Rechercher
Rechercher

Politique - Soulèvement populaire

Quinze militants innocentés par le tribunal militaire

Quinze militants innocentés par le tribunal militaire

Des manifestants devant le tribunal militaire, à Beyrouth, le 16 avril 2021. Photo publiée sur le compte Instagram Daleel Thawra

Quinze personnes poursuivies dans trois dossiers relatifs aux manifestations antipouvoir ont été blanchies hier après-midi, à l’issue d’une audience tenue au tribunal militaire, à Beyrouth. Parmi les quinze personnes, cinq militants, dont l’activiste Mohammad Bzeih, étaient accusés d’avoir agressé les forces de l’ordre, en marge du vote de confiance pour le gouvernement de Hassane Diab en février 2020. Neuf autres personnes étaient accusées d’avoir agressé les forces de l’ordre lors d’une manifestation à Saadnayel, dont les activistes Khalil Dini et Melhem Hocheimi. Le troisième dossier concernait un militant poursuivi pour des publications sur les réseaux sociaux jugées insultantes à l’égard de l’armée et du président de la République.

Le verdict est tombé hier après-midi et les 15 militants ont été innocentés. Plus tôt dans la journée, une dizaine de personnes avaient manifesté devant le tribunal militaire, parallèlement à la tenue des audiences. « Concernant les militants accusés d’avoir agressé la police lors du vote de confiance, il s’est avéré que certains d’entre eux ont eux-mêmes été agressés par les services de sécurité », révèle à L’Orient-Le Jour Me Ayman Raad, un des avocats au fait du dossier. « Dans le cas des manifestants de Saadnayel, il s’est avéré qu’il n’y avait pas assez de preuves pour les incriminer. D’ailleurs, 6 des 9 accusés ne se trouvaient même pas sur les lieux le soir de la manifestation », indique Me Raad. Quant à l’internaute accusé d’avoir insulté le chef de l’État et l’armée, « il ne faisait que relater des faits dans ses publications », estime le juriste.

« Malheureusement, les parquets militaire et civil représentent le bras judiciaire du pouvoir. Ils poursuivent les gens avec des dossiers creux et sans aucune preuve, au lieu de poursuivre les corrompus, les civils qui s’en sont pris aux manifestants ou les militaires qui torturent les détenus », dénonce Me Raad, qui assure que les militants sont blanchis dans « 99 % des dossiers relatifs au soulèvement du 17 octobre ».


Quinze personnes poursuivies dans trois dossiers relatifs aux manifestations antipouvoir ont été blanchies hier après-midi, à l’issue d’une audience tenue au tribunal militaire, à Beyrouth. Parmi les quinze personnes, cinq militants, dont l’activiste Mohammad Bzeih, étaient accusés d’avoir agressé les forces de l’ordre, en marge du vote de confiance pour le gouvernement de...

commentaires (1)

Lorsque le tribunal militaire comprendra que toutes affaires auxquelles ils les mêlent sont pour les occuper stupidement pour ne pas avoir le temps de se pencher sur les réels problèmes qui seraient de leur ressort qui sont d’interpeler les vrais criminels de ce pays qui ne sont autres que les chefs de bandes qui leur donnent des ordres pour les rendre pathétiques et mettre les citoyens contre eux. Ça fait partie de leur plan. Rendre toute institution étatique louche et vide de sens.

Sissi zayyat

11 h 54, le 17 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Lorsque le tribunal militaire comprendra que toutes affaires auxquelles ils les mêlent sont pour les occuper stupidement pour ne pas avoir le temps de se pencher sur les réels problèmes qui seraient de leur ressort qui sont d’interpeler les vrais criminels de ce pays qui ne sont autres que les chefs de bandes qui leur donnent des ordres pour les rendre pathétiques et mettre les citoyens contre eux. Ça fait partie de leur plan. Rendre toute institution étatique louche et vide de sens.

    Sissi zayyat

    11 h 54, le 17 avril 2021

Retour en haut