Rechercher
Rechercher

Économie

Le chiffre de la semaine : 43 %

Le chiffre de la semaine : 43 %

C’est la diminution du nombre de passagers enregistrés par l’Aéroport international de Beyrouth (AIB) sur le premier trimestre de cette année, soit un total de 547 869 passagers contre 962 246 sur la même période en glissement annuel. Dans le détail, le nombre de passagers à l’arrivée au Liban entre janvier et mars derniers a diminué de 55,98 % par rapport au même trimestre de l’année passée (235 307 passagers en 2021, contre 534 558 en 2020), tandis que les passagers au départ ont diminué de 50,71 % (308 458 en 2021 contre 625 906 en 2020). Les passagers en transit via l’AIB ont, eux, augmenté de 130,03 % au cours de ce trimestre : 4 104 passagers contre 1 782 à la même période en rythme annuel. Enfin, le nombre de vols commerciaux des compagnies nationales et internationales ont diminué de 39,86 %, avec 6 884 vols à destination et en provenance du Liban au cours du premier trimestre, contre 10 782 en glissement annuel. Parmi eux, le nombre de vols vers le Liban a diminué de 39,83 % entre janvier et mars derniers (3 244 vols, contre 5 392 sur cette période en 2020), tandis que le nombre de vols sortant du Liban a baissé de 39,88 % (3 240 vols contre 5 390 l’année dernière).

La recrudescence des contaminations au Covid-19 de par le monde en ce début d’année a, une nouvelle fois, mis à mal le trafic aérien international. Même si le bouclage national décrété par les autorités libanaises à partir de la mi-janvier ne s’est pas traduit par une fermeture de l’aéroport, les mesures de prévention sanitaire y ont réduit la capacité de 20 %. Pour autant, les chiffres enregistrés le mois dernier ont indiqué une augmentation du nombre de passagers de 6,95 %, atteignant 200 604 passagers contre 187 568 en glissement annuel sur ce mois. L’année dernière, l’apparition de la pandémie de Covid-19 au Liban fin février avait entraîné le premier confinement total du pays, qui comprenait alors la fermeture de l’AIB, du 19 mars jusqu’à fin juin de la même année.

Par ailleurs, dans son rapport hebdomadaire sur la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), publié la semaine dernière, Bank Audi a noté une chute de 84 % des touristes à fin janvier dans cette région, selon des chiffres transmis par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) lors d’un appel à une meilleure coordination internationale pour relancer le secteur fortement impacté par la pandémie. C’est la région Asie-Pacifique qui enregistre la plus grosse baisse des arrivées internationales, les restrictions de voyage y étant encore très strictes, avec une chute record de 96 % en janvier dernier, tandis que l’Europe et l’Afrique ont toutes deux connu un déclin de 85 %. Enfin, le continent américain a, lui, noté une chute des arrivées touristiques de 79 %. En glissement annuel, la baisse des voyages touristiques au premier mois de l’année de par le monde a atteint 87 %. L’OMT note ainsi un début d’année encore peu prometteur pour la suite en raison du renforcement des mesures sanitaires prises à l’international, notamment au niveau des voyages, et au démarrage beaucoup plus lent qu’espéré de la procédure de vaccination contre le Covid-19 dans de nombreux pays.


C’est la diminution du nombre de passagers enregistrés par l’Aéroport international de Beyrouth (AIB) sur le premier trimestre de cette année, soit un total de 547 869 passagers contre 962 246 sur la même période en glissement annuel. Dans le détail, le nombre de passagers à l’arrivée au Liban entre janvier et mars derniers a diminué de 55,98 % par rapport au même...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut