Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Samy Gemayel : Les Kataëb n'ont plus confiance dans les FL

"Je ne suis pas candidat à la présidence de la République", affirme le chef des Kataëb. 

Samy Gemayel : Les Kataëb n'ont plus confiance dans les FL

Le chef des Kataëb au siège du parti, à Beyrouth. Photo d'archives Ani

Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, qui se positionne dans l'opposition aux forces politiques actuellement au pouvoir, a déclaré que son parti n'avait "plus confiance dans les Forces libanaises" de Samir Geagea, un autre parti chrétien qui se revendique également de l'opposition. Il leur reproche notamment de faire partie du compromis qui a permis à Michel Aoun d'accéder à la présidence de la République. 

Ces propos de M. Gemayel, tenus lors d'un entretien diffusé lundi soir sur la chaîne al-Hurra, viennent porter un coup à l'initiative que souhaite lancer Samir Geagea en se plaçant au cœur d'un large front d'opposition au mandat du chef de l'Etat. Un responsable FL avait dans ce cadre annoncé à L'OLJ que le parti allait "entamer des contacts en direction des Kataëb, du courant du Futur, du Parti socialiste progressiste (PSP), du Parti national libéral (PNL), du Bloc national et de personnalités d’opposition indépendantes et de groupuscules de la société civile" afin de constituer ce front, dans une démarche qui viendrait faire écho à la constitution d’un autre front qu’on dit en gestation, celui du club sunnite qu’avait rejoint le chef du PSP, Walid Joumblatt, il y a quelques jours.

"Les Kataëb n'ont plus confiance dans le directoire des FL et je pense d'ailleurs que la confiance est également rompue entre les responsables FL et leur base", a déclaré M. Gemayel. Il a souligné que si "l'audience" du parti de Samir Geagea se veut "résistante", le directoire de ce parti "a permis le compromis" avec le Courant patriotique libre (CPL, aouniste). "Je n'ai pas confiance dans le fait que les FL diffèrent de la classe politique au pouvoir alors qu'elles font partie de ce compromis, qu'elles ont approuvé la loi électorale (de 2017, ndlr) qui a permis au Hezbollah d'accéder au pouvoir", a ajouté le responsable. "Les FL changent de point de vue en fonction de leurs intérêts et de leurs calculs partisans", a encore accusé Samy Gemayel.

La réponse des FL
Il a encore reproché aux FL de "dire qu'ils sont contre les armes du Hezbollah mais d'avoir voté pour le candidat du parti chiite à la présidentielle", Michel Aoun. "Il est temps de comparer les paroles aux actes", a-t-il déclaré. Et d'accuser le président de la République d'avoir "couvert les armes" du parti chiite, ce qui a provoqué l'isolement du Liban sur la scène arabe et internationale".

Pour mémoire

Comment les Forces libanaises tentent de surfer sur la révolution

Evoquant la constitution d'un éventuel front d'opposition, Samy Gemayel a indiqué qu'une telle initiative "n'avait pas encore été lancée", mais qu'il était en contact avec "certaines parties" afin de proposer un cadre "fédérateur". "Il est temps de proposer aux Libanais une alternative aux méthodes actuelles, basées sur les tricheries", a-t-il poursuivi.

Dans un communiqué, les Forces libanaises ont répondu aux propos de Samy Gemayel, l'accusant de vouloir "faire échouer les efforts des FL pour former un front sérieux d'opposition". "M. Gemayel accuse les FL d'avoir fait partie du compromis présidentiel, ce qui est trompeur. Il est en effet devenu clair que le compromis a été conclu entre le CPL et le courant du Futur et que les FL ont choisi de participer à l'élection de Michel Aoun parce qu'il n'y avait pas d'alternative et que la vacance présidentielle durait depuis deux ans et demi". Le parti de Samir Geagea a encore déploré le fait que le chef des Kataëb cherchait à lui faire porter "la responsabilité des actes du président Aoun et du chef du CPL, Gebran Bassil", rappelant par ailleurs que le parti de Samy Gemayel s'était présenté aux élections législatives sur des listes comportant des personnalités du groupe parlementaire aouniste. Le bureau de presse des FL a par ailleurs qualifié de "mensonges" les informations de M. Gemayel selon lesquelles la confiance était rompue entre le directoire des FL et sa base.

"Les campagnes de dénigrement (...) n'auront aucun effet sur les Kataëb et les Libanais qui affrontent ce système en place et qui ambitionnent un nouveau Liban", a répondu le parti de Samy Gemayel aux FL. La formation a également appelé ses partisans à s'abstenir de polémiquer avec ceux des FL sur les réseaux sociaux.

Présidentielle 2022
"Je ne suis pas candidat à la présidence de la République", a en outre déclaré le responsable politique maronite, ajoutant "ne pas savoir ce que le futur lui réserve".

Concernant les élections législatives, attendues en mai 2022, le chef des Kataëb a dit craindre "une tentative qu'elles ne volent en éclats, alors que le peuple a le droit de décider de son avenir". "Nous lutterons par tous les moyens possibles contre cette éventualité", a-t-il assuré.
Les trois députés des Kataëb, Samy Gemayel, Nadim Gemayel et Elias Hankache, font partie des huit membres du Parlement qui ont démissionné après les explosions du port de Beyrouth, en août 2020.

Un cadre FL interrogé par L'OLJ avait affirmé lundi être non seulement en faveur de législatives anticipées, mais également d'une présidentielle, avant les échéances de 2022, pour lesquelles les partis politiques préparent d’ores et déjà le terrain. Certaines formations veulent en effet préserver les acquis obtenus depuis le soulèvement du 17 octobre 2019, tandis que d’autres, et c’est le cas de la majorité des protagonistes, souhaitent améliorer leur score et leur présence en espérant récupérer une partie de leur base séduite par la révolution.

Les Forces libanaises et les Kataëb pourraient d'ailleurs sortir renforcés en cas d’élections anticipées et les réclament depuis un certain temps, en raison de l’effondrement du système en place. Ayant rejoint assez tôt, notamment en ce qui concerne les Kataëb, les rangs de l’opposition, les deux formations, qui n’ont pas été huées autant que les autres dans la rue, peuvent encore tabler sur leurs bases populaires respectives pour s’attirer des voix et récupérer une partie des déçus du aounisme. Le Courant patriotique libre, justement, arrivé en tête en 2018, est sûrement la formation qui risquerait de perdre le plus de sièges en cas d’élections anticipées. C’est au président et à son parti qu’une large part de l’opinion publique fait assumer une grande partie de la responsabilité de la faillite du pays et de l’effondrement.


Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, qui se positionne dans l'opposition aux forces politiques actuellement au pouvoir, a déclaré que son parti n'avait "plus confiance dans les Forces libanaises" de Samir Geagea, un autre parti chrétien qui se revendique également de l'opposition. Il leur reproche notamment de faire partie du compromis qui a permis à Michel Aoun d'accéder à la présidence...

commentaires (16)

Ce ne sont que des gamins qui n'ont pas mûri, qu'ils soient de la majorité ou de l'opposition. Quelle bande de clowns !

Robert Malek

20 h 18, le 19 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • Ce ne sont que des gamins qui n'ont pas mûri, qu'ils soient de la majorité ou de l'opposition. Quelle bande de clowns !

    Robert Malek

    20 h 18, le 19 janvier 2021

  • Chers amis de l’opposition ASSEZ DE QUERELLES DE CLOCHER alors que le bateau coule est que la milice contrôle encore et toujours le pays, vous n’avez donc rien appris de toutes ces souffrances. De grâce si c’est de la présidentielle qu’il s’agit elle va encore une fois aveugler tous les leaders maronites. Bien que je pense personnellement que dans un régime parlementaire le poste de président n’importe peu rien n’y fait; la seule solution pour à la fois en finir du confessionnalisme et s’assurer de le représentativité de tous est de faire comme en Suisse avec une rotation des 3 présidences ainsi que des 3 autres postes de gouverneur banque centrale, chef de l’armée et chef de la sureté générale entre les 6 grandes communautés du pays. Peu m’importe la religion de chacun tant qu’il fait allégeance au Liban et au LIBAN seul.

    Liban Libre

    19 h 20, le 19 janvier 2021

  • Dommage. C’est stupide et petit de la part de Samy.

    Akote De Laplak

    19 h 16, le 19 janvier 2021

  • Honte à tous ces maronites qui continuent à se diviser car chacun ne cherche que son intérêt pour accéder à la magistrature suprême. Ils se battent entre eux pour cette maudite chaise. Il faut interdire à toute personne qui représente un parti politique de se présenter aux élections présidentielles. Le prochain président devra être un homme neutre, intègre, honnête et issu de la société civile. Il en va de même du 1er ministre. Quant au Président du parlement, il devra être élu parmi les nouveaux députés non affiliés à un parti politique.

    carlos achkar

    18 h 58, le 19 janvier 2021

  • C'est une honte que les chrétiens se disputent ils font la joie du Hezbollah ?????

    Eleni Caridopoulou

    18 h 48, le 19 janvier 2021

  • La machine à perdre s'est mise en place pour les patriotes à cause des divisions. Dans une descente aux enfers on ne soucie pas avec qui nous seront dans la cabine mais comment arrêter la machine et s'en sortir. La majorité des maronites qui savent lire et écrire se regardent dans le miroir et se disent, pourquoi pas moi comme prochain président? Je pense qu'il n'y a qu'un seul homme politique (industriel très riche) qui serait capable de fédérer tous les chrétiens et tous les musulmans pour devenir le président de tous en 2022!

    MGMTR

    18 h 16, le 19 janvier 2021

  • Du négativisme primaire stérile entre frères ennemis. Les 2 devraient céder le leadership, commencer par des élections internes à chaque parti. Geagea traîne des casseroles qui le poursuivront toute sa vie, il est temps qu'il le comprenne et qu'il se mette en retrait. Après ça un front commun d'opposition rassembleur serait possible.

    Desperados

    18 h 12, le 19 janvier 2021

  • Dommage Monsieur Gemayel, ce n'est nullement le moment des petitesses que vous évoquez. Vos comptes trompeurs ne vous mèneront nulle part , soyez tranquille, vous êtes en train de de perdre.

    Esber

    17 h 13, le 19 janvier 2021

  • Cher Samy, ne commettez pas l'erreur de boycotter les FL. Samir a commis des erreurs dont certaines monumentales. Vous aussi, ne serait-ce que la dernière, qui est celle d'avoir démissionner. UNISSEZ_VOUS POUR QUE SE TIENNENT LES PROCHAINES LÉGISLATIVES EN TEMPS ET EN HEURE !!!! Vous ne devez que faire ça, rien d'autre.

    DJACK

    16 h 45, le 19 janvier 2021

  • Le jour ou tous les partis de l'opposition, comprendrons que le NOUS, est bien plus fort que le JE, il y aura une lueur d'espoir pour le Liban ! Diviser encore les votes surtout dans cette période critique, ne fait que renforcer le Hezbollah et ses alliés. Mon message est aussi pour les mouvements qui ont été créés post 17 octobre 2019 ! Et pourtant un proverbe qui a été mainte fois confirmé dans l'histoire... L'UNION FAIT LA FORCE ! Mettez vos différents politiques et personnels de côté pour UNE FOIS DE VOTRE MISÉRABLE VIE POLITIQUE !

    Marwan Takchi

    15 h 55, le 19 janvier 2021

  • Il a raison cheikh Samy de ne plus avoir confiance dans le chef des Ouèètes qui croit encore à son heure pour la présidence. On peut déjà conclure que le malheur d’une des grandes formations chrétiennes est son chef, oui mais ça, c’est connu. L’autre malheur, c’est la politique politicienne qui continue en pleine pandémie, et que les gens n’ont pas la tête à ce genre de manœuvres, et que certains politiciens profitent de la triple catastrophe pour poursuivre leurs activités comme si de rien n’était. On peut rappeler au leader phalangiste que son cher père s’est intervenu en 2016 à Baabda pour lui obtenir un poste ministériel, mais que finalement, et c’est à son honneur, les quelques députés qui lui sont affiliés ont démissionné, ce qui rendra et contrairement à certains, le casier politique et judiciaire vierge. J’ai mal pour mon pays, et de malheur en malheur, quel pays de malheur, mais on s’en sortira par la seule volonté de Dieu.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    14 h 54, le 19 janvier 2021

  • C’est un secret de polichinelle que si Samir Geagea n’avait pas soutenu Aoun à la présidence en 2016 alors on aurait eu Sleiman Frangié comme président grâce aux traîtres Hariri et Joumblatt et pire que tout le CPL n’aurait pas connu l’usure du pouvoir, il aurait pu récupérer une partie de l’opposition. Quant à la saisie de la CPI, wait and see. Déjà Al-Jadid a soulevé des indices impliquant l’ennemi assadien. Sami Gemayel a montré à Samir Geagea qu’il ne peut pas plus compter sur lui que sur les traîtres Hariri et Joumblatt pour le front d’opposition élargi dont le pays a tant besoin. Qu’à cela ne tienne, les FL n’ont au final besoin ni des traîtres ni des révolutionnaires en herbe mais uniquement du peuple libanais ! Et c’est un autre secret de polichinelle que la popularité de Samir Geagea va bien au delà de la seule rue chrétienne, voilà pourquoi Samir Geagea fait si peur à l’Axe de l’Imposture Khameneï-Assad-milices chiites multinationales et à ses suppôts locaux et complices avoués ou non.

    Citoyen libanais

    14 h 29, le 19 janvier 2021

  • Je souhaite bonne chance a Sami Gemayel, sincèrement. quelque part il représente l'alternance souverainiste chrétienne. Mais il risque de se retrouver bien isolé s'il n’amène pas au parlement un groupe de députes (au moins 5 donc). pour cela, il va falloir faire des alliances, pas cracher sur les mains tendus.

    Lebinlon

    14 h 17, le 19 janvier 2021

  • "... pour récupérer une partie des déçus du aounisme ..." - J'espère seulement qu'ils ne tomberont pas en panne sous l'afflux, à l'instar de Signal...

    Gros Gnon

    14 h 10, le 19 janvier 2021

  • Samy Gemayel à malheureusement raison, depuis les dernières élections le chef des FL s'est décrédibilisé en raison d'obscurs intérêts qui lui ont laissé croire qu'il accéderait, logiquement à la présidence au nom de l'alternance et ses différentes prises de position ne le grandissent pas quand, notamment, il déclare : que s'il était président de la république il démissionnerait puis quelques jours plus tard il déclare qu'une présidentielle anticipée ne serait que de la poudre aux yeux... Par ailleurs, indépendamment de la démission de ses membres d'un précèdent gouvernement le parti des FL est tout de même considéré comme une partie intégrante de ce système gangréné . Quand il déclare qu’au cas où l’enquête locale de la double explosion n’aboutirait pas, son parti essaierait à tout prix de saisir la Cour pénale internationale, ce qui ne s'est jamais traduit dans les faits. en outre, intention tout à fait louable, il a refusé de cautionner Hariri comme premier ministre, mais ce dernier est il devenu plus infréquentable que ne l'ont été ceux qui l'ont "roulé" dans la farine en 2017 ? Maintenant il semble que l'on doit faire table rase sur tous ces chefs qui nous ont mené à cette catastrophe.

    c...

    13 h 34, le 19 janvier 2021

  • C,EST LE CPL, LE HEZBOLLAH ET LE BERRIOTE QUI SONT EXCLUSIVEMENT RESPONSABLES DE L,EFFONDREMENT POLITIQUE, ECONOMIQUE, FINANCIER ET DE LA DESCENTE AUX ENFERS DU PAYS AVEC LE PEUPLE AFFAME ET VOLE DE SES ECONOMIES D,UNE VIE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 31, le 19 janvier 2021

Retour en haut