Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Trente-six décès et 1.608 nouveaux cas, Araji évoque des "indicateurs positifs"

Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 13,4%, un chiffre en baisse depuis plusieurs semaines.

Trente-six décès et 1.608 nouveaux cas, Araji évoque des

Dans une rue étroite du camp de réfugiés palestiniens de Bourj Brajné, dans la banlieue sud de Beyrouth, le 6 avril 2021, ni masques ni distanciation face au coronavirus. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le Liban a enregistré 36 décès et 1.608 nouveaux cas de coronavirus au cours des dernières 24 heures, selon le rapport publié mardi soir par le ministère de la Santé. Ce bilan quotidien porte à 513.006 le nombre cumulé des cas enregistrés depuis février 2020, parmi lesquels figurent 6.995 décès et 432.548 guérisons. Parmi les cas toujours actifs, on dénombre 1.658 patients hospitalisés, dont 769 en soins intensifs. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 13.4 %, un chiffre en baisse depuis plusieurs semaines.

Commentant mardi la diminution des décès et contaminations de ces derniers jours, le président de la commission parlementaire de la Santé, le député Assem Araji, s'est réjoui de ces "indicateurs positifs". "Les chiffres sont relativement rassurants. Les indicateurs sont positifs", a affirmé le parlementaire lors d'un entretien accordé à la radio Voix du Liban. Lundi soir, dans un tweet, M. Araji avait estimé que cette évolution était à mettre sur le compte "de la hausse des températures, d'un meilleur respect des mesures sanitaires et d'une meilleure perception de la gravité de la maladie, ainsi que de l'immunité qu'ont acquis un demi-million de personnes qui ont déjà contracté le virus et près de 250.000 qui ont été vaccinées".

Accélération de la vaccination
"Parallèlement à l'accélération de la vaccination, nous contribuons à l'ouverture de l'économie", s'est-il réjoui. Lors de son entretien radiophonique, M. Araji a confirmé que "la cadence de la vaccination s'accélérera entre mai et juin, environ 900.000 vaccins devant arriver dans le pays à ce moment-là". "Les initiatives individuelles permettent également de vacciner un grand nombre de personnes", a-t-il souligné, alors que le secteur privé prend une part de plus en plus grande dans la campagne de vaccination. Lundi, la ministre sortante du Travail, Lamia Yammine Doueihy, avait recommandé à toutes les entreprises, industries, aux commerces et aux organisations au Liban de faire vacciner leurs employés "à leurs propres frais".

Lire aussi

Les leçons du Covid-19 doivent servir à combattre la résistance aux antibiotiques

Toujours sur le plan des vaccins, le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, avait lancé lundi la vaccination dans le secteur public, avec le produit chinois Sinopharm, dans un centre relevant de l'Université libanaise, à Hadath. Mardi, le ministre de la Santé a lancé la campagne de vaccination parmi les enseignants, employés et étudiants de l'UL à Fanar, en présence notamment du recteur de l'UL, Fouad Ayoub.

Depuis le lancement de la campagne mi-février, le Liban a reçu 391.950 doses du vaccin Pfizer/BioNTech, en plus des lots du vaccin produit par AstraZeneca/Oxford, du chinois Sinopharm et du russe Spoutnik V. Ces deux derniers sont importés par le secteur privé. 

En outre, un représentant de la plateforme Impact, qui gère notamment les inscriptions à la campagne de vaccination, a confirmé à notre publication jumelle en anglais L'Orient Today, que les journalistes, enseignants et personnes de 55-64 ans sans comorbidités étaient désormais éligibles pour se faire vacciner avec AstraZeneca et allaient être contactées pour prendre rendez-vous. 

Lire aussi

La vie après le Covid, un long chemin vers le rétablissement


En plus de la vaccination, et pour éviter une recrudescence des contaminations pendant le mois de ramadan, comme cela avait été le cas après les fêtes de fin d'année, un couvre-feu de 21h30 à 5h a été instauré dans tout le pays depuis une semaine. Il est par ailleurs interdit d'installer des tentes et d'organiser des banquets pour l'iftar, et les instances religieuses doivent limiter la fréquentation des lieux de culte à 30% de leur capacité d'accueil. Les restaurants peuvent ouvrir jusqu'à 21h30, tandis que les bars et boîtes de nuit demeurent fermés et les rassemblements sociaux prohibés. Les mesures établies lors des précédentes phases de déconfinement restent, elles, en vigueur. Elles prévoient entre autres l'obtention d'autorisations sur la plateforme "Impact" pour certains déplacements, notamment pour se rendre dans des lieux considérés "à risque" comme les supermarchés, les banques et les centres commerciaux.


Le Liban a enregistré 36 décès et 1.608 nouveaux cas de coronavirus au cours des dernières 24 heures, selon le rapport publié mardi soir par le ministère de la Santé. Ce bilan quotidien porte à 513.006 le nombre cumulé des cas enregistrés depuis février 2020, parmi lesquels figurent 6.995 décès et 432.548 guérisons. Parmi les cas toujours actifs, on dénombre 1.658 patients...

commentaires (2)

Votre décision de rouvrir les écoles est criminelle. Puissent les futurs morts vous hanter jusqu’à la treizième génération!

Gros Gnon

21 h 15, le 20 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Votre décision de rouvrir les écoles est criminelle. Puissent les futurs morts vous hanter jusqu’à la treizième génération!

    Gros Gnon

    21 h 15, le 20 avril 2021

  • Sans masques, ni distanciation. Le Bon Dieu fait des miracles !?

    Esber

    19 h 18, le 20 avril 2021

Retour en haut