Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Une lumière perce les débris

« Qui serait, d’après vous, la femme libanaise la plus admirable du XXIe siècle ? » Je dédie cet article à la femme qui a fait vaciller mon esprit.

Un drame qui a ébranlé la planète révèle une héroïne inconnue.

Elle a marqué les esprits et a gardé une empreinte dans le cœur des Libanais par son dévouement et sa bravoure face à l’explosion titanesque qui a dévasté la capitale.

La photo de Pamela Zeinoun a secoué le monde. Trois bébés aux bras, les cheveux poussiéreux, le masque baissé, le téléphone coincé entre l’épaule et l’oreille, essayant en vain d’appeler des secours.

Cette infirmière zélée de 26 ans a tout déployé pour sauver la vie de trois nouveau-nés.

4 août 2020, 18h07. Pamela est à son bureau au service de néonatologie de l’hôpital Saint-Georges à Beyrouth. Tout à coup, un tremblement de terre secoue l’immeuble, et tout commence à s’effondrer autour d’elle, faux plafond, vitres, lampes et même câbles électriques ! Puis, plus rien. Pamela est sous les décombres, elle perd connaissance. Dès qu’elle retrouve ses esprits, un élan spontané, un instinct maternel ne lui permettent pas de s’attarder. Son premier réflexe : sauver les bébés. Elle se relève aussitôt, se précipite vers les unités de soins néonatales où se trouvent trois bébés prématurés qu’elle surveille depuis six semaines. Elle sait qu’ils ont constamment besoin d’oxygène pour survivre. Le passage est bloqué par les décombres, les débris de verre et les gravats. Heureusement qu’il y a une autre entrée. Elle s’y engage, et retrouve les trois petits anges couverts de barres de fer, mais miraculeusement intacts. Sans réfléchir, elle les soulève, les enveloppe de ses bras et dévale les escaliers de quatre étages. C’est alors qu’elle se retrouve devant un poste de téléphone. Elle essaye d’appeler des secours, personne ne décroche. Comme la plupart des Libanais, à cet instant même, elle ne réalise sûrement pas l’ampleur du cataclysme qui vient de frapper la capitale. Un photographe de presse accouru pour capturer les scènes du drame la surprend à ce moment et la prend en photo. Elle fixe calmement l’objectif, mais en son for intérieur, avoue-t-elle par la suite, elle est au comble de la panique, et se demande que faire de ces trois vies entre ses bras.

Alors que les médecins sont submergés, elle décide de quitter l’hôpital à la recherche d’un autre établissement qui puisse assurer des soins aux petits. Elle parcourt à pied les rues de de la capitale plongées dans le chaos. En chemin, des passants lui offrent de quoi couvrir les bébés. Plus loin, au bout de cinq kilomètres de marche dans l’obscurité de la nuit tombante, au milieu du nuage colossal de poussière causé par l’explosion, Pamela rencontre un chauffeur de taxi qui lui propose d’emmener les enfants vers un hôpital de la banlieue. Finalement arrivés à un établissement épargné par le désastre, Pamela supplie le personnel où les bébés sont accueillis de lui donner une seule unité de soins intensifs néonatale où elle déposera les trois enfants ensemble.

Cette infirmière dévouée est devenue le symbole du courage et de l’espoir au pays de Cèdre. Elle est à présent reconnue, saluée et interpellée dans la rue et de loin plus respectée que les politiciens qui n’ont rien voulu offrir à leur peuple.

Pamela Zeinoun, médiatisée malgré elle, ne s’est peut-être pas bâti une carrière internationale, n’a pas de titres mirobolants ni n’occupe des postes flamboyants. Pourtant, elle s’est démarquée par son acte héroïque instinctif et discret, sans penser ni à sa propre sécurité ni à son intérêt personnel, dans des conditions si difficiles. Pamela aurait pu se contenter de se mettre à l’abri et avancer plusieurs prétextes et obstacles légitimes pour se dérober à la responsabilité de ces nourrissons, mais elle a choisi d’être responsable, et de donner la priorité à la vie d’autrui, coûte que coûte.

Cette jeune Libanaise est admirable. Son acte révèle une âme exceptionnelle, un dévouement désintéressé, une volonté ferme et inébranlable. Son histoire est une leçon de vie, une lueur d’espoir qui nous prouve qu’en dépit des mains du mal capables de détruire des vies, il existe toujours des messagers angéliques armés de la force du bien qui viennent à notre secours.

Dans quelques années, trois enfants miraculés découvriront une histoire fabuleuse, la leur, celle de trois bébés prématurés sauvés par une héroïne uniquement mue par un noble élan d’humanisme et d’amour. Du fond de ce drame si bouleversant, cette jeune femme a prouvé que même au milieu d’une tragédie mortelle, il est toujours possible de faire triompher la vie.

Lynn YOUNÈS

En collaboration avec Jamhour Talks

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


« Qui serait, d’après vous, la femme libanaise la plus admirable du XXIe siècle ? » Je dédie cet article à la femme qui a fait vaciller mon esprit.Un drame qui a ébranlé la planète révèle une héroïne inconnue.Elle a marqué les esprits et a gardé une empreinte dans le cœur des Libanais par son dévouement et sa bravoure face à l’explosion titanesque qui a dévasté...

commentaires (1)

J'approuve totalement!

SADEK Rosette

16 h 34, le 08 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • J'approuve totalement!

    SADEK Rosette

    16 h 34, le 08 mars 2021

Retour en haut