Rechercher
Rechercher

Politique - Crise politique

Paris aux responsables libanais : Ça suffit!

Jean-Yves Le Drian accuse les protagonistes locaux de non-assistance à pays en danger. 

Paris aux responsables libanais : Ça suffit!

Jean-Yves Le Drian, lors d’une conférence de presse à Paris, hier. Ludovic Marin/AFP

C’est par un cri exprimant le ras-le-bol de la communauté internationale face au retard mis à former le nouveau gouvernement au Liban que le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est à nouveau manifesté hier au sujet du pays du Cèdre.

« Je serais tenté (d’accuser) les responsables politiques libanais de non-assistance à pays en danger, tous autant qu’ils soient », a déclaré à la presse M. Le Drian. Il s’exprimait lors d’une conférence de presse conjointe avec ses homologues allemand, égyptien et jordanien, en marge d’une réunion à Paris sur le processus de paix au Proche-Orient.

Dénonçant l’inaction de la classe politique face au risque « d’effondrement » du pays, M. Le Drian a rappelé que lors des deux dernières visites du président français, Emmanuel Macron, à Beyrouth (les 6 août et 1er septembre 2020), « tous les acteurs politiques s’étaient engagés à agir à la fois pour la composition rapide d’un gouvernement inclusif et (pour la mise en œuvre) des réformes indispensables ». « C’était il y a sept mois. Et rien ne bouge », a déploré le chef de la diplomatie française, ajoutant : « Il n’est pas encore trop tard pour agir, mais les délais sont très courts avant l’effondrement. » « C’est aux autorités libanaises de prendre en main le destin de leur pays, en sachant que la communauté internationale regarde avec angoisse » la situation se dégrader, a-t-il prévenu. « Si le Liban s’effondrait, ce serait une catastrophe pour les Libanais (...), pour les réfugiés palestiniens, syriens et pour l’ensemble de la région », a-t-il estimé. « Nous ne pouvons pas nous substituer aux forces politiques libanaises qui doivent assumer leurs responsabilités. Il est encore temps d’agir, parce que demain il sera trop tard », a conclu M. Le Drian.

Lire aussi

Washington appelle les dirigeants libanais à respecter leurs engagements et former un gouvernement "crédible"

Le chef de la diplomatie française est connu pour ses formules chocs qu’il utilise pour décrypter la situation au pays du Cèdre et inciter les protagonistes locaux à aller de l’avant dans le processus de redressement. S’exprimant au Sénat français en juillet dernier, M. Le Drian avait lancé son fameux « aidez-nous à vous aider, bon sang! », à l’adresse des dirigeants libanais, qui n’arrivent pas à mettre sur les rails les réformes structurelles exigées par la communauté internationale en vue de débloquer les aides promises de la part des pays donateurs. Quelques semaines plus tard, M. Le Drian prévenait, lors d’une interview accordée fin août à la radio RTL, que « le risque, aujourd’hui, c’est la disparition du Liban ».

Aoun et Bassil dans le viseur

Une source politique française décrypte pour L’Orient-Le Jour les déclarations du chef du Quai d’Orsay. « En France, quand on est condamné pour non-assistance à personne en danger, on risque la prison », explique cette source, soulignant qu’à travers ce genre de prise de position, « la communauté internationale commence à devenir plus menaçante et exerce des pressions pour que les dirigeants libanais rendent des comptes au peuple».

La même source confie que « Jean-Yves Le Drian est exaspéré. Il veut dire à la classe dirigeante libanaise : ça suffit, dans le sens où l’heure n’est pas aux blocages du processus gouvernemental pour des calculs présidentiels » : une pique évidente en direction du leader du Courant patriotique libre et gendre du chef de l’État, Gebran Bassil, accusé par ses détracteurs d’entraver les tractations ministérielles notamment pour des calculs présidentiels prématurés.

La source assure que les propos de Jean-Yves Le Drian montrent que pour la communauté internationale, c’est l’heure de la mobilisation générale. « Nous maximisons la pression internationale, pour presser les protagonistes locaux, à commencer par le président de la République, Michel Aoun, et son gendre, Gebran Bassil », a-t-elle dit. Une prise de position qui vient à l’encontre des tentatives du camp aouniste d’imputer au Premier ministre désigné, Saad Hariri, la responsabilité de l’impasse actuelle.

Lire aussi

Gouvernement : Paris ne lâche pas prise

Cette nouvelle phase de mobilisation en faveur du Liban, la France la partage avec ses partenaires internationaux et régionaux. C’est ce que la source politique française citée plus haut assure, faisant savoir que Paris évoque le dossier libanais avec la Russie, dont le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait rencontré Saad Hariri à Abou Dhabi, mardi ; avec l’Égypte, les Émirats arabes unis et la Ligue arabe. Elle fait également état d’une « coordination » avec Washington.

Le GIS préoccupé

De son côté, le Groupe international de soutien au Liban (regroupant l’ONU, la Chine, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis, ainsi que l’Union européenne et la Ligue arabe) a, lui aussi, appelé les dirigeants libanais à former un cabinet sans tarder.

Dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion qu’il a tenue hier en distanciel, le GIS a rappelé avec consternation que sept mois se sont écoulés depuis la démission du dernier gouvernement (de Hassane Diab, le 10 août 2020), et que cela a « entravé la capacité du Liban à faire face à ses défis politiques, sociaux, financiers, économiques et institutionnels de plus en plus complexes et à répondre aux besoins et aspirations du peuple libanais ».

« Nous réitérons notre appel urgent aux dirigeants libanais à ne plus retarder la formation d’un gouvernement pleinement compétent, capable de répondre aux besoins urgents du pays et de mettre en œuvre des réformes cruciales », a ajouté le groupe.

Commentant les dernières manifestations populaires causées par la flambée du taux de change de la livre face au dollar, le GIS s’est dit préoccupé par les tensions croissantes dans le pays, y compris les récentes manifestations, appelant à ce qu’elles demeurent pacifiques et que les droits de l’homme soient respectés.


C’est par un cri exprimant le ras-le-bol de la communauté internationale face au retard mis à former le nouveau gouvernement au Liban que le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est à nouveau manifesté hier au sujet du pays du Cèdre.
« Je serais tenté (d’accuser) les responsables politiques libanais de non-assistance à pays en danger, tous...

commentaires (19)

Aidez-vous vous-mêmes et Dieu vous aidera ? Comme le disait le grand Winston "du sang et des larmes" et aussi "if you're going through hell keep going" ? Est-ce que devrait être l'attitude du gouvernement Français que vous honorez de votre critiques. Que cela coule sur les triples couches de l'indifférence ? La France n'est quand même pas coupable du chaos Libanais, excepté très lointainement pour avoir voulu le Grand Liban ? Ah ces erreurs de jeunesse qui souvent finissent mal. Le moment est venu de vous indigner à bon escient, à commencer pour la curieuse absence chronique d'une armée sciemment désarmée ? Inspirez-vous d'Israël, ce faux ennemi bien pratique.

Lillie Beth

12 h 27, le 15 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (19)

  • Aidez-vous vous-mêmes et Dieu vous aidera ? Comme le disait le grand Winston "du sang et des larmes" et aussi "if you're going through hell keep going" ? Est-ce que devrait être l'attitude du gouvernement Français que vous honorez de votre critiques. Que cela coule sur les triples couches de l'indifférence ? La France n'est quand même pas coupable du chaos Libanais, excepté très lointainement pour avoir voulu le Grand Liban ? Ah ces erreurs de jeunesse qui souvent finissent mal. Le moment est venu de vous indigner à bon escient, à commencer pour la curieuse absence chronique d'une armée sciemment désarmée ? Inspirez-vous d'Israël, ce faux ennemi bien pratique.

    Lillie Beth

    12 h 27, le 15 mars 2021

  • Une fois de plus la France s'érige en donneur de leçons. Qu'elle s'occupe de ses problèmes si elle ne veut pas aider concrètement et qu'elle garde ses conseils gratuits pour elle. Le Liban a bien des défauts, mais jamais les Libanais ne se mêlent de la politique de la France. Alors Macron, Le Drian, si vous ne voulez pas nous aider, ne dites rien et regardez-nous nous noyer, ça ne coûte rien!

    Politiquement incorrect(e)

    18 h 44, le 12 mars 2021

  • Et vous Mr LeDriand ca suffit de perdre votre temps et le notre à discuter avec des mafieux en espérant qu’ils se développeront une conscience. Vous me faites penser aux alchimistes qui pensent pouvoir transformer le plomb en or. Il est temps maintenant d’être réaliste at de rejoindre les positions Américaines et arabes et continuer à faire pression politique et surtout financière qui vont faire mal aux mafieux comme vous avaient fait mal aux mafieux de Marseille. Il faut aussi s’entendre avec les Russes pour sortir le Liban de l’orbite Iranienne qui le ruine.Vous savez exactement le mal vient d’où alors assez de mettre tout le monde dans le même sac

    Liban Libre

    18 h 06, le 12 mars 2021

  • Monsieur Jean-Yves Le Drian, merci de vous soucier du Liban et de son peuple ! Quant aux: 1) "réfugiés syriens"...ils ont leur propre pays, juste de l'autre côté de la frontière ! 2) "réfugiés palestiniens", ils ont une "Autorité Palestinienne" censée s'occuper d'eux. Ce n'est donc pas à nous Libanais, de nous soucier de ces "réfugiés" , nous avons déjà assez de problèmes à résoudre pour notre population L I B A N A I S E !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 45, le 12 mars 2021

  • JeanYves le Drian, qui tantôt menace et tantôt accuse ,sait très bien où se trouve le magot ( et le nom de leurs détenteurs ) qui s'est envolé pour atterrir dans les banques françaises et suisses .L'hypocrisie est flagrante et tous les prétextes sont bons pour ne pas le Liban aider à sortir du gouffre .Rendez-nous l'argent .Le recel est un délit voire un crime puni par la loi. Le Drian est certes conscient que se sont les innocents et les plus démunis qui en pâtissent.

    Hitti arlette

    12 h 38, le 12 mars 2021

  • Cher Monsieur Nous avons besoin d’une tutelle sous l’égide de l’ONU où la France pourrait jouer un rôle bienfaisant ! Nous faisons confiance au président Macron et comptons vivement dessus car tout le reste est inutile . Nous coulons dans un abîme sans fond.

    Wow

    12 h 25, le 12 mars 2021

  • Vous voulez que cette mafia se rassemble en une semaine ou un an pour redresser le pays alors qu’ils ont mis des décennies à l’anéantir? Le pire c’est que vous savez comme vos partenaires que cela n’arrivera jamais tant que la population est menacée par les armes et que ses responsables politiques sont là parce qu’ils ont été achetés et placés par les mercenaires et ont vendu le Liban contre l’argent déposé dans vos banques respectifs. Si vous attendez que le Liban soit détruit pour réagir, vous faites une grande erreur politique et stratégique car le flux de migrants que vous peinez à canaliser sera encore plus incontrôlable si vous traîner la patte et vous attendez que la solution vienne de ces mercenaires mêmes qui n’aspirent qu’à semer le chaos et la destruction pour anéantir ce pays. Ça n’est pas leur pays comme vous le constatez, donc ils n’hésiteront pas à le détruire rien que pour échapper aux sanctions qui devraient les toucher si vous faites bien votre travail. Mieux vaut que ces sanctions tombent avant le chaos plutôt qu’après car la situation serait indomptable et vous l’avez déjà constaté avec les autres pays en ruine, fruit de l’hésitation et la mollesse des pays puissants. Vous êtes concernés tout comme nous et votre rôle est d’empêcher ces vendus d’arriver à leur but avant qu’il ne soit trop tard. Un peuple civil et désarmé ne peut pas faire le poids face à une armée d’occupation.

    Sissi zayyat

    11 h 35, le 12 mars 2021

  • s'il y a une lecon que les libanais ne veulent toujours pas apprendre est que , personne, aucun pays au monde ne veut notre bien. AUCUN. ou alors sous condition de leur etre serviles !

    Gaby SIOUFI

    11 h 09, le 12 mars 2021

  • hors propos peut etre mais d'actualite : L'OLJ , AUCUN MOT SUR L'APPEL A LA MANIFESTATION LANCEE POUR CE JOUR ? je trouve inquietant !

    Gaby SIOUFI

    11 h 05, le 12 mars 2021

  • Pourtant Monsieur Le Drian, vous disposez d’outils performants tels que Tracfin ou le PNF pour débusquer tout l’argent de la corruption qui a été transféré vers les paradis fiscaux. Une action efficace de la part de la France en dénonçant publiquement les noms de tous les politiciens et fonctionnaires corrompus pourrait les mettre au pied du mur et les contraindre à faire profil bas au lieu de parader comme des coqs

    Liberté de Penser

    09 h 54, le 12 mars 2021

  • AMIS DU LIBAN, ENVOYEZ UN LORD BYRON OU UN LAURENCE D,ARABIE POUR ORGANISER LA LIBERATION DES LIBANAIS DU JOUG IRANIEN ET DE SES MERCENAIRES.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    09 h 03, le 12 mars 2021

  • La situation est difficile. Pas de réformes (sauf dans les discours), car toutes les lois à commencer par l'électricité, dorment chez Berri. Ils ont abusé par populisme de fournir le courant électrique au dessous du prix réel pendant des décennies, sans compter la gratuité concomitante. Le CPL est coupable de son silence pendant tout ce temps. Les 40 milliards de déficit pour EDL, rend toute la classe politique responsable avec les chefs d'Etat et de gouvernement. Aussi les 300000 fonctionnaires de l'Etat, la grille des salaires de 2017, la mauvaise gestion de la BDL, etc... Oui, les libanais sont corrompus dans leur majorité. L'occupation iranienne à travers son parti et collaborateurs, à empêché, en fin de compte, et continue d'empêcher toute réforme. On est arrivé au bout du tunnel fermé.

    Esber

    08 h 58, le 12 mars 2021

  • CA SUFFIT ! NE SUFFIT PAS. IL FAUT AIDER EN ACTES ET NON EN PAROLES LE PEUPLE LIBANAIS A SE DEBARRASSER DES CLIQUES MAFIEUSES QUI LE GOUVERNENT ET DES MERCENAIRES IRANIENS QUI TIENNENT LE PAYS EN OTAGE. LA COMPOSITION CONFESSIONELLE ET COMMUNAUTAIRE NE PERMET PAS MALHEUREUSEMENT LES SOULEVEMENTS GENERAUX QUI REUSSISSENT DANS D,AUTRES PAYS. SEULE L,AIDE DECIDEE ET SINCERE DES PAYS AMIS POURRAIT SORTIR LE PAYS DU CHAOS DANS LEQUEL IL SE DEBAT. - AMIS DU LIBAN, AIDEZ-NOUS A NOUS LIBERER DU JOUG IRANIEN ET DE LEURS MILICES ARMEES COMME VOUS AVIEZ AIDE LA GRECE A SE LIBERER DU JOUG OTTOMAN EN 1821. ET TOUT RENTRERA DANS L,ORDRE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    08 h 33, le 12 mars 2021

  • Hier, vous n'avez pas publié mon commentaire dans lequel j'évoquais un pigeon-voyageur et une taupe...je constate aujourd'hui que c'était encore trop gentil au vu de ce qui continue de se passer dans notre malheureux pays ! - Irène Saïd

    Irene Said

    07 h 55, le 12 mars 2021

  • Monsieur Le Drian, il ne faut pas leur parler en Français mais en Perse pour qu'ils comprennent !!

    Carlos El KHOURY

    07 h 18, le 12 mars 2021

  • Ce n'est pas de la non-assistance à pays en danger, c'est tout faire pour qu'il se retrouve dans cet état de danger et de délabrement... C'est pire...

    NAUFAL SORAYA

    07 h 17, le 12 mars 2021

  • S'ils n'entendent pas les cris du peuple libanais affamé poussés à leur porte, comment entendraient-ils ce cri-là émis de l'autre côté de la Méditerranée?

    Yves Prevost

    06 h 59, le 12 mars 2021

  • La communauté internationale fait montre d'un angélisme désarmant. Tous ces responsables étrangers qui sermonnent depuis des lustres la classe politique libanaise et l'invitent à redresser le pays, à former un gouvernement de spécialistes indépendants, à entreprendre des réformes structurelles et à mettre fin à la gabegie, savent parfaitement que ce n'est pas cette clique de politiciens mafieux qui a elle-même par un travail de sape et de détournements consciencieusement mené depuis plus de 30 ans, provoqué l'effondrement et la ruine du pays, qui va elle-même scier la branche sur laquelle elle est confortablement assise, se laisser mettre en accusation et entamer la reconstruction de ce pays. Seules des sanctions sévères et des menaces suivies d'exécution réelle, telles que le gel des avoirs de ces hommes politiques véreux sont de nature à les amener à s'exécuter et à rendre gorge. Tant que de telles sanctions ne sont pas mises en oeuvre, tous ces discours restent de l'ordre de la gesticulation et ne servent qu'à se donner bonne conscience à moindre frais.

    Georges Airut

    02 h 36, le 12 mars 2021

  • Qu'il arrête un peu son langage de diplomate et de donneur de leçons dans lesquelles excellent les "biens pensants ". Les chancelleries occidentales savent très bien qu'une organisation locale est armée et financée publiquement par une puissance étrangère , donc à sa solde. Ce pays étranger use de la force de ses proxys pour "imposer" sa loi au Liban. Si cela n'est pas de l'ingérence dans la vie interne d'un pays Monsieur Le Drian , qu'appellerez-vous alors ingérence?. Le Liban est sous influence armée étrangère qui a son agenda régional et vous demandez aux libanais de trouver des solutions "démocratiques et justes" surtout avec la même caste politique qui a mené le pays à la situation actuelle . Vous êtes dans Lalaland cher Monsieur Le Drian ,pourtant vous intelligent. Votre discours veut dire :"Nous n'intervenons pas " . Alors que si pays est occupé , les ingrédients sont là pour justifier une intervention de la part de l'ONU ou autre . Or nous sommes occupés . Alors si vraiment vous voulez des solutions au Liban , faites , agissez et parlez moins. Mais au jeu de la patience et des échecs les Orientaux ont le temps comme allié, les Occidentaux ont des échéances électorales comme ennemies.

    Youssef Arida

    01 h 44, le 12 mars 2021

Retour en haut