Rechercher
Rechercher

Idées - L’économie Ponzi

Réserves de la BDL : le Liban peut encore éviter l’apocalypse

Réserves de la BDL : le Liban peut encore éviter l’apocalypse

Photo d’illustration : Un manifestant agite le drapeau libanais devant le siège de la Banque centrale le 28 avril 2020. Anwar Amro/AFP

Un haut fonctionnaire m’a confié récemment que les réserves en devises étrangères de la Banque centrale du Liban (BDL) avoisinaient désormais les 16 milliards de dollars. Mais avant de commencer, quelques remarques préliminaires : d’abord, le terme « réserves » n’est pas tout à fait approprié, dans la mesure où il pourrait laisser entendre qu’il s’agit d’argent supplémentaire dont la BDL pourrait user à sa discrétion. Ensuite, ce montant correspond aux réserves brutes : les réserves nettes sont, elles, négatives, la BDL devant bien plus aux banques (lorsque Fitch avait dégradé pour la première fois la note souveraine du Liban, en août 2019, ils estimaient cette dette à 62 milliards de dollars ; selon mes propres estimations, ce chiffre devrait désormais être supérieur d’un tiers). Pour être plus précis, ces réserves sont les devises qui restent des 112 milliards d’épargne libellée en dollars dans les banques libanaises – et qui appartiennent en fin de compte aux déposants. Elles sont parfois appelées « réserves obligatoires » et correspondent aux 15 % des dépôts que les banques doivent détenir à la Banque centrale.

Le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, a récemment déclaré qu’il est proche d’atteindre ce niveau et qu’il ne peut donc pas poursuivre le programme de subventions. Le rôle des réserves obligatoires est principalement de protéger le secteur bancaire d’un risque systémique, comme par exemple la faillite de la Banque Intra en 1966. Aujourd’hui, presque toutes les banques libanaises étant potentiellement des banques Intra, ces réserves ne sont donc plus suffisantes pour renflouer le système. Du coup, elles servent à autre chose : elles permettent littéralement au pays de continuer à fonctionner, en finançant l’importation de biens essentiels comme le carburant qui nous permet de nous éclairer, de chauffer nos maisons ou de nous déplacer.

Pour mieux comprendre la situation actuelle du secteur bancaire, revenons à nos cours d’arithmétique de neuvième, lorsque nous avons été initiés au concept de « soustraction » : si Riad Salamé dit qu’il refuse de dépenser les derniers 15 % qu’il lui reste, que pouvons-nous en déduire par soustraction ? C’est bien cela : 85 % des devises ont été dépensées.

Dans la même rubrique

Et si Riad Salamé était le Robin des Bois libanais ?

On peut faire une analyse analogue sur la circulaire 154 d’août dernier, dont l’un des articles exige des banques qu’elles rapatrient en dollars « frais » l’équivalent de 3 % de leurs dépôts : par soustraction, cela implique nécessairement que même si elles y parviennent (ce qui, à ce jour, n’est toujours pas le cas…), il leur manque encore 97 % de ces devises… Selon le rapport sur la balance des paiements, publié chaque mois sur le site internet de la BDL, près d’un milliard de dollars en moyenne quittent le pays chaque mois. Selon divers rapports officiels – souvent contradictoires –, la moitié de cette somme serait dédiée aux subventions (principalement pour le carburant), toujours par soustraction cela signifie que le reste sort du pays pour des raisons « inexpliquées » (un indice : regardez du côté des membres du très sélect « Super Wasta Club » ).

Bref, nous sommes à la croisée des chemins. Si nous continuons de suivre le premier, sans changer radicalement nos politiques monétaires et nos pratiques sociétales, les réserves de la BDL seront consommées dans 16 mois au rythme actuel. À ce moment-là, nous devrons être contraints de vendre notre or. Et même en supposant que les détenteurs d’eurobonds ne profitent pas de ce moment de vulnérabilité parfaite pour faire valoir une créance dessus, cela nous permettrait encore de gagner, disons, 17 mois (en se basant sur le montant des avoirs en or déclarés dans le dernier bilan public de la BDL). En d’autres termes, nous disposons d’une durée de vie de 3 ans, nous la consommons à raison de 3 % par mois et regardons le train s’écraser au ralenti.

Mais que va-t-il se passer au bout de ces 2 ou 3 ans ? Fondamentalement, toutes les preuves d’une vie civilisée au XXIe siècle cessent d’exister : les quelques heures de courant électrique que le gouvernement nous fournit encore sont coupées, les hôpitaux sont à court de fournitures de base, les importations de nourriture deviennent l’apanage des riches, des quelques veinards qui gagnent un salaire en vrais dollars (en travaillant pour l’ONU ou des ONG étrangères), ou de ceux qui ont des parents expatriés...

Mais il y a un deuxième chemin : celui du salut. Une distribution équitable des pertes libérerait les liquidités et l’or qui nous restent pour reconstruire l’économie sur des bases productives, plutôt qu’un système rentier et paresseux basé sur la consommation, et périodiquement maintenu en vie par des aumônes travesties en conférences d’investissement.

Très concrètement, en quoi consisterait ce salut ? Malgré toutes nos errances et tergiversations criminelles, nous avons encore les moyens de faire en sorte que 85 % des déposants soient remboursés, intégralement – souvenez-vous, il y a un an, on aurait même pu en sauver 98 %, mais contrairement au bon vin, ça ne s’améliore pas avec le temps…

Mais cela suppose d’abord que ceux qui ont gagné des taux d’intérêt obscènes et factices sur leurs dollars (15 %, 20 %, 25 % voire 31 %) voient leurs créances réduites à un montant raisonnable. Par exemple, si vous avez gagné 26 % sur un million de dollars entre 2016 et 2019 (doublant ainsi votre mise sur la période), seul 1,1 million de dollars de votre créance serait reconnu – et non les 2 millions de dollars que vous pensiez avoir obtenu à travers le schéma de Ponzi de notre Disneyland bancaire. Pour être clair, on parle ici de ceux qui ont doublé leur mise, ont gardé leur argent ici et se sont retrouvés avec des « Lollars » (ou des billets de Monopoly). Pour les « futés » qui ont profité des taux obscènes et se sont échappés avant octobre 2019, un rapatriement forcé des fonds ( « clawback ») serait imposé.

Dans la même rubrique

L’art de jouer à la roulette avec vos dépôts

Ensuite, qu’une loi soit votée pour rapatrier les fonds de tous ceux qui se sont échappés de manière frauduleuse à travers leur « Super Wasta » (par exemple les 3-4 milliards de dollars qui se sont échappés lors de la fermeture des banques après le 17 octobre 2019), afin de les remettre dans le même bateau que la majorité de la population lésée. Les cadres supérieurs, les propriétaires et les membres du conseil d’administration des banques devraient également voir leurs avoirs gelés ; pour qu’ils partagent enfin le sort leurs clients – c’est d’ailleurs prévu par la loi libanaise (loi n° 2/67, article 13).

Troisièmement, ceux qui ne peuvent pas être remboursés seraient dédommagés à travers des actions de la banque qui a perdu leur argent (c’est ce qu’on appelle un « bail-in », comme l’a fait Chypre). Autrement dit, c’est l’inverse de la saisie de votre maison hypothéquée par la banque : ici, c’est vous qui prenez possession de la banque qui ne vous a pas payé sa créance (votre dépôt).

Si nous ne prêtons pas ce second chemin, nous nous dirigeons tout droit vers l’apocalypse, une sorte de Mogadiscio en 1993. Si vous voulez avoir un aperçu de ce futur morbide, mais évitable, regardez La Chute du faucon noir, ou bien Mad Max…

Dan Azzi est un ancien directeur de banque et chroniqueur à L'Orient-Le Jour.


Un haut fonctionnaire m’a confié récemment que les réserves en devises étrangères de la Banque centrale du Liban (BDL) avoisinaient désormais les 16 milliards de dollars. Mais avant de commencer, quelques remarques préliminaires : d’abord, le terme « réserves » n’est pas tout à fait approprié, dans la mesure où il pourrait laisser entendre qu’il s’agit...

commentaires (11)

Pas d'issue sans un grand changement politique et militaire car le Hezb et Amal en particulier feront tout pour bloquer les réformes qui consistent sur tout à réduire la taille de l'État où sont placés leurs hommes. Cette réforme de traduira immédiatement par un regain de confiance vital pour tout redressement. Le Liban est un petit pays qui a besoin de quelques milliards pour se redresser SI réformes il y a. Le tandem craint ses réformes et la d'évaluation fera de sorte à ce que leurs hommes se rebellent contre eux, dont l'initiative du brillant Ali Hassan Khalil...

Onaissi Antoine

05 h 50, le 11 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Pas d'issue sans un grand changement politique et militaire car le Hezb et Amal en particulier feront tout pour bloquer les réformes qui consistent sur tout à réduire la taille de l'État où sont placés leurs hommes. Cette réforme de traduira immédiatement par un regain de confiance vital pour tout redressement. Le Liban est un petit pays qui a besoin de quelques milliards pour se redresser SI réformes il y a. Le tandem craint ses réformes et la d'évaluation fera de sorte à ce que leurs hommes se rebellent contre eux, dont l'initiative du brillant Ali Hassan Khalil...

    Onaissi Antoine

    05 h 50, le 11 mars 2021

  • Excellent article. Factuel et prévoyant.

    C'est moi

    05 h 04, le 11 mars 2021

  • Cette belle leçon d'économie reste très théorique. En pratique, la notion de "confiance" reste primordiale pour renouer avec la croissance. Et cette confiance n'existe plus tant que des voyous mafieux gouvernent le pays. Je dirai même qu'en chaque libanais sommeille un voyous. C'est dans nos gènes. Un point c'est tout.

    La Colère de Zeus

    21 h 34, le 10 mars 2021

  • S'il y APOCALYPSE on se remet à bruler des pneus et barrer les routes, l'exemple est bien derrière nous, novembre 2019 a ce jour ..... NO PROBLEM.

    aliosha

    13 h 11, le 10 mars 2021

  • suis étonné que les déposants ne réclament pas de remplacer les propriétaires des banques qui ont perdu d'abord leurs fonds propres (ce qu'on appelle capital-capitaux) et puis une partie des dépôts.

    Shou fi

    12 h 32, le 10 mars 2021

  • Article démagogique, truffé d’erreurs, entaché d’illégalités passibles de poursuites judiciaires. Exemple : personne n’a profité de 26% d’intérêts, au plus haut c’est monté à 14%. S’il n’y avait pas eu ces offres alléchantes, les déposants auraient placé leur argent ailleurs, vous ne pouvez donc en aucune façon venir leur soustraire un argent gagné légalement. La deuxième grande erreur est que vous dédouanez la BdL de la catastrophe alors que son gouverneur a sciemment menti sur l’état de santé économique. Bref un article digne d’un élève en 1ère année dernière sciences économiques

    Censuré par l’OLJ

    09 h 53, le 10 mars 2021

  • LA SORTIE EST UNE. GOUVERNEMENT DE MISSION COMPOSE DE MINISTRES INDEPENDANTS. REFORMES ECONOMIQUES, FINANCIERES ET POLITIQUES DONT LA DISSOLUTION DES MILICES. SINON AUCUN PAYS NE SE RISQUERA A AIDER OU A INVESTIR DANS LE PAYS ET LA DESCENTE AUX ENFERS SERAIT DEFINITIVE. FAUT CHOISIR ENTRE SAUVER LE PAYS ET LA PRESENCE DES MILICES IRANIENNES SUR SON SOL.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    08 h 30, le 10 mars 2021

  • Pour un article economique, le contenu est clair et facilement compris par les non initie’s. Il reste donc encore un espoir aux de’posants ordinaires, notamment ceux qui n’ont pas profite’ de taux d’intere’t a deux chiffres !

    Goraieb Nada

    08 h 01, le 10 mars 2021

  • La première moitié de votre analyse, est purement démagogique, malheureusement. Vous qui savez bien que l'argent des banques, n'est pas liquidités, vous faites abstraction des prêts évalués à des dizaines de milliards de dollars, et qui devraient un jour revenir aux banques quand l'économie du pays retourne à la normale. Je me demande pourquoi L'OLJ, vous choisit à reprises pour instiller la peur au système. A bientôt.

    Esber

    03 h 58, le 10 mars 2021

  • Intéressant et scénario idéal pour sortir de la crise sauf que irréaliste sur plusieurs points. Le déposant qui a profité des taux exorbitants est dans tous ses droits et n'a commis aucun crime. Le futé qui s'est retiré au bon moment a tout juste profité de l'offre légale qu'on lui a proposée et ne va pas rapatrier aucun centime. Cependant annuler un bon pourcentage à ceux qui ont obtenu ces taux ( dépôts en lollars) est tout a fait logique et permettra de diminuer d'une manière significative les pertes. Certes comme il s'agit dans la grande majorité de politiciens et homme d'affaires sulfureux la chance que cette loi soit adoptée est infime. Le bail-in subira le même sort vu que les banques appartiennent à cette même classe. L'avenir est très sombre et on se dirige à un scénario à la Venezuela sauf qu'on a ni pétrole et des armes entre les mains d'une population plus pauvre de jours en jours. Ça sera le mode survival et chaos totale. Espérons une bénédiction divine et un miracle

    Elie H

    02 h 38, le 10 mars 2021

  • Je pensais qu on était déjà dans l apocalypse....!

    Robert Moumdjian

    00 h 19, le 10 mars 2021

Retour en haut