Rechercher
Rechercher

Monde - Coronavirus

Premiers vaccins Covax au Ghana, nouveaux soucis pour AstraZeneca dans l’UE

Premiers vaccins Covax au Ghana, nouveaux soucis pour AstraZeneca dans l’UE

Des Américains font la queue pour se faire vacciner contre le Covid-19 à New-York. Michael M. Santiago/Getty Images/AFP

Les campagnes de vaccination contre le Covid-19 se poursuivent dans le monde : le Ghana a reçu hier la première livraison mondiale de vaccins financés par le dispositif Covax destiné notamment aux pays défavorisés, mais AstraZeneca a reconnu de nouvelles difficultés de production en Europe pour les doses promises à l’UE.

« Enfin ! Ce matin, les premières doses de vaccins Covid-19 livrées par le dispositif Covax sont arrivées au Ghana », a écrit sur Twitter le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus. « C’est un jour que nous devons célébrer, mais c’est juste un premier pas. »

Un avion transportant 600 000 doses du vaccin AstraZeneca/Oxford du fabricant Serum Institute of India a atterri hier matin à l’aéroport d’Accra, la capitale ghanéenne. Ces doses « font partie de la première vague de vaccins contre le Covid à destination de plusieurs pays à revenu faible et intermédiaire », selon un communiqué de l’OMS et de l’Unicef. Le Ghana, qui a enregistré 80 759 cas de coronavirus, dont 582 mortels, devrait recevoir 2,4 millions de doses.

Le système Covax vise à fournir cette année des vaccins contre le Covid-19 à 20 % de la population de près de 200 pays et territoires participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet à 92 nations ayant un niveau de développement économique faible ou moyen d’avoir accès aux précieuses doses. Il a été mis en place pour tenter d’éviter que les pays riches n’accaparent l’ensemble des vaccins.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a cependant accusé lundi certains pays riches de « saper » le dispositif Covax et d’« approcher les fabricants pour s’assurer l’accès à des doses de vaccins supplémentaires ».

La livraison de vaccins au Ghana intervient après le lancement de la campagne de vaccination au Sénégal mardi, à la suite de l’Afrique du Sud, du Zimbabwe, des Seychelles, de l’île Maurice, du Rwanda, de la Guinée équatoriale, de la Guinée, de l’Algérie, du Maroc et de l’Égypte.

Pour aider à accélérer la vaccination des 1,3 milliard d’Africains, l’Union africaine a déclaré qu’elle avait obtenu 270 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 à distribuer cette année.

Difficultés d’AstraZeneca dans l’UE

Au moins 217 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont été administrées dans le monde. Mais plus de neuf doses sur dix ont été injectées dans des pays à revenu « élevé » ou « intermédiaire de la tranche supérieure », au sens de la Banque mondiale.

Tandis que la vaccination s’étend lentement aux pays plus pauvres, l’Inde a annoncé hier prévoir d’élargir son gigantesque programme de vaccination contre le Covid-19 aux personnes de plus de 60 ans à partir du 1er mars, y compris dans les hôpitaux privés.

L’Ukraine, l’un des pays les plus pauvres d’Europe, a lancé hier le sien, après de nombreux retards, mais les doses restent encore peu nombreuses.

La Hongrie a, quant à elle, fait savoir qu’elle commençait à utiliser mercredi le vaccin du laboratoire chinois Sinopharm, devenant le premier pays de l’Union européenne à le faire.

Le géant pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca a de son côté fait savoir qu’il devrait avoir recours à des sites de son réseau international en dehors de l’Union européenne pour tenir ses promesses de livraison à l’UE au deuxième semestre. La Commission européenne s’est malgré tout montrée confiante sur les livraisons des prochains mois. AstraZeneca « travaille à augmenter la productivité dans sa chaîne logistique dans l’UE » et va utiliser « sa capacité mondiale afin d’assurer la livraison de 180 millions de doses à l’UE au deuxième semestre », selon un porte-parole du groupe. Cette annonce intervient après une controverse sur les livraisons au premier trimestre 2021 du vaccin AstraZeneca-Oxford à l’Union européenne, qui a provoqué des tensions entre Bruxelles et le groupe pharmaceutique.

Situation « très préoccupante » en France

Un sommet européen extraordinaire se déroulera jeudi en visioconférence, consacré notamment à la crise sanitaire. À la veille de cette rencontre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a cherché à faire preuve d’optimisme dans le conflit avec AstraZeneca. « Les fabricants de vaccins sont nos partenaires dans cette pandémie », a-t-elle déclaré. Partout dans le monde, les gouvernements misent sur les injections pour tenter de venir à bout de la pandémie, qui a fait près de 2,5 millions de morts depuis fin décembre.

En France, la situation dans la lutte contre le Covid-19 « se dégrade » et « est très préoccupante dans une dizaine de départements » sur cent, a déclaré hier le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Cette dégradation « impose des mesures rapides et fortes », a-t-il précisé. La ville de Dunkerque (Nord), en proie à une flambée de l’épidémie, attend quant à elle d’être fixée sur la parade que choisira le gouvernement. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, doit y caler avec les élus locaux de nouvelles restrictions, comme sur une partie de la Côte d’Azur (Sud-Est), soumise au confinement les deux week-ends à venir.

Aux États-Unis, l’administration de Joe Biden a annoncé hier qu’elle distribuerait gratuitement 25 millions de masques aux Américains à partir du mois de mars afin de lutter contre le Covid-19, selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Enfin, l’Agence américaine des médicaments a confirmé mercredi l’efficacité du vaccin unidose contre le Covid-19 de Johnson & Johnson, y compris contre des variants, présageant de son autorisation très prochaine aux États-Unis.

Source : AFP


Les campagnes de vaccination contre le Covid-19 se poursuivent dans le monde : le Ghana a reçu hier la première livraison mondiale de vaccins financés par le dispositif Covax destiné notamment aux pays défavorisés, mais AstraZeneca a reconnu de nouvelles difficultés de production en Europe pour les doses promises à l’UE.
« Enfin ! Ce matin, les premières doses de vaccins...

commentaires (1)

POURQUOI TANT D'IMPATIENCE A VOULOIR VACCINER AU PLUS VITE, APRES 15 MOIS DE PANDEMIE. ON PEUT TRES BIEN SUPPORTER QQS SEMAINES DE PLUS -JE SAIS BIEN C'EST DU CYNISME MECHANT-MAIS VOILA, CET ALARMISME PEUT AVOIR DES CONSEQUENCES IMPREVISIBLES-ENTRE AUTRES UNE PRODUCTION DEFECTUEUSE DU VACCIN

gaby sioufi

11 h 51, le 25 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • POURQUOI TANT D'IMPATIENCE A VOULOIR VACCINER AU PLUS VITE, APRES 15 MOIS DE PANDEMIE. ON PEUT TRES BIEN SUPPORTER QQS SEMAINES DE PLUS -JE SAIS BIEN C'EST DU CYNISME MECHANT-MAIS VOILA, CET ALARMISME PEUT AVOIR DES CONSEQUENCES IMPREVISIBLES-ENTRE AUTRES UNE PRODUCTION DEFECTUEUSE DU VACCIN

    gaby sioufi

    11 h 51, le 25 février 2021

Retour en haut