Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Paris accuse les responsables libanais de "non-assistance à pays en danger"

"Si le Liban s'effondrait ce serait une catastrophe pour les Libanais (...) pour les réfugiés palestiniens, syriens, et pour l'ensemble de la région", prévient Jean-Yves Le Drian.

Le chef de la diplomatie français, Jean-Yves Le Drian, le 11 mars 2021 lors d'une conférence de presse à Paris. Photo AFP / POOL / Ludovic MARIN

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a accusé jeudi les responsables politiques libanais de "non assistance à pays en danger", alors que le Liban est plongé dans une crise socio-économique sans précédent.

"Je serais tenté de qualifier les responsables politiques libanais de non assistance à pays en danger, tous autant qu'ils soient", a déclaré à la presse M. Le Drian, dénonçant l'inaction de la classe politique face au risque "d'effondrement" du pays.

"C'est aux autorités libanaises de prendre en main le destin de leur pays, en sachant que la communauté internationale regarde avec angoisse" la situation se dégrader, a-t-il prévenu, nouvelle expression de la pression que la France tente de mettre depuis des mois sur les dirigeants politiques libanais pour qu'ils forment un gouvernement, pour l'instant sans succès. "Si le Liban s'effondrait ce serait une catastrophe pour les Libanais (...) pour les réfugiés palestiniens, syriens, et pour l'ensemble de la région. Il est encore temps d'agir, parce que demain il sera trop tard", a-t-il mis en garde.

Le Liban, en proie à sa plus grave crise socio-économique en trente ans, est sans gouvernement depuis exactement sept mois, après la démission du Premier ministre Hassane Diab six jours après l'explosion meurtrière du 4 août au port de Beyrouth. Le président français Emmanuel Macron, qui s'est rendu à deux reprises depuis l'explosion à Beyrouth, a tenté - sans succès jusqu'ici - d'arracher la formation d'un gouvernement prêt à engager des réformes structurelles pour sortir le Liban de l'ornière politique et sociale, alors que la communauté internationale a préparé un plan d'aide soumis à certaines conditions, dont la mise en place d'un gouvernement.

Le Premier ministre désigné, Saad Hariri, a enchaîné depuis plusieurs semaines les visites à l'étranger, afin d'obtenir le soutien de la communauté internationale dans sa mission de former le prochain gouvernement. Le processus gouvernemental stagne en raison des tensions entre le chef de l'État Michel Aoun et Saad Hariri, désigné le 22 octobre 2020 pour former un cabinet de "mission" tel que préconisé par l'initiative française en faveur du Liban. Les divergences entre MM. Aoun et Hariri portent notamment sur la forme de la future équipe, le nombre de ministres, et la répartition des portefeuilles. Elles sont régulièrement attisées par des échanges de communiqués acerbes entre leurs formations politiques respectives.

Lire aussi

En dépit des efforts d’Ibrahim, l’éclaircie ne semble pas pour demain

Le Premier ministre désigné est rentré mardi soir à Beyrouth après un séjour aux Emirats arabes unis durant lequel il s'est entretenu avec le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, ce dernier renouvelant son soutien à l'initiative française. La Russie avait déjà apporté son soutien mi-février à la feuille de route de Paris, en pressant pour la formation d’un gouvernement de mission présidé par M. Hariri.

Suite à une dépréciation record de la livre libanaise, tout le Liban avait été paralysé ces derniers jours par des blocages de routes par des manifestants en colère. Mercredi, après plus d'une semaine de protestations, l'armée a rouvert les routes sans incidents.


Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a accusé jeudi les responsables politiques libanais de "non assistance à pays en danger", alors que le Liban est plongé dans une crise socio-économique sans précédent."Je serais tenté de qualifier les responsables politiques libanais de non assistance à pays en danger, tous autant qu'ils soient", a déclaré à la presse...

commentaires (18)

Tant que le parlement et le président de la république ne seront pas élus au suffrage universel direct , il n'y aura pas de solution pour le Liban

nabil zorkot

13 h 37, le 12 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Tant que le parlement et le président de la république ne seront pas élus au suffrage universel direct , il n'y aura pas de solution pour le Liban

    nabil zorkot

    13 h 37, le 12 mars 2021

  • M. Le Drian s'inquièterait-il plutôt du retour des réfugiés syriens chez eux et de la migration des palestiniens vers l'Europe ( ce qui ne serait que justice ) ? M. Le Drian si vous voulez aider le Liban il faut juste exiger la fin du confessionnalisme politique et une véritable démocratie parlementaire laîc avec un président elu au suffrage universel direct ... Tant que le Liban est dans le confessionalisme politique point de salut . il faut abolir Taef et voter une nouvelle constitution pour un état Laic et démocratique ..

    nabil zorkot

    11 h 22, le 12 mars 2021

  • Ou sont les sanctions .... cessez de moraliser et agissez

    Robert Moumdjian

    05 h 34, le 12 mars 2021

  • Pour toute personne avec honnêteté intellectuelle, il faut bien admettre que les dirigeants reflètent assez fidèlement les libanais et leur esprit. "Les peuples ont le gouvernement qu'ils méritent". Montesquieu.

    Mago1

    23 h 56, le 11 mars 2021

  • Aidez-nous , cher monsieur à placer au Liban une tutelle sous l’égide de l’ONU dans laquelle la France pourrait jouer un rôle bienfaisant parce que nous vous faisons confiance ! Le peuple pourra manœuvrer ensuite et réélire librement et consciemment .?

    Wow

    22 h 08, le 11 mars 2021

  • Constitutionnellement, ce sont le premier ministre désigné et le président de la république qui sont chargés de former le gouvernement, et EUX SEULS. Ils sont donc seuls responsables du retard. Quand un chef estime ne pas pouvoir assumer ses responsabilités, il démissionne. Quattendent-ils donc? Si le Liban disparaît, il aura été assassiné par ses proches chefs.

    Yves Prevost

    21 h 04, le 11 mars 2021

  • Monsieur Le Drian, vous avez tous les moyens stratégiques, technologiques, judiciaires et militaires en votre possession et vous n’utilisez aucun de ces moyens pour sauver le Liban en révélant ce que vous savez sur cette bande mafieuse et la traduire en justice comme ça a été déjà fait avec les dictateurs voleurs qui blanchissaient leur argent dans les banques étrangères. Pourquoi cette réticence? De quoi les pays puissants ont ils peur pour dévoiler les noms des coupables de l’anéantissement de notre pays et de son peuple. Les libanais ne comprennent pas l’attitude du monde civilisé et puissant face à ces mafieux lâches et traitres qui prennent en otage toute une population démunie et maintenant dépouillée alors qu’il suffit d’une seule déclaration courageuse pour les sauver?

    Sissi zayyat

    20 h 52, le 11 mars 2021

  • Hier je disais le pire est à venir, aujourd’hui je dis, que le pire se dépêche de venir avant que le Hesbollah, Aoun, et le CPL nous imposent le pire du pire à tout jamais. L’avenir est sans espoir tant que ce trio mènera la danse.

    Le Point du Jour.

    19 h 56, le 11 mars 2021

  • CE N,EST PAS DE NON ASSISTANCE A PAYS EN DANGER C,EST DE TRAHISON ULTIME, DE DEVALISATION DES CAISSES DE L,ETAT ET DES DEPOTS DU PEUPLE QU,IL FAUT ACCUSER TOUTES CES CLIQUES MAFIEUSES, MERCENAIRES ET CPL INCLUS, DE VENDUS QUE MALHEUREUSEMENT POUR DES CAUSES RELIGIEUSES ET COMMUNAUTAIRES LE PEUPLE NE PEUT PAS S,EN DEBARRASSER SANS L,AIDE REELLE DES PAYS AMIS.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 53, le 11 mars 2021

  • OK Suffit des paroles ! Vous aurez beaux condamnés les responsables Libanais autant qu'ils sont, l'eau glisse sur leur pelage de l'indifférence! Ils ont TOUS sans exception Insensible a ce qui se passe au Liban. Et je peux vous assurer que ce taux d'inflation est une manipulation bien orchestré par des individus a la solde de certains politiciens. Ces politiciens veulent que le Liban soit Anéanti, économiquement, socialement, et même de commencer a porter atteinte à la seule entité qui essaye de jongler dans les marécages l'armée libanaise... Au Lieu de juste de faire du vent en paroles, pourquoi ne pas incité l'ONU de mettre le Liban en Tutelle et de dévoiler tous les corrompus avec les preuves a l'appui, qui qu'ils soient! Il est temps de faire le ménage Bordel! Ou vous avez peur de perdre des contrats avec les Iraniens ?

    Marwan Takchi

    17 h 52, le 11 mars 2021

  • Il est temps d'activer le devoir d'ingérence à l'ONU ... Un autre nom de l'internationalisation...

    Desperados

    17 h 45, le 11 mars 2021

  • Mr Le Drian, ca fait des mois que l'on vous crie au secours et que nous accusons nos responsables de non-assistance à pays et peuple en danger. Et vous, vous voulez nous imposer Hariri et la même clique mais sous couvert de soit disant technocrates. En plus, on s'en fout des réfugiés palestiniens, syriens et autres. En fait, on va vous les envoyer. Ce que nous demandons est simple: nous aider à dégager tout cette racaille qui nous a gouverné depuis des décennies. La révolution est en marche et rien ne l'arrêtera, avec ou sans votre aide. Les paroles et les discours ne servent plus à rien.

    carlos achkar

    17 h 42, le 11 mars 2021

  • Mr. Le Drian celui qui veut détruire le Liban c'est le Hezbollah vous le savez très bien mais vous n'osez pas le dire . Il faut diviser le Liban le sud aux ayatollahs et le reste aux vrai libanais

    Eleni Caridopoulou

    17 h 30, le 11 mars 2021

  • Plusieurs plaintes ont été déposées contre ce régime tenu par des assassins voleurs et ça n’a eu aucun écho favorable de la part des pays sollicités. Alors à qui revient la tâche de libérer ce peuple du joug d’une milice armée et vendue qui terrorise le peuple et collabore avec les plus hauts placés pour qu’ils restent à leurs postes usurpés? Nous ne voulons plus de discours d’apitoiements mais des actes concrets et le plus vite possible pour sauver ce pays d’une mort certaine. Ne nous rejeter pas la balle nous avons épuisé tous les recours en vain il est temps que les pays qui tiennent dans leurs mains les preuves de leur culpabilité agissent en utilisant le droit international pour mettre fin à ce crime humanitaire qui ne dit pas son nom.

    Sissi zayyat

    17 h 23, le 11 mars 2021

  • POUR AVOIR UN GOUVERNEMENT IL FAUDRAIT QUE HARRIRI DEMANDE A VENIR A BAABDAT AVEC 3 CONSEILLERS A LUI ET QUE AOUN AIT AUSSI 3 CONSEILLES ( sauf le gendre evidement ) ET COMMENCER LES DISCUSSIONS A 8H DU MATIN ET RESTER AU PALAIS ET NE PLUS EN SORTIR MEME APRES MINUIT JUSQU'A LA SIGNATURE DU PRESIDENT EN ECHANGEANT TOUS LES NOMS POSSIBLES ET IMAGINAIRES SANS CELA LE PAYS QUI EST EN ENFER DEJA FINIRA PAR UNE GUERRE MEURTRIERE ENTRE MUSULMANS ET CHRETIENS SI APRES CELA HARRIRI ET AOUN NE SE METTENT PAS D'ACCORD, QUE LE CHEF DE L'ARMEE LES ARRETTE TOUS LES DEUX ET PRENNE UN POUVOIR TEMPORAIRE POUR RESOUDRE CETTE CRISE EXISTENTIALISTE POUR LE PAYS LA VERITE QU'ATTENDEZ VOUS DONC MR AOUN ET MR HARRIRI? QUE JOSEPH AOUN PRENNE BAABDAT OU QUE LE HEZBOLLAH PRENNE LE POUVOIR ? BOUGER VOUS OU DEMISSIONNEZ IMMEDIATEMENT MAIS NE LAISSER PAS LE PAYS ALLER A LA GUERRE FRATRICIDE CAR UN PEUPLE AFFAME NE SE CONTROLE PAS

    LA VERITE

    17 h 12, le 11 mars 2021

  • M Jean-Yves Le Drian, le Liban agonise car on a des politiciens en chefs de tribus irresponsables . Ne faudra-t-il pas intervenir directement au lieu de nous présenter vos sincères condoléances ?

    Antoine Sabbagha

    16 h 55, le 11 mars 2021

  • Allez: partition . Il n’y a plus d’autre solution. Comme au Soudan. Et qu’ils aillent former leur république islamique au Liban-Sud..!

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 52, le 11 mars 2021

  • Ils se comportent comme si ça ne les concerne pas. Comment faire pour leur demander des comptes ?

    Esber

    16 h 48, le 11 mars 2021

Retour en haut