecteurs de l’OLJ sont habitués aux articles fiction de l’auteure, articles fortement critiques par 98% des lecteurs.

    Censuré par l’OLJ

    09 h 26, le 22 avril 2021

Retour en haut