Rechercher
Rechercher

Économie - BCS

Le gouverneur de la Banque centrale syrienne limogé

Le gouverneur de la Banque centrale de Syrie (BCS), Hazem Karfoul, en poste depuis 2018, a été démis hier de ses fonctions par le président Bachar el-Assad, dans un pays en guerre depuis dix ans et qui fait face à un effondrement économique. Aucun successeur n’a pour le moment été désigné. Les médias étatiques n’ont pas évoqué les raisons du limogeage de M. Karfoul, visé depuis septembre 2020 par des sanctions américaines, comme bon nombre de personnalités et d’institutions du pouvoir syrien.

L’annonce intervient au moment où la livre syrienne est frappée par une forte dépréciation, atteignant début mars un plus bas historique à près de 4 000 livres pour un dollar sur le marché parallèle, en réaction à la forte dépréciation en parallèle de la livre libanaise, qui dépassait alors le cap des 10 000 livres pour un dollar jusqu’à atteindre les 15 000 livres à la mi-mars, alors que le taux officiel est toujours de 1 507,5 livres. Le dollar sur le marché noir en Syrie s’échangeait hier contre environ 3 210 livres syriennes sur le territoire, selon le site « Al-lira al-yaoum », qui précise que ce taux est de 3 220 livres syriennes pour un dollar à Alep (au nord). La monnaie nationale a donc perdu près de 98,53 % de sa valeur en dix ans de conflit. Les deux autres taux de change dans le pays sont eux officiels : les banques et les institutions financières doivent utiliser le taux de 1 256 livres syriennes pour un dollar, alors que les autres transactions effectuées à l’État adoptent, elles, un taux de 2 525 livres syriennes. Le billet vert s’échangeait contre 47 livres syriennes en 2011.

« La performance de la Banque centrale ces derniers temps était négative. Le gouverneur n’est pas réellement intervenu » pour enrayer la dégringolade de la livre, a estimé un analyste à Damas interrogé par l’AFP.



Le gouverneur de la Banque centrale de Syrie (BCS), Hazem Karfoul, en poste depuis 2018, a été démis hier de ses fonctions par le président Bachar el-Assad, dans un pays en guerre depuis dix ans et qui fait face à un effondrement économique. Aucun successeur n’a pour le moment été désigné. Les médias étatiques n’ont pas évoqué les raisons du limogeage de M. Karfoul, visé...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut