Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Diplomatie

Washington appelle les dirigeants libanais à respecter leurs engagements et former un gouvernement "crédible"

Washington appelle les dirigeants libanais à respecter leurs engagements et former un gouvernement

Le porte-parole du département d'Etat américain, Ned Price, le 3 février 2021. Photo AFP

Le porte-parole du département d'Etat américain, Ned Price, a exhorté une fois de plus jeudi les dirigeants libanais à respecter leurs engagements pris auprès de la communauté internationale et à former un gouvernement "crédible et efficace", alors que le pays connaît une crise grave et se trouve sans cabinet depuis bientôt sept mois.

Lors d'un point de presse tenu jeudi, le porte-parole s'est attardé sur la situation au Liban : "Nous suivons de près la situation. Nous avons, tout comme nos partenaires internationaux, souligné à plusieurs reprises publiquement l'urgence pour les dirigeants politiques libanais de respecter leurs engagements et de former un gouvernement crédible et efficace". 

Ce nouvel appel américains vient se joindre aux pressions de la communauté internationale pour que soit mis sur pied "un gouvernement de mission" tel que prévu par l'initiative française en faveur du Liban, annoncée le 1er septembre dernier à Beyrouth par le président français Emmanuel Macron. Une tâche que le Premier ministre désigné libanais Saad Hariri n'arrive toujours pas à accomplir du fait du bras de fer politique l'opposant au président de la République Michel Aoun. 

Sur un autre registre, Ned Rice a exprimé le soutien de Washington "au peuple libanais et à ses appels continus à la reddition des comptes, ainsi qu'à l'application de réformes à même de redresser l'économie et mettre fin à la corruption endémique qui a provoqué ce que nous avons vu récemment au Liban". Le responsable américain faisait référence aux manifestations de colère dans tout le pays au cours des trois derniers jours en réaction à une dépréciation record de la livre libanaise.

Jeudi, l'agence de presse Bloomberg faisait état de "discussions concernant la possibilité d'infliger des sanctions" au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, décrié par le mouvement de contestation, qui seraient "coordonnées entre l'administration Biden et ses partenaires européens".


Le porte-parole du département d'Etat américain, Ned Price, a exhorté une fois de plus jeudi les dirigeants libanais à respecter leurs engagements pris auprès de la communauté internationale et à former un gouvernement "crédible et efficace", alors que le pays connaît une crise grave et se trouve sans cabinet depuis bientôt sept mois.Lors d'un point de presse tenu jeudi, le...