Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Lettre ouverte à nos « dirigeants dirigés »

Courez, abreuvez-vous

Du sang de vos victimes ;

Courez, régalez-vous

De leur chair brûlée.

Ce n’est pas moi, c’est elle,

Dit-il au Dieu très haut ;

Il s’est retrouvé nu,

Vous le serez bientôt.

Pour ces enfants qui pleurent

Et ces mères esseulées,

Pour ces pères qui meurent

Et ce monde éploré,

J’irai cracher sur vos tombes.

Pour ces bras qui se tendent

Et ces mains qui se tordent.

Pour tous ces orphelins

Et tous ces noirs matins,

J’irai cracher sur vos tombes.

Ô vous qu’on disait grands,

Vous qu’on croyait puissants,

Vous n’êtes que pantins

Qui jouent aux plus malins.

Que tous ces morts-vivants,

Que ces milliers sans toit,

Que l’humanité entière

Aillent cracher sur vos tombes

Et que l’histoire le dise.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Courez, abreuvez-vous
Du sang de vos victimes ;
Courez, régalez-vous
De leur chair brûlée.Ce n’est pas moi, c’est elle,
Dit-il au Dieu très haut ;
Il s’est retrouvé nu,
Vous le serez bientôt.Pour ces enfants qui pleurent
Et ces mères esseulées,
Pour ces pères qui meurent
Et ce monde éploré,
J’irai cracher sur vos tombes.Pour ces bras qui se tendent
Et ces mains qui...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut