Rechercher
Rechercher

Scan TV - scan tv

« Le Bazar de la Charité », une série incontournable

« Le Bazar de la Charité », une série incontournable

Pour tous ceux et celles qui n’ont pas le temps de s’engager dans une des séries interminables proposées par Netflix, d’autres choix sont disponibles durant cette période de confinement. Incontournable avec ses huit épisodes, Le Bazar de la Charité ou The Bonfire of Destiny (en anglais) est un drame historique français créé par Catherine Ramberg et réalisé par Alexandre Laurent. Basé sur une histoire vraie, inspirée de l’incendie tragique de 1897 dans le Bazar de la charité à Paris, il a été dévoilé en France le 18 novembre 2019 sur TF1. Il a ensuite été repris par Netflix pour être diffusé à l’international.

Le scénario de cette ambitieuse série d’époque a été écrit par Catherine Ramberg et Karine Spreuzkouski et suit trois femmes liées par le destin après l’incendie dévastateur du Bazar de la Charité. Les événements se déroulent à Paris en novembre 1897, lorsqu’un incendie tragique réduit en cendres le bâtiment du Bazar de la Charité. Le drame se produit lors d’un grand événement caritatif se déroulant sur les lieux. La catastrophe fera presque 130 morts, la plupart des victimes étant des femmes de la haute société et leur entourage.

La série raconte les conséquences de cette tragédie dans la vie de trois femmes, Adrienne de Lenverpré (Audrey Fleurot), Alice de Jeanson (Camille Lou) et sa femme de chambre, Rose Rivière (Julie de Bona), alors que la capitale française, tenue par une main de fer par des bourgeois conservateurs, subit des mouvements d’agitation d’anarchistes. Après l’incendie, ces trois femmes voient leur destin chamboulé par une série de mésaventures et de situations compliquées comme « le vol d’identité, l’amour interdit, la trahison et l’émancipation ». Le Bazar de la Charité nous présente d’abord Adrienne de Lenverpré, épouse de Marc-Antoine de Lenverpré (Gilbert Melki), qui se porte candidat à la présidence du Sénat. Celui-ci a récemment découvert que sa femme avait planifié un divorce dans son dos – une trahison qu’il ne prend pas à la légère. Dans le même temps, Adrienne découvre également que son mari a renvoyé leur fille Camille en internat, sans son consentement. Dans ce contexte tendu, Marc oblige son épouse à participer au Bazar de la Charité, qui se finira en drame. Dans le chaos qui succède à l’incendie, les survivants doivent affronter la nouvelle réalité et accepter leur destin changé à jamais, notamment pour les trois rôles féminins principaux. La série compte aussi dans ses rangs Josiane Balasko dans le rôle de Mme Huchon et Florence Pernel qui incarne Mathilde.

Malgré le potentiel considérable de cette histoire, on ignore encore si elle connaîtra une saison 2, car elle a été conçue comme une mini-série. Cette diffusion du Bazar de la Charité marque la première collaboration entre Netflix et TF1. La chaîne française s’est d’ailleurs vanté, à sa sortie, d’une valeur de production extrêmement élevée, puisque la série aura nécessité plus de 3 000 figurants, 1 500 costumes, 185 techniciens et plus de 100 voitures utilisées pour le filmer.

Une histoire vraie ?

Le Bazar de la Charité est inspiré d’une histoire tragique : celle d’un incendie dévastateur qui a tué plus d’une centaine de femmes de l’aristocratie et leurs dames de compagnie. Pour ajouter un peu plus de piquant, les scénaristes ont introduit des éléments de conspiration et de mystère autour de la personne qui aurait causé intentionnellement l’incendie. La série se concentre sur les personnages fictifs décrits comme ayant été affectés par l’incendie.

Dans les faits, le Bazar de la Charité était un événement caritatif qui avait lieu chaque année à Paris à partir de 1885 et accueillait des aristocrates du monde entier. En 1897, l’événement, organisé par Henry Blount, devient tristement célèbre à cause d’un immense incendie qui s’y déclare le deuxième jour. Cent vingt-six personnes, pour la plupart des femmes, perdent la vie et environ 150 sont gravement blessées.

L’événement était organisé dans un bâtiment entièrement en bois mesurant 80x13 mètres. Un cinématographe, destiné à la projection d’un film, avait été installé à l’entrée du bâtiment. L’incendie était causé par l’appareil cinématographique qui fonctionnait avec une lampe utilisant de l’éther et de l’oxygène. Après que celle-ci se fut soudainement éteinte en raison d’un manque de carburant, la déception des convives est immense. Alors qu’on ne lui avait laissé que deux minutes pour recharger la lampe, l’opérateur de l’appareil oublie de fermer la bouteille d’éther avant d’allumer une allumette. L’incendie éclate et se propage aux draperies en toile combustible sans que l’opérateur puisse l’éteindre.

Le lieu où se tenait le Bazar de la Charité ne disposait que de peu de sorties, de surcroît mal signalées, ce qui a eu pour effet de provoquer l’affolement des convives cherchant à échapper aux flammes. Plusieurs personnes sont également mortes après avoir été piétinées.


Pour tous ceux et celles qui n’ont pas le temps de s’engager dans une des séries interminables proposées par Netflix, d’autres choix sont disponibles durant cette période de confinement. Incontournable avec ses huit épisodes, Le Bazar de la Charité ou The Bonfire of Destiny (en anglais) est un drame historique français créé par Catherine Ramberg et réalisé par Alexandre Laurent....

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut