Rechercher
Rechercher

Politique - Affaire Lokman Slim

Deux élus US appellent Biden à utiliser la loi Magnitsky pour sanctionner les assassins

Les représentants Michael T. McCaul et Gregory W. Meeks dénoncent "l'assassinat impudent" d'un "militant anti-Hezbollah (...) qui promouvait la participation démocratique". 

Deux élus US appellent Biden à utiliser la loi Magnitsky pour sanctionner les assassins

L'intellectuel libanais Lokman Slim, assassiné dans la nuit du 3 au 4 février 2021 au Liban-sud. Photo AFP / LOKMAN SLIM'S OFFICE / HO

Deux membres de la Chambre des représentants américains ont attiré, dans une lettre au président Joe Biden, son attention sur l'assassinat de Lokman Slim, intellectuel libanais et opposant notoire au Hezbollah, estimant que cet acte vise à "réduire au silence" d'autres activistes. Ils ont exhorté le chef de la Maison Blanche à utiliser la loi Magnitsky pour sanctionner toute personne responsable de ce crime. Cette loi permet aux États-Unis d'ordonner des sanctions, notamment financières, contre toute personne portant atteinte aux droits de l'homme. 

Dans leur missive envoyée au président démocrate, Michael T. McCaul et Gregory W. Meeks, qui font tous deux partie de la commission de la Chambre des représentants pour les Affaires étrangères, ont souligné que Lokman Slim, "un militant anti-Hezbollah", a été assassiné il y a quinze jours, rappelant qu'il était "un membre apprécié de la société civile libanaise, qui promouvait la participation démocratique et appelait à demander des comptes à tous les membres du gouvernement libanais y compris au Hezbollah". Plusieurs observateurs avaient relevé que la réaction officielle du département d'État américain au lendemain du meurtre du cinéaste et éditeur libanais ne faisait alors aucune mention du parti chiite. 

Réponse adéquate
"Cet assassinat impudent d'un activiste véhément vise très probablement à intimider d'autres que lui et à les réduire au silence, surtout lorsque l'on inscrit cet événement dans le cadre de l'histoire tragique des assassinats politiques au Liban, dont les responsables n'ont jamais dû rendre des comptes", ont ajouté les deux élus dans leur lettre dont une copie a notamment été partagée sur les réseaux sociaux par l'épouse de l'intellectuel assassiné, Monika Borgmann. 

Ils ont aussi rappelé que la loi Magnitsky "pourrait être un outil approprié pour tenir responsables ceux qui sont derrière l'assassinat de Lokman Slim". "Nous pensons que le meurtre de M. Slim pourrait constituer une violation flagrante et punissable des droits humains, à l'encontre d'un ressortissant étranger qui voulait promouvoir et exercer les libertés basiques et l'État de droit", ont-ils poursuivi. MM. McCaul et Meeks ont dans ce contexte appelé le président Biden à "considérer l'application de la loi Magnitsky pour évaluer une réponse adéquate au meurtre de Lokman Slim". 

Le cinéaste, éditeur et penseur libanais a été retrouvé mort le 4 février dernier au Liban-Sud après avoir été porté disparu depuis la veille au soir, lorsqu’il était sorti du domicile de l’un de ses amis dans le village de Niha en soirée. Son corps atteint de plusieurs balles avait été retrouvé dans une voiture de location, près de la localité de Touffahta dans le caza de Zahrani. Le chercheur et essayiste, un Libanais musulman chiite engagé en faveur de la laïcité et de la démocratie, était régulièrement la cible de menaces de la part de partisans du parti chiite et du mouvement Amal, mais refusait de s'y plier et continuait de vivre dans la banlieue-sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah. Son assassinat a choqué le pays et fait craindre un retour aux assassinats politiques comme durant la période allant de 2004 à 2013. Pointé du doigt par ses détracteurs, le Hezbollah s'est défendu d'être derrière cet assassinat et s'est empressé de le condamner.

Lire aussi

Umam, la mémoire libanaise de Lokman Slim

Après l'assassinat de Lokman Slim, l’ambassadrice des États-Unis au Liban, Dorothy Shea, avait demandé qu'une enquête rapide soit menée afin "d’en sanctionner les auteurs (…) sans délai ni exception". Dorothy Shea avait qualifié l’assassinat d'"agression lâche contre les principes de démocratie, de liberté d’expression et de participation civique".

C'est dans le cadre de la loi Magnitsky que plusieurs responsables libanais ont été sanctionnés au cours des dernières années par Washington. Le Trésor et le département d'État américains ont notamment ordonné des sanctions à l'encontre du député et ancien ministre Gebran Bassil, chef du Courant patriotique libre (fondé par Michel Aoun), et des députés Youssef Fenianos (Marada, courant chrétien du Liban-Nord) et Ali Hassan Khalil, dont ils ont dénoncé la corruption et les liens avec le Hezbollah. Avant ces trois responsables, les personnes visées par les sanctions américaines étaient toutes liées au parti chiite.


Deux membres de la Chambre des représentants américains ont attiré, dans une lettre au président Joe Biden, son attention sur l'assassinat de Lokman Slim, intellectuel libanais et opposant notoire au Hezbollah, estimant que cet acte vise à "réduire au silence" d'autres activistes. Ils ont exhorté le chef de la Maison Blanche à utiliser la loi Magnitsky pour sanctionner toute personne...

commentaires (7)

Les crimes impunis, bénéficiant d'une couverture politique, représentent la plus grande menace pour l'humanité. Car, non sanctionnés, ils risquent de se répéter infiniment, et font régner la force du mal dans les sociétés. Le combat, dès lors, est universel pour protéger ce qui reste des valeurs humaines.

Esber

19 h 39, le 20 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Les crimes impunis, bénéficiant d'une couverture politique, représentent la plus grande menace pour l'humanité. Car, non sanctionnés, ils risquent de se répéter infiniment, et font régner la force du mal dans les sociétés. Le combat, dès lors, est universel pour protéger ce qui reste des valeurs humaines.

    Esber

    19 h 39, le 20 février 2021

  • TEXAS U.S.A. , 2 jours de froid , résultat ,33 MORTS , ( cause : hypothermie +Gaz Carbonique )pas d’électricité , pas d’eau , (catastrophe )etc. responsables qui plient bagages et se reposent au Mexique. Pour donner l’exemple oh chers AMERICAINS que ces ELUS US appellent Biden à utiliser la loi Magnitsky pour sanctionner leurs responsables..Tant que vous y êtes vous pouvez accuser le Hezbollah et l’Iran d’être la cause des changements CLIMATIQUES , allez .

    aliosha

    11 h 42, le 20 février 2021

  • "La violence trouve son seul refuge dans le mensonge, et le mensonge son seul soutien dans la violence. Tout homme qui a choisi la violence comme moyen doit inexorablement choisir le mensonge comme règle." Aleksandr Solzhenitsyn

    Sabri

    05 h 43, le 20 février 2021

  • Tout action pour renforcer la mémoire de ce Grand Homme est bienvenue!

    Wlek Sanferlou

    02 h 05, le 20 février 2021

  • IL NE FAUT PAS LES SANCTIONNER. IL FAUT LES SECTIONNER DANS TOUS LES SENS DU MOT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 59, le 19 février 2021

  • Et toujours pas un mot du président fort concernant ce crime abject. Il a perdu la langue avec le reste n dirait.

    Sissi zayyat

    18 h 42, le 19 février 2021

  • Waw les assassins sont en Iran chez les ayatollahs?????

    Eleni Caridopoulou

    17 h 51, le 19 février 2021

Retour en haut