Rechercher
Rechercher

Cinéma

Un casting de rêve pour des « Perfect Strangers » arabes

Les sociétés Empire International, Film Clinic et Front Row ont annoncé le début du tournage, début février, du remake en arabe du film de Paolo Genovese « Perfect Strangers », avec de belles têtes d’affiche comme Nadine Labaki, Diamand Abou Abboud, Georges Khabbaz, Adel Karam, Mona Zaki et Eyad Nassar.

Un casting de rêve pour des « Perfect Strangers » arabes

Nadine Labaki, Adel Karam, Diamand Abou Abboud, Gorges Khabbaz, Mona Zeki et Eyad Nassar seront à l’affiche de la version arabe du film « Perfect Strangers » réalisée par Wissam Smayra. Photos Facebook

Après maints ajournements et retards en raison de l’état sanitaire du pays, les producteurs libanais Mario Haddad Jr. (Empire International), Gianluca Chacra (Front Row) et le directeur du festival du Caire Mohamed Hefzy (Film Clinic) ont fixé une date (le 2 février) pour le début du tournage du film Perfect Strangers en version libanaise. Une initiative audacieuse et intéressante que celle de tourner un film en ces temps de pandémie, avec un casting de rêve composé jusqu’à présent de Nadine Labaki (Capharnaüm), Diamand Abou Abboud (L’Insulte), Georges Khabbaz (Ghadi) et Adel Karam (L’Insulte) qui sont rejoints par la star égyptienne Mona Zaki (30 Years Ago) et le comédien jordanien Eyad Nassar (The Looming Tower). Ce remake pourrait être le prélude à la naissance d’une industrie du cinéma arabe car il a le mérite d’être un premier projet fondateur qui en appellera d’autres et qui devra lancer à l’avenir la coproduction arabe.

Un travail collectif

Mario Haddad Jr., président d’Empire International et coproducteur du film, raconte cette aventure cinématographique empreinte d’amitié et de solidarité. « L’idée de faire des coproductions panarabes a commencé avec Gianluca Chacra et Mohamed Hefzy. Nous avions remarqué que le film libanais ne voyageait pas dans les pays arabes et que nos comédiens n’étaient pas célèbres hors de nos frontières. Idem pour les films arabes. Ainsi, un film émirati n’a d’avenir qu’aux Émirats tout comme un film saoudien qui n’est projeté qu’en Arabie saoudite. Seuls les films égyptiens sont distribués dans les pays arabes car l’Égypte a une histoire cinématographique de plus de 50 ans et les acteurs et actrices égyptiens font déjà partie d’un star system. Ainsi, si Mona Zaki jouit d’une notoriété dans le monde arabe, personne, en revanche, ne connaît Diamand Abou Abboud ou Adel Karam hors des frontières libanaises, alors que ce sont des stars bien confirmées de chez nous. » Et de poursuivre : « Nous avons pensé faire des coproductions arabes pour créer une véritable industrie du film pas uniquement libanaise, faute de fonds nécessaires, mais arabe. Et nous avons créé cette petite société où l’on pourrait trouver réunis sur un même film des réalisateurs, acteurs, monteurs de tous les pays du Moyen-Orient. » C’est le producteur de la société Front Row, Gianluca Chacra, qui a alors pensé à ce film magnifique comme point de départ. Pour Chacra, Perfect Strangers représente une histoire universelle susceptible de toucher tous les publics. Tourné en 2016, le film de Genovese a rapidement été l’objet de remakes, 18 à ce jour, distribués de la Corée à la France.

Le processus de « Perfect Strangers »

Dans ce long-métrage, qui sera assurément adapté à la réalité libanaise tout en respectant l’authenticité du scénario initial – c’est Gabriel Yammine qui signe l’écriture du texte en « libanais » –, l’action se déroule en huis clos. Sept amis de longue date qui étaient sur les mêmes bancs de l’Université américaine de Beyrouth, et dont certains sont aujourd’hui en couple, se retrouvent un soir autour d’un dîner. C’est alors que l’un d’eux propose un jeu : « Et si chacun d’entre nous posait son téléphone portable sur la table et partageait ouvertement tous les messages et communications reçus ? » Un jeu dangereux qui ouvre la boîte de Pandore et dévoile toute la vie intime d’une personne. Un exercice qui nous apprend qu’on ne connaît pas vraiment ses amis puisque le téléphone mobile qu’on porte amoureusement dans nos poches est bien un minicoffre à secrets très personnels.

Lire aussi

Le grand coup de pouce français au cinéma libanais prend rapidement forme

Très impliqués dans le film et dans le processus en entier avec, pour tous financements, les leurs, les producteurs affirment que cette aventure fut une réelle partie de plaisir « car, indique Mario Haddad Jr., on se connaît tous et on a fait un travail collectif tant dans le choix du réalisateur que dans le casting final. Et si nous avons choisi Wissam Smayra comme réalisateur, c’est parce que c’est un ami qui affiche un parcours riche dans le milieu du film et qui utilise le même langage cinématographique que nous ». Quant à Smayra, il se dit ravi et excité d’avoir à diriger ce film. « C’est un peu comme mon premier bébé », affirme le réalisateur de pub depuis plus de vingt ans. Wissam Smayra possède en effet à son actif plus de 400 clips publicitaires et quelques courts-métrages tournés à Dubaï, en France et au Liban. Sa boîte de production, Clandestino Films (qui n’est pas cependant impliquée dans le film Perfect Strangers), est basée au Liban et à Dubaï. Il a récemment réalisé la partie libanaise du concert du chanteur Mika I Love Beirut, à la suite de l’explosion du 4 août, ainsi que le court-métrage tourné au Liban qui a été diffusé lors du concert. Concernant Perfect Strangers, il précise : « Ce n’est pas un film traduit en arabe, mais un remake du film adapté à notre culture. Mon défi dans cet exercice filmique est de me démarquer des autres versions car il y aura toujours des spectateurs qui voudront comparer à telle ou telle version. » Et de conclure : « Le casting de ce film est fabuleux et les comédiens ont tout de suite été partants pour ce projet. Toute l’équipe du film est déjà prête. Nous attendons le 2 février avec impatience. En outre, pour éviter tout risque de contamination, nous avons établi un protocole sanitaire unique : des tests au minimum hebdomadaires et parfois journaliers. Tous les comédiens se sont soumis aux règles d’hygiène car nous ne pouvons prendre aucun risque. » Le clap du début peut donc retentir...


Après maints ajournements et retards en raison de l’état sanitaire du pays, les producteurs libanais Mario Haddad Jr. (Empire International), Gianluca Chacra (Front Row) et le directeur du festival du Caire Mohamed Hefzy (Film Clinic) ont fixé une date (le 2 février) pour le début du tournage du film Perfect Strangers en version libanaise. Une initiative audacieuse et intéressante que...

commentaires (0)

Commentaires (0)