Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19 au Liban

Soixante décès et 2.879 nouveaux cas en 24h

La campagne de vaccination sera officiellement lancée au Grand Sérail dimanche.

Soixante décès et 2.879 nouveaux cas en 24h

Un volontaire de la Croix rouge libanaise désinfectant un collègue, devant l'hôpital LAU-Rizk Medical Center à Beyrouth, le 16 janvier 2021. Photo REUTERS/Ayat Basma

Le Liban, en déconfinement progressif, a enregistré 60 décès et 2.879 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24h, selon le dernier bilan officiel du ministère de la Santé publié mardi soir. Avec ces statistiques, le taux de contamination par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours s'élève à 21,6 %, un chiffre qui reste élevé. Au total, 324.859 personnes ont contracté le virus depuis février 2020, au nombre desquelles 3.737 sont décédées et 215.559 guéries. Parmi les cas toujours actifs, 2.285 personnes sont hospitalisées, dont 911 en soins intensifs.

La pandémie, qui a déjà emporté plusieurs personnalité libanaises, notamment le député et ex-ministre Jean Obeid, a fait une nouvelle victime, l'acteur vétéran Michel Tabet. Décédé à 91 ans, ce visage très connu du petit écran libanais souffrait de plusieurs maladies chroniques, selon la chaîne LBCI.

Le pays a entamé lundi son déconfinement progressif, après trois semaines de bouclage strict. Dans ce cadre, le couvre-feu total reste en vigueur, mais certains secteurs ont pu rouvrir leurs portes, notamment les magasins d'alimentation et les banques. Les personnes souhaitant se rendre dans ces établissements doivent se munir d'une autorisation de circuler, qui peut être obtenue en ligne ou par l'envoi d'un SMS. Toutefois, alors que ce mardi est férié dans le pays, la plateforme Impact, qui délivre ces autorisations, a annoncé en début de journée qu'elle n'octroierait des permis de sortie que dans des situations d'urgence et pour se rendre dans les supermarchés, et ce afin d'éviter tout abus. 

Lire aussi

Variants inquiétants du SARS-CoV-2 : le Liban au cœur de la tempête

Les autorités libanaises ont décidé du déconfinement progressif du pays, qui s'étendra sur quatre phases de deux semaines chacune, alors que les statistiques de contamination ne semblent pas vraiment baisser. Plus d'un test sur cinq sont toujours positifs, comme le montre la moyenne sur les deux dernières semaines rapportée par le ministère de la Santé. Quant aux hôpitaux, ils restent à la limite de leur capacité d'accueil. 

Dans le cadre de ces mesures, la Sûreté générale a annoncé que les portes de ses différents centres seraient rouverts "normalement" pour traiter les procédures administratives des citoyens. La frontière terrestre avec la Syrie restera, elle, fermée, mais il sera possible pour les Libanais souhaitant rentrer dans le pays de la traverser, aux postes-frontières de Masnaa et Abboudiyé, les 10 et 17 février. Les personnes désirant rentrer au Liban devront présenter un test PCR négatif effectué au cours des dernières 96 heures et se soumettre à un nouveau test lors de leur entrée dans le pays.

Lancement de la campagne de vaccination dimanche

Sur le plan des vaccinations, le bureau de presse de Hassane Diab a affirmé que la campagne officielle sera lancée dimanche depuis le Grand Sérail, au lendemain de la réception au Liban des premières doses. Le ministre Hamad Hassan a confirmé que les premiers vaccins arriveront samedi à Beyrouth. Il a également déclaré plus tôt dans la journée que "toutes les dispositions techniques et logistiques requises pour la vaccination sont assurées" et que "rien n'empêche le début de la campagne de vaccination d'ici lundi prochain". M. Hassan a fait cette déclaration lors d'une visite à l'hôpital gouvernemental de Marjeyoun.

Hassane Diab a de son côté reçu aujourd'hui au Grand Sérail le directeur régional de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient, Saroj Kumar Jha, et a évoqué avec lui l'aide offerte par la Banque mondiale au Liban, notamment en termes de fourniture de vaccins et de soutien aux familles les plus nécessiteuses.

Les premières doses du vaccin Pfizer/BioNTech doivent normalement arriver dans les prochains jours à Beyrouth, afin de lancer une campagne qui vise, d'ici à un an, à permettre une immunisation collective de 80% de la société. Des doses du vaccin britannique AstraZeneca/Oxford et du russe Spoutnik V devraient également être réceptionnées dans les prochaines semaines. Le vaccin sera administré gratuitement, aussi bien aux Libanais qu'aux ressortissants étrangers et sera fourni en priorité au personnel soignant et aux personnes âgées. 

Variant "libanais"

La rapidité de transmission du virus au Liban a fait par ailleurs craindre au directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le Dr Firas Abiad, l'apparition éventuelle d'un "variant libanais" du coronavirus. Un taux de "transmission communautaire" élevé donne au virus "l'environnement parfait pour muter et s'adapter", a-t-il souligné, estimant que d'autres facteurs comme la porosité de la frontière et la faiblesse du "programme de surveillance génétique du virus" peuvent également favoriser une telle mutation. Il a déploré le fait que "d'autres variants circulent déjà dans le pays et se propagent sans être détectés" et qui risquent de "muter à chaque fois qu'ils se transmettent". Avec une telle variante éventuelle, le virus "peut devenir plus contagieux, plus résistant aux vaccins, voire plus virulent", a-t-il mis en garde.

Lire aussi

Déconfinement : davantage de contrôle pour limiter les dégâts

Au cours des dernières semaines, des mutations du virus ont donné lieu à trois variants dits préoccupants, rapportés pour la première fois respectivement au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil. Ces mutants se sont ensuite rapidement propagés dans d'autres pays. Au Liban, le variant britannique se propage depuis le début de l'année et plusieurs foyers ont été identifiés, notamment dans les régions de Baabda, du Chouf, du Kesrouan, de Kobeyate et dans le Metn.

Le président de la commission parlementaire de la Santé, Assem Araji, a pour sa part regretté que le confinement n'ait pas été prolongé de deux semaines "pour mieux contrôler" la situation, estimant toutefois qu'un bon respect des mesures prévues devrait permettre de "faire baisser le nombre de contaminations". Il a toutefois exprimé, lors d'un entretien radiodiffusé, ses craintes face à la propagation rapide du variant anglais qui risque selon lui de réduire à zéro les avancées acquises par le confinement. Il a enfin réaffirmé que la vaccination contre le virus est "le seul remède efficace".


Le Liban, en déconfinement progressif, a enregistré 60 décès et 2.879 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24h, selon le dernier bilan officiel du ministère de la Santé publié mardi soir. Avec ces statistiques, le taux de contamination par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours s'élève à 21,6 %, un chiffre qui reste élevé....

commentaires (1)

Tant que je n’aurai pas vu de mes propres yeux les super congélateurs nécessaires à la conservation du vaccin, je ne croirai pas le technocrate de la santé qui a prouvé haut la main son incompétence la plus totale en matière de préservation de la santé publique. Je crains que ce vaccin ne se transforme rapidement en placebo. Les exemples de denrées alimentaires avariées suite à une décongélation et une re congélation sont là pour nous permettre de nous méfier de l’insouciance des équipes du ministère de la santé, il n’y a qu’à débarquer à l’aéroport de Beyrouth pour voir le manque de sérieux de ces équipes

Liberté de Penser

09 h 28, le 10 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Tant que je n’aurai pas vu de mes propres yeux les super congélateurs nécessaires à la conservation du vaccin, je ne croirai pas le technocrate de la santé qui a prouvé haut la main son incompétence la plus totale en matière de préservation de la santé publique. Je crains que ce vaccin ne se transforme rapidement en placebo. Les exemples de denrées alimentaires avariées suite à une décongélation et une re congélation sont là pour nous permettre de nous méfier de l’insouciance des équipes du ministère de la santé, il n’y a qu’à débarquer à l’aéroport de Beyrouth pour voir le manque de sérieux de ces équipes

    Liberté de Penser

    09 h 28, le 10 février 2021

Retour en haut