Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Turquie

Erdogan prisonnier de son alliance avec le nationaliste Bahçeli

Erdogan prisonnier de son alliance avec le nationaliste Bahçeli

Âgé de 73 ans, Devlet Bahçeli, qui aime se poser en « homme du peuple », demeure pour beaucoup un mystère malgré sa présence à la tête du MHP depuis 1997. Adem Altan/AFP

Faiseur de roi de la politique turque pour certains, décideur des questions sécuritaires pour d’autres, Devlet Bahçeli est, pour de nombreux observateurs, l’éminence grise qui tire les ficelles du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

Durcissement contre l’opposition prokurde, politique étrangère plus musclée : M. Bahçeli n’est pas membre du gouvernement et son Parti d’action nationaliste (MHP) n’a récolté que 11 % aux dernières élections en 2018, mais son influence est considérable. Et face à l’érosion de sa popularité sur fond de difficultés économiques, M. Erdogan pourrait plus que jamais avoir besoin du soutien du MHP et de M. Bahçeli pour avoir une chance de briguer un troisième mandat présidentiel.

Âgé de 73 ans, ce politicien à la voix rugueuse, qui aime se poser en « homme du peuple », demeure pour beaucoup un mystère malgré sa présence à la tête du MHP depuis 1997. Ses critiques reprochent à M. Erdogan d’avoir viré plus à droite en cédant au chantage aux votes de M. Bahçeli, quitte à lui accorder des faveurs impopulaires. Lorsque la pandémie de coronavirus a pris de l’ampleur l’an dernier, M. Bahçeli a ainsi obtenu la libération d’un baron de la mafia proche de lui, dans le cadre d’une amnistie pour certains détenus.

Depuis 2016, « la position de M. Bahçeli a donné le ton des politiques de l’AKP (Parti de la justice et du développement, islamo-conservateur, au pouvoir) », estime Idris Sahin, un ancien cadre de l’AKP qui est désormais le vice-président du parti d’opposition DEVA.

Questions sécuritaires

Le MHP ne s’est pas vu attribuer de ministères au sein du gouvernement, mais l’influent ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu, est un des favoris des cadres du parti. Lorsque M. Soylu a voulu démissionner l’année dernière face aux critiques contre sa gestion du premier confinement partiel du pays, M. Bahçeli et le MHP ont volé à son secours. M. Erdogan a rejeté sa démission et M. Soylu est sorti renforcé de cet épisode.

L’influence de M. Bahçeli était encore à l’œuvre lorsqu’un procureur a présenté en mars dernier à la Cour constitutionnelle une demande d’interdiction du parti prokurde HDP. Le leader nationaliste a mené une campagne pour cette interdiction et l’ouverture de la procédure a été annoncée la veille du congrès du MHP, des opposants y voyant un « cadeau » de M. Erdogan à son partenaire nationaliste.

Le MHP agit comme un nouveau « conseil de sécurité nationale », estime le politologue Burak Bilgehan Özpek, en référence à une puissante institution qui prenait autrefois les décisions sécuritaires et de défense en Turquie. « Le MHP définit le cadre de la politique de la sécurité nationale. Bahçeli décide qui sera désigné comme “terroriste” », affirme le chercheur.

Boulet ?

Pourtant, l’AKP, issu de l’islam politique, et le MHP, ancré dans l’extrême droite, divergent sur plusieurs points et il arrive à M. Bahçeli de pas avoir le dernier mot. Il a ainsi défendu le retour d’une prestation de serment nationaliste dans les écoles, supprimée par M. Erdogan en 2013, sans succès. Et l’« Alliance du peuple », le nom de la coalition informelle regroupant le MHP et l’AKP, n’a été possible qu’après un changement d’avis de M. Bahçeli à propos du régime présidentiel, cher à M. Erdogan, auquel il était initialement opposé. La Turquie est passée en 2018 à ce régime présidentiel qui donne des pouvoirs très élargis à M. Erdogan.

Selon le chercheur Berk Esen, le soutien du MHP au nouveau système a permis à ses partisans d’entrer massivement dans la fonction publique. Des experts et des diplomates occidentaux se demandent toutefois si M. Bahçeli est un partenaire de poids ou un boulet pour M. Erdogan. Après avoir écarté ses précédents alliés, y compris des libéraux prooccidentaux, il ne reste que des ultranationalistes autour de lui.

Quoi qu’il en soit, pour M. Esen, le président turc a toujours le dernier mot. « Je ne pense pas qu’il puisse être forcé de prendre des mesures qu’il ne souhaite pas », affirme-t-il. M. Özpek estime lui aussi que M. Erdogan garde la main. M. Bahçeli « ne peut jouer ce rôle que si Erdogan lui permet de le faire », dit-il. « Il peut endosser le rôle du conseil de sécurité nationale car Erdogan en tire un profit. Cela l’arrange de ne pas l’arrêter. »

Raziye AKKOC/AFP


Faiseur de roi de la politique turque pour certains, décideur des questions sécuritaires pour d’autres, Devlet Bahçeli est, pour de nombreux observateurs, l’éminence grise qui tire les ficelles du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.
Durcissement contre l’opposition prokurde, politique étrangère plus musclée : M. Bahçeli n’est pas membre du gouvernement et son Parti...

commentaires (1)

De mal en pire ???

Eleni Caridopoulou

18 h 41, le 15 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • De mal en pire ???

    Eleni Caridopoulou

    18 h 41, le 15 avril 2021

Retour en haut