Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Comment Gebran Bassil tente de contourner Bkerké

Auprès du Vatican, le leader du CPL tente de détourner le message de l’initiative du patriarche maronite.

Comment Gebran Bassil tente de contourner Bkerké

Le leader du CPL Gebran Bassil et le patriarche maronite Béchara Raï à Bkerké en février 2016. Photo d’archives ANI

Maintenir le contact avec le Vatican, entretenir la relation avec Bkerké, renforcer l’alliance avec le Hezbollah, essayer d’obtenir un rendez-vous auprès de responsables français : comme à son habitude, Gebran Bassil veut être sur tous les fronts en même temps. L’initiative du patriarche maronite Béchara Raï, qui appelle à une conférence internationale pour le Liban et à consacrer le principe de neutralité positive dans le système politique libanais, met le leader chrétien dans une position délicate pour deux raisons : d’une part, elle vise surtout son principal et désormais seul allié, le Hezbollah ; d’autre part, elle lui dispute le droit de parler au nom de la défense des chrétiens, qui constitue le cœur de sa rhétorique. Les prises de position du patriarche ont mis en lumière une volonté d’en finir avec l’accord de Mar Mikhaël (conclu entre le CPL et le Hezbollah en 2006) qui permettait au parti chiite de bénéficier d’une large couverture chrétienne. Le chef du Courant patriotique libre cherche aujourd’hui à limiter les dégâts.

Lire aussi

Le patriarche Raï à l’assaut du leadership chrétien

Obsédé par sa survie politique et le maintien de son leadership sur la scène chrétienne, il ne peut pas tourner le dos à Bkerké. Mais soutenir la démarche du patriarche, qui bénéficie notamment d’un large appui des Forces libanaises, le contraindrait à revoir toute sa stratégie politique basée sur le fait que son deal avec le Hezbollah doit lui permettre à terme d’accéder à la présidence. Le leader chrétien est donc forcé de faire de grands écarts en permanence, comme faire un pas vers Bkerké tout en s’opposant à l’appel du patriarche à une conférence internationale.

Lire aussi

Face à l’initiative de Bkerké, la prudence du courant du Futur

Ayant très tôt flairé que l’initiative de Bkerké deviendrait un sujet politique de premier plan, Gebran Bassil a tout de suite envoyé une délégation chez le patriarche il y a trois semaines environ. Afin d’éviter toute position qui pourrait mettre la formation dans un certain embarras politique, la délégation du CPL a certes discuté du principe de neutralité, mais surtout insisté sur la nécessité de mettre en œuvre les réformes, et avant tout l’audit juricomptable de la Banque du Liban. Gebran Bassil se veut le fer de lance de la lutte contre la corruption et se place comme le principal opposant sur la scène politique au gouverneur de la Banque centrale Riad Salamé qu’il veut écarter. Plus récemment, le parti fondé par Michel Aoun a estimé, depuis Bkerké, qu’il fallait d’abord favoriser le dialogue interne. Une façon, quelque part, d’enterrer le projet d’une conférence internationale, compte tenu du contexte actuel où aucune entente nationale ne peut voir le jour sur un dossier aussi sensible.

Visite au Vatican
Gebran Bassil veut à tout prix éviter la rupture avec Bkerké, qui se traduirait par une perte de popularité auprès des chrétiens. Mais il ne rate pas une occasion de contrer les initiatives du patriarche, comme lorsqu’il a choisi d’envoyer un message au Vatican, le 23 février dernier, par le biais d’une délégation qu’il a dépêchée auprès du nonce apostolique. Selon un diplomate européen, la lettre de Gebran Bassil au Vatican critiquait de façon indirecte les positions du patriarche Raï, insinuant que ses propositions ne reflétaient pas la volonté de la rue chrétienne. Dans son message, le CPL a plaidé, en priorité, pour le renforcement du rôle des chrétiens, s’appuyant sur une déclaration du pape François datant du 8 février dans laquelle il affirmait qu’« affaiblir la communauté chrétienne risque de détruire l’équilibre interne du Liban et la réalité libanaise elle-même ». « Le patriarche Raï a exprimé son mécontentement à l’encontre de l’action de Bassil, et la relation entre les deux n’est plus au beau fixe depuis un moment », affirme une source proche de Bkerké. D’autant plus que Mgr Raï tient Bassil pour responsable de l’échec de sa récente tentative de rapprocher le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre désigné, Saad Hariri, en vue d’accélérer la formation d’un gouvernement.

Lire aussi

Après le discours de Raï, le risque d’un retour à la polarisation

Une version démentie par le CPL. « Les contacts avec le patriarche ne se sont pas interrompus et Bassil a demandé un rendez-vous à Bkerké pour expliquer son point de vue », soutient un proche du chef du CPL. Dans le même temps, Gebran Bassil chercherait à préparer une visite au Vatican, ou alors à se rendre en Irak pour participer à l’accueil du souverain pontife à Bagdad à la fin de cette semaine, dans l’espoir de se réunir avec des responsables du Saint-Siège et de partager sa vision des choses. En parallèle, il tente d’obtenir des rendez-vous à Paris avec les responsables qui gèrent le dossier libanais. Problème : le leader du CPL est persona non grata dans la capitale française et de plus en plus isolé sur la scène diplomatique, particulièrement depuis qu’il a été sanctionné par les États-Unis. Sa récente rencontre avec l’ambassadrice de France, Anne Grillo, s’inscrit dans une volonté de briser cet isolement. Mais en off, les diplomates français ne cachent plus que Paris fait assumer au gendre du président la responsabilité essentielle du blocage gouvernemental et déclarent comprendre la position de Saad Hariri.


Maintenir le contact avec le Vatican, entretenir la relation avec Bkerké, renforcer l’alliance avec le Hezbollah, essayer d’obtenir un rendez-vous auprès de responsables français : comme à son habitude, Gebran Bassil veut être sur tous les fronts en même temps. L’initiative du patriarche maronite Béchara Raï, qui appelle à une conférence internationale pour le Liban et à...

commentaires (18)

Les relations entre la tête de l'église maronite et le Vatican date du VII siècle, difficile à un membre de la Communauté de s'immiscer entre les deux parties. Il fait de la politique et du bruit pour emballer un peu ses suiveurs et naturellement il essaie de faire parler de lui comme tout le monde. Ce type d'activité s'inscrit dans le mode de calcul "moi et Bill Gates sont milliardaires". Cet article est négatif pour lui en apparence mais au fond il lui apporte du crédit. La pire des insultes pour un(e) politique est que la presse cesse de parler d'elle ou de lui !

MGMTR

21 h 39, le 04 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Les relations entre la tête de l'église maronite et le Vatican date du VII siècle, difficile à un membre de la Communauté de s'immiscer entre les deux parties. Il fait de la politique et du bruit pour emballer un peu ses suiveurs et naturellement il essaie de faire parler de lui comme tout le monde. Ce type d'activité s'inscrit dans le mode de calcul "moi et Bill Gates sont milliardaires". Cet article est négatif pour lui en apparence mais au fond il lui apporte du crédit. La pire des insultes pour un(e) politique est que la presse cesse de parler d'elle ou de lui !

    MGMTR

    21 h 39, le 04 mars 2021

  • This guy is a dead man walking

    Liban Libre

    19 h 34, le 04 mars 2021

  • Le QI élevé n'est pas donné à tout le monde malheureusement. Enfin...certains esprits faibles croient encore en ces gens de cette classe politique incompétente, pourrie et excécrable.

    radiosatellite.online

    17 h 03, le 04 mars 2021

  • "Je veux devenir Calife a la place du Calife" Iznogoud

    Sabri

    16 h 40, le 04 mars 2021

  • Le gendron veut jouer dans la cour des grands en gesticulant et en se prenant pour un loup de la politique alors qu’il sait comme tout le monde que ça n’est qu’un petit roquet qui a du mal à attirer l’attention. Vivement son départ à Bagdad, HN n’espère que ça le voir disparaître par magie sans y être mêlé.

    Sissi zayyat

    15 h 06, le 04 mars 2021

  • JUDAS

    Wow

    14 h 27, le 04 mars 2021

  • BEAU-PERE ET GENDRE DOIVENT DEGAGER ET LE PLUS TOT. LES FRANCAIS L,ONT BIEN CARACTERISE DE DANGEREUX POUR LE PAYS ET AMERICAINS, ANGLAIS, ALLEMANDS ET D,AUTRES PENSENT LA MEME CHOSE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 49, le 04 mars 2021

  • IL EST A L,HONNEUR DE L,OLJ D,AVOIR PUBLIE MA CRITIQUE SUR LES CENSURES DU FORUM. DANS L,ESPOIR DU RESPECT DE LA LIBRE EXPRESSION QUI RESPECTE LES REGLES AGREEES ET N,INSULTE PAS MAIS NOMME ET CARACTERISE POUR ECLAIRER LES CITOYENS. ESPERONS QUE C,EST UN PAS EN AVANT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 42, le 04 mars 2021

  • La pays n’a pas besoin encore de loosers qui continuent a s’accrocher a leur fauteuils tant bien que mal, juste pour exister. Bassil a tout raté, il avait la clé de la maison Liban et il a tout crame avec ses accolytes. Dommage pour toutes ses années ou nombreux libanais ont cru et ont suivi ce mouvement, malheureusement c’est game over. J’invite aussi notre journal, L’orient le jour a mettre un peu plus les projecteurs sur des nouvelles têtes qui ont un nouveau programme et des nouvelles idées plutot que de s’attarder a analyser le jeu des actuels protagonistes de la politique libanaise qui ne vaut plus rien.

    Moubarak tony

    12 h 02, le 04 mars 2021

  • CECI DIT, A DIEU NE PLAISE QUE LES INITIATIVES DE RAI NE NE FINISSENT EN QUEUE DE POISSON ! ALORS SERA NOTRE FIN. SANS POSSIBLE RECOURS. SANS D'AUTRE ESPOIR QU'N MIRACLE NOUS DELIVRE.

    gaby sioufi

    11 h 02, le 04 mars 2021

  • Même les cadres du CPL le rejettent car ils ont tous compris que sa politique a mené le CPL vers la ruine. Cependant ils ne veulent pas heurter le fondateur du CPL. Quant à Gebran Bassil à la présidence, on n’est pas encore le 1er avril. Il a plus de chance de finir en Iran qu’à Baabda

    Liberté de Penser

    10 h 14, le 04 mars 2021

  • HIER QUATRE DE MES COMMENTAIRES ONT ETE CENSURES ET MES PROTESTATIONS SUR LES TROIS D,ENTRE EUX L,ONT ETE AUSSI. COMMENT UN JOURNAL QUI DEFEND A FOND LA LIBRE EXPRESSION DE LOUKMAN SLIM QUI CRITIQUAIT EN NOMMANT ET CARACTERISANT ET DE TOUS LES MARTYRS DE CETTE LIBRE EXPRESSION ET SE PRESENTE EN CHAMPION DES JOURNAUX LIBANAIS POUR CETTE DEFENSE FAIT TAIRE LA LIBRE EXPRESSION DANS SON FORUM MEME RESPECTANT LES REGLES AGREEES ET N,INSULTANT PAS ET LA PUNIT EN NE LA PUBLIANT PAS. FAIRE TAIRE EN ASSASSINANT CORPORELLEMENT ET FAIRE TAIRE EN ASSASSINANT INTELLECTUELLEMENT SONT TOUS LES DEUX DES ASSASSINATS. ON ASSASSINE LA DIGNITE ET LA PENSEE DES INTERNAUTES EN LES OBLIGEANT A REECRIRE LEURS COMMENTAIRES POUR PLAIRE AUX CENSEURS DU JOURNAL MUS PAR DES INTERETS PLUS QUE POLITIQUES OU ON LES CENSURE CAD ON ASSASSINE LEURS LIBRE EXPRESSION. MA DIGNITE D,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE NE ME PERMET PAS DE CONTINUER A SOUFFRIR CES OFFENSES. JE SUIS SUR QUE TOUS PENSENT COMME MOI. - OLJ, AYEZ L,AMABILITE DE PUBLIER CETTE TIRADE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 04, le 04 mars 2021

  • "leader"??? meme pas en reve. Depute de batroun avec quelques milliers de voix, le voila offert le poste de patron du cpl...un tour de passe-passe ne veut pas dire qu'il est leader du plus grand bloc de deputes Chretiens

    Elementaire

    09 h 43, le 04 mars 2021

  • Qui trop etreint mal embrasse. Consacre’ le plus hai des politiciens libanais, Bassil designe’ par son beau-pere , prince heritier, a demontre’ l’echec de sa politique partisane . Lache’ par tous, excepte’ le hezbollah, ce ‘’defenseur’’ des chretiens a place’ ces derniers sous le contrôle de la milice sectaire arme’e. Il faut dire que c’est une tradition dans la famille ! Les opportunistes sont prets aux pires volte faces pour assouvir leur soif maladive du pouvoir, meme si le Liban devait en crever ! Contourner les options nationales du patriarche n'est certainement pas a l'avantage de notre pays

    Goraieb Nada

    09 h 38, le 04 mars 2021

  • Que le ciel nous préserve de ce genre de personnage à la Présidence de notre pays ! Son "préstige", déjà pas mal terni, serait alors définitivement terni par l'arrogance, la corruption au grand jour, ainsi que la main-mise complète du Hezbollah, son allié très...très intéressé, sur le Liban. - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 51, le 04 mars 2021

  • - Défenseur des chrétiens au Liban, et en particulier des maronites, mais opposé à toutes les initiatives du patriarche. - Champion de la lutte contre la corruption, mais refusant aue le ministère de l'Energie lui échappe de peur d'une vérification des comptes. - Ardent promoteur de la souveraineté et de l'indépendance du Liban, mais allié avec les forces d'occupation iraniennes. - Appuyant à fond l'initiative française, mais en en rejetant le contenu... Chapeau, l'équilibriste! Mais attention: il n'y a pas de filet!

    Yves Prevost

    07 h 34, le 04 mars 2021

  • "... Comment Gebran Bassil tente de contourner Bkerké ..." - Décidément c’est une manie. Même avec Raï il est dans la logique "tiers de blocage". Ce doit être maladif. J’espère que ça se soigne...

    Gros Gnon

    06 h 47, le 04 mars 2021

  • Fausses infos . Fake news Désinformation

    Chucri Abboud

    01 h 55, le 04 mars 2021

Retour en haut