Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Nasrallah se replace au centre du jeu

Le secrétaire général du Hezbollah semble vouloir pousser Saad Hariri à faire de nouvelles concessions tout en se positionnant comme l’arbitre des débats.

Nasrallah se replace au centre du jeu

Une affiche à l’effigie de Hassan Nasrallah près de Saïda le 7 juillet 2020. Ali Hashisho/Reuters

Quel Hassan Nasrallah fallait-il croire jeudi soir ? Celui qui a souligné qu’il soutiendrait tout cabinet, quelle que soit sa forme, et ne reviendrait pas sur ses engagements ? Ou celui qui a « conseillé » à Saad Hariri de « revoir » sa formule et de former un cabinet « techno-politique » ? Le premier se présente comme un facilitateur, le second est perçu comme un obstacle, alors que le discours du secrétaire général du Hezbollah – qui se voulait cryptique – était très attendu après la rencontre jeudi entre le Premier ministre désigné Saad Hariri et le président de la République Michel Aoun, qui a ouvert une infime brèche dans la possibilité de former prochainement un gouvernement.

L'éditorial de Issa Goraieb

Pas si divine, la comédie

En envoyant plusieurs messages, parfois contradictoires, Hassan Nasrallah a donné le tempo et rappelé qu’il reste, en définitive, le maître du jeu. Bien qu’il ait voulu se positionner au-dessus de la mêlée, de nombreux commentateurs ont perçu son discours comme un appui direct à Michel Aoun dans la bataille de prérogatives qui l’oppose à Saad Hariri. En évoquant sa préférence pour un gouvernement techno-politique voire même politique – ce qui signifie que les noms des futurs ministres devraient être validés en amont par les partis politiques –, il semble pencher en faveur du président de la République qui insiste pour un gouvernement de 20 membres dans lequel chaque parti nommerait ses ministres. Saad Hariri insiste pour sa part sur la formation d’un gouvernement de technocrates de 18 ministres. Signe que les propos du chef du Hezbollah ont été positivement perçus du côté de Baabda, le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil s’est empressé de les commenter sur Twitter, quelques minutes après la fin du discours du leader chiite. « Voici ce qu’attendent le CPL et les Libanais... Voici le projet commun auquel tout le monde peut se rallier, voici l’esprit “développé” de l’accord de Mar Mikhaël qui peut sauver le pays et le redresser. En avant, à travers des actes, pour protéger le Liban et combattre la corruption » a-t-il écrit.

Sur les deux tableaux

Alors que Michel Aoun ne semble pas être prêt pour l’instant à faire des concessions sur le gouvernement, les propos de leader du parti chiite peuvent être interprétés comme une « invitation » au Premier ministre désigné à se montrer plus souple dans ses exigences. Hassan Nasrallah n’a de toute façon jamais caché son attachement au principe d’un gouvernement techno-politique. Il est essentiel pour le Hezbollah que toutes les formations politiques assument les lourdes décisions à venir – il a parlé jeudi soir de « boule de feu » – pour que personne ne puisse faire de surenchère en dehors du gouvernement. D’autant plus à un moment où le parti chiite considère qu’il est accusé de toutes parts de tous les maux du pays.

Lire aussi

Entre Aoun et Hariri, rien n’est (encore) réglé

En évoquant une « boule de feu » face à laquelle aucun responsable ou formation politique ne saurait se dérober, c’est à Gebran Bassil qu’il faisait notamment allusion. Le chef du Hezbollah souhaite en effet depuis un certain temps que le leader du CPL puisse être intégré au cabinet, non pas tant pour lui rendre service que pour lui faire assumer – autant que l’ensemble des protagonistes – sa part de responsabilité tant dans l’effondrement que dans les solutions impopulaires que ce gouvernement serait appelé à prendre. C’est ce que confirme d’ailleurs à L’Orient-Le Jour une source proche du courant aouniste, qui indique que le parti chiite insiste depuis un certain temps auprès de M. Bassil afin qu’il ne se mette pas totalement à l’écart du jeu.

S’il a affiché sa préférence pour un cabinet techno-politique, Hassan Nasrallah s’est voulu ambigu pour ne pas paraître comme un obstacle face au début d’efforts faits jeudi par le chef de l’État et Saad Hariri. Rappelant que son parti avait « facilité » les tractations et accepté différentes suggestions comme la nomination de technocrates ou la rotation des portefeuilles, il a indiqué que le Hezbollah soutiendrait toutefois cette formule si elle devait aboutir dans les prochains jours.

Dans les milieux du courant du Futur, on estime que le leader chiite joue sur les deux tableaux : il donne l’impression qu’il est avec Saad Hariri pour ensuite ouvrir la voie à Aoun et l’encourager à persister dans son obstination, fait-on valoir. « Il dit la chose et son contraire », commente un analyste proche du Futur, estimant que les différents messages envoyés par le leader chiite prêtent à confusion. Le Hezbollah avait accepté en principe la formule de M. Hariri sans toutefois donner les noms de ses potentiels ministres, comme pour se garder le droit d’avoir le dernier mot.

Plan B

Pour les proches du Premier ministre désigné, il est hors de question d’inclure Gebran Bassil dans la composition du cabinet, une ligne rouge que Saad Hariri avait tracée depuis longtemps. Le chef du courant du Futur ne saurait non plus accepter une composition dans laquelle les manœuvres d’obstruction seraient possibles. « La communauté internationale n’acceptera jamais un gouvernement qui s’annonce improductif. D’ailleurs, cette formule mènera inéluctablement Saad Hariri à sa chute », dit l’analyste haririen.

Lire aussi

Hezbollah-Moscou : le Liban en hors-d’œuvre

Conscient de la difficulté des enjeux et de la problématique d’un gouvernement à coloration politique qui sera rejeté d’emblée par les haririens, Hassan Nasrallah a évoqué un plan B en cas d’échec des pourparlers dont la reprise est attendue en début de semaine prochaine entre Baabda et la Maison du Centre. Le plan consisterait en une « réactivation » du gouvernement sortant de Hassane Diab, lequel, a dit le chef du parti chiite, « ne doit pas poser de conditions » à une telle éventualité. Une critique à peine voilée à l’adresse du Premier ministre démissionnaire qui s’était dit, début mars, « disposé à s’abstenir de remplir ses fonctions si cela contribue à la formation d’un nouveau gouvernement ». Dans les milieux proches du Hezbollah, on n’hésite pas à critiquer M. Diab qui, dit-on, n’a aucunement le droit de se désister, dans un contexte aussi explosif, de ses responsabilités, quitte à aller dans une interprétation extensive de la notion d’expédition des « affaires courantes ». « Ce plan B est destiné à mettre Saad Hariri sous pression afin de le pousser à céder sur certaines points », commente un proche du Hezbollah.


Quel Hassan Nasrallah fallait-il croire jeudi soir ? Celui qui a souligné qu’il soutiendrait tout cabinet, quelle que soit sa forme, et ne reviendrait pas sur ses engagements ? Ou celui qui a « conseillé » à Saad Hariri de « revoir » sa formule et de former un cabinet « techno-politique » ? Le premier se présente comme un facilitateur, le second est...

commentaires (29)

Il faut lui reconnaitre cette capacité de se mettre au milieu de ce jeu de merde ... dans laquelle il sait si bien patauger avec ses alliés. Mais soyons juste, toute notre classe politique sait nager dans la m...

Zeidan

14 h 30, le 21 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (29)

  • Il faut lui reconnaitre cette capacité de se mettre au milieu de ce jeu de merde ... dans laquelle il sait si bien patauger avec ses alliés. Mais soyons juste, toute notre classe politique sait nager dans la m...

    Zeidan

    14 h 30, le 21 mars 2021

  • QUAND LA BETE EST AUX ABOIS, ELLE EST ESQUINTEE. ELLE ESSAIE DE RUGIR MAIS N,OSE PAS ATTAQUER. C,EST LE TEMPS DE L,HALLALI !.... HALELUJAH !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 22, le 21 mars 2021

  • Le voila le problème essentielle du Liban aujourd'hui: Le Hezbollah et son idéologie impérialiste islamique a l'Iranienne. Malheureusement rien ne sortira le Liban de son état léthargique pourri qu'a travers une guerre. Serait elle civile? Internationale? Régionale? personne ne le sait, mais pour que les pays de la région puissent enfin profiter de la manne gazière de l'est Méditerranéen, il faut absolument pacifier la région et surtout qu'elle soit en main sure pour la protection de l'économie mondiale. La messe est dite et si le Hezbollah ne change pas sa rhétorique et ne dépose les armes, les chiites finiront a Qussair soumis a au nouveau régime que les Russes auront instauré. Ce sera dure et douloureux mais dans la détresse mondiale due au COVID et devant les enjeux du recouvrement économique mondial, personne ne versera une larme pour ce qui risque d'arriver. Ce sera tant pis pour ceux qui n'auront pas vu la chose arriver.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 45, le 21 mars 2021

  • C'est une belle image en affiche de cet article qui represente bien la condition a laquelle le Liban est arrive... c'est le Liban gere par l'alliance de Faust et Mephisto, qui nous a ammene a cette condition nephaste....

    Elie George Haddad

    07 h 20, le 21 mars 2021

  • HN accuse de tous les assassinants depuis 2005 nous menace en 2021. Ce spécialiste en guerre civile accuse les autres de la formenter Ce parasite des institutions de l'état prétend vouloir les remettre sur pied alors qu'il les a mise à ses pieds . Ce petit dictateur qui trouve sa puissance dans sa soumission à l'Iran veut nous donner des leçons de patriotisme alors qu'il a fait de notre pays un département des gardiens de la révolution .

    Eleni Caridopoulou

    20 h 35, le 20 mars 2021

  • Ya Saad n'écoutez pas Hassan Nasrallah, ne cédez en rien. Hassan voulait un gouvernement techno-politique (il reprend la dénomination de jreïssati...) pour y être plus influent et vous mettre les bâtons dans les roues lorsqu'il l'estime nécessaire.

    DJACK

    18 h 33, le 20 mars 2021

  • L'issu ne relève que de l'étincelle ! L'issu sera rapide je n'en doute pas. ce sera l'heure de la liberté, car les vrais alliés du Liban n'attendent que cela.

    DRAGHI Umberto

    18 h 27, le 20 mars 2021

  • Attendez voir ce qu’on va faire de sa barbichette très bientôt ! On la rasera comme pour Saddam dès qu’on le sortira de son trou ? !

    Wow

    18 h 02, le 20 mars 2021

  • Il faut crever l'abces d'une facon ou d'une autre. Le chantage a la guerre civile ne peut pas continuer! Il va faire quoi? Tuer toute la population? Vous croyez vraiment qu'il osera le faire? Du bluff...

    IMB a SPO

    15 h 39, le 20 mars 2021

  • SOPORIFIQUE !

    Wow

    15 h 04, le 20 mars 2021

  • ????? Où est passé mon commentaire ?

    Wow

    14 h 49, le 20 mars 2021

  • Et qu’il y reste. Au centre de ce tourbillon il ne gagnera que le tournis qui finira par les siphonner tous au plus grand bonheur des libanais.

    Sissi zayyat

    14 h 29, le 20 mars 2021

  • Et qu’il y reste. Au centre de ce tourbillon il ne gagnera que le tournis qui finira par les siphonner tous au plus grand bonheur des libanais.

    Sissi zayyat

    14 h 28, le 20 mars 2021

  • Il risque d’avoir le vertige au centre de ce tourbillon qui va tous les emporter. N.B: Je ne suis pas contente du fait que mes commentaires soient censurés surtout qu’on voit des commentaires qui encensent les vendus publiés. A quoi ça rime? A la liberté d’expression? Je vais finir par ne plus lire votre journal.

    Sissi zayyat

    14 h 22, le 20 mars 2021

  • Pour comprendre cet article, il faut voir The Art of Boo ..." Vous, vous serez en charge du Liban"... Plus fort et plus vrai que tout commentaire...

    Wlek Sanferlou

    14 h 06, le 20 mars 2021

  • ILS SONT QUATRE LES MOUS-QUE-TERRES : DARTA-GNAN LA TETE, ARAMIS FILS PAR ADOPTION, PORTHOS LE GOUPIL ET ATHOS. LE DIVIN. - SI HN VEUT SE PLACER AU MILIEU DU JEU C,EST QUE LE SLOGAN A CHANGE ET EST DORENAVANT : TOUS POUR UN !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 39, le 20 mars 2021

  • Allez, son baroud final avec ses deniers petards mouillés..

    Je partage mon avis

    13 h 16, le 20 mars 2021

  • Nasrallah joue ses dernières cartes avant d’être exit. Une nouvelle donne se met en place avec la bénédiction des russes. C’est le message que les jaunes se sont fait transmettre lors de leur visite caviar à Moscou. La Russie sortira l’Iran de la Syrie , avec les turcs et les israéliens pour alliés. Elle ne laissera pas l’Iran lui voler les dividendes de l’après daesh .Le vent tourne et Nasrallah radicalise son discours de dernier marchandage...

    LeRougeEtLeNoir

    12 h 45, le 20 mars 2021

  • Que tout ceci est dérisoire et futile et irresponsable et mesquin et lamentable et indigne...au regard de la situation du Liban et des Libanais!

    otayek rene

    12 h 40, le 20 mars 2021

  • Assisterons-nous au Liban à un pouvoir qui ne se formera pas sans l'approbation du guide suprême H.N. ? Sur la méditerranée un nouveau régime naîtra-il sur un modèle déjà existant à l’Est. ? Une vue de l’esprit d’une modification de l'orthographe avec une apostrophe entre le L et le I et un changement d’une lettre le R qui remplace le B serait-il le sous-entendu ?

    DAMMOUS Hanna

    12 h 13, le 20 mars 2021

  • AUJOURD,HUI TROIS COMMENTAIRES SUR TROIS SONT CENSURES ET NON PUBLIES. LA DANSE DE LA CENSURE CONTRE MOI RECOMMENCE BIEN QUE MES COMMENTAIRES SONT LES MEMES TOUJOURS DANS LE FOND ET L,ESPRIT, SANS INSULTES, MAIS PARFOIS DES CONSEILS AU PATRIARCHE RAI. ET MEME A AOUN ET SON GENDRE. DES CONSEILS. -M OLJ, POURQUOI CETTE ATTAQUE SUBITE SUR TOUS MES COMMENTAIRES ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 56, le 20 mars 2021

  • On se demande COMBIEN serait PRODUCTIF un gouvernement ayant à sa tête un INUTILE qui a eu cette fonction pendant des décennies ??? Et ÇA parle TECHNOCRATE !!!

    aliosha

    10 h 39, le 20 mars 2021

  • faut il etre plus explicite, la conclusion a tirer plus evidente que cela pour comprendre que KELLON ne veulent pas encore oeuvrer pour le bien du Liban, car sinon ils n'auraient pas court circuite la formation du gouvernement que le seul homme digne de ce nom voulait former, Mr Adib qui-encore une fois fut seul a prouver avoir de la decence, de la fierte et de l'honneur en s'esquivant vite fait.

    gaby sioufi

    10 h 10, le 20 mars 2021

  • DU THEATRE PROGRAMME AVEC AOUN ET LE GENDRE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 01, le 20 mars 2021

  • Incontestablement le hezbollah est le maitre du jeu, c’est lui qui donne le tempo et ses soumis approuvent. Ses allusions concernant un gouvernement techno-politique ont tres vite été approuves par l’un de ses sujets, le candidat a la presidence, Bassil, qui a vu la un moyen de se faire pardonner ses ‘’intentions’’ de revoir l’accord de Mar Mikhael liant le CPL a la milice sectaire armee. Face aux partis politiques lie’s a l’etranger, qui a l’Iran et qui a la Syrie, les patriotes Libanais auront du mal a recuperer la souverainete du Liban. Unique bouee de sauvetage, le projet de neutralite du patriarche Rai. Mais le combat sera rude

    Goraieb Nada

    08 h 16, le 20 mars 2021

  • "Quel Hassan Nasrallah fallait-il croire jeudi soir ? Celui qui a souligné qu’il soutiendrait tout cabinet, quelle que soit sa forme, et ne reviendrait pas sur ses engagements ? Ou celui qui a « conseillé » à Saad Hariri de « revoir » sa formule et de former un cabinet « techno-politique » ?" L'expérience nous ayant montré que Nasrallah n'a jamais eu de scrupules à renier ses engagements, la réponse est évidente. D'ailleurs, venant de sa part, les "conseils", doivent plutôt être interprétés comme des ordres. Quant au "plan B" qui consisterait en une « réactivation » du gouvernement sortant de Hassane Diab, il est totalement dépourvu de sens. Pourquoi diable, ce gouvernement qui dort depuis plus d'un an se réveillerait soudainement pour lancer des réformes, lutter contre la contrebande et la corruption, travailler à maîtriser la hausse du dollar et celle des prix qui en est la conséquence? En bref, faire ce que l'on est en droit d'attendre de lui. Soyons réalistes: nous sommes au Liban tout de même!

    Yves Prevost

    07 h 43, le 20 mars 2021

  • Tant qu’il y aura Hezbollah pas d’éclaircie à l’horizon! Les revendications sont ramenés à leur plus simple expression!Koulloun c’est tout simplement Hezbollah!

    PHENICIA

    05 h 13, le 20 mars 2021

  • Il faut arrêter de donner de l'importance à ce mercenaire !

    Robert Malek

    02 h 29, le 20 mars 2021

  • Quand tout le monde se tait, le chef d'orchestre refait le signal.

    Esber

    00 h 31, le 20 mars 2021

Retour en haut