Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Dix-sept décès en 24h, bond du nombre d'hospitalisations

"Ce que nous voyons est un désordre qui pourrait conduire à une catastrophe, surtout avec l'absence de lits en unités de soins intensifs", dénonce Araji.

Dix-sept décès en 24h, bond du nombre d'hospitalisations

Des pêcheurs le long de la corniche de Beyrouth, en décembre 2020. Photo Marc Fayad

Alors que les mesures de lutte contre le coronavirus au Liban seront allégées à partir de demain à l'aube, les derniers chiffres ne sont toujours pas rassurants. Le pays a ainsi enregistré 17 décès et 1.693 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié mardi. Le taux de résultats positifs moyen pour les deux dernières semaines, par rapport au nombre de tests effectués, est de 12.8 %, en très légère baisse par rapport à lundi. Ces chiffres font grimper à 160.979 le nombre cumulé des contaminations depuis l’apparition du virus au Liban en février, au nombre desquels 1.311décès et 115.124 guérisons. Parmi les personnes actuellement contaminées, 1.034 sont hospitalisées, dont 418 en soins intensifs. Hier, le nombre de personnes hospitalisées s'élevait à 989.

Lundi, le ministère de l'Intérieur avait annoncé que du mercredi 23 décembre au vendredi 1er janvier, le couvre-feu imposé pour lutter contre la pandémie sera allégé de 3h à 5h, au lieu de 23h30 à 5h comme c'est le cas jusqu'à ce soir. Pendant cette période, les pubs et boîtes de nuit pourront ouvrir leurs portes à condition qu'ils fonctionnent comme des restaurants. Ces établissements, tout comme les restaurants, ne pourront accueillir des clients qu'à 50 % de leur capacité de salle et il sera interdit d'y danser. Les marchés populaires, les centres commerciaux, ainsi que les cinémas et théâtres pourront également ouvrir de 5h à 23h, tandis que les événements organisés à l'occasion de mariages, obsèques et les événements culturels pourront être organisés à 50 % des capacités des salles dans lesquels ils se tiennent. Cet assouplissement des mesures de prévention fait craindre aux experts et au secteur médical une augmentation des cas en janvier, et, dans ce cadre, le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, n'a pas exclu l'éventualité d'un reconfinement du pays en début d'année, si cela s'avérait nécessaire, notamment si les unités de soins intensifs deviennent saturées. 

Lire aussi

Épuisé, mal équipé et sous-payé : au Liban, le corps soignant sous une pression extrême

Parallèlement, face à la mutation du coronavirus observée dans le sud de l'Angleterre, les autorités ont renforcé les mesures de prévention pour les personnes arrivant de Londres, qui seront désormais soumises à un test de dépistage PCR à l'aéroport, avant de passer un second test dans les 72 heures suivant leur atterrissage. Ces tests viendront s'ajouter à celui que doivent passer les voyageurs dans les 96 heures précédant leur voyage. Les cas positifs éventuels devront être confinés dans des centres prévus à cet effet. Cette mesure est moins sévère que celle qui avait été recommandée par les experts, qui recommandaient une suspension des vols en provenance de Londres pour quelques jours, à l'instar de nombreux autres pays.

"Responsabilité morale"
Commentant ces différentes mesures et le nombre élevé de contaminations, et à la lumière des fêtes qui approchent, le chef de la commission parlementaire de la Santé, le député Assem Araji, a appelé à la plus grande prudence. "Tout voyageur en provenance de Grande-Bretagne doit être mis en quarantaine et suivi. Pendant les vacances, un engagement total en faveur des mesures préventives doit être observé, sans quoi les contaminations augmenteront. Ce que nous voyons est un désordre qui pourrait conduire à une catastrophe, surtout avec l'absence de lits en unités de soins intensifs", a dénoncé le député. "Une responsabilité morale incombe aux restaurants et bars qui ouvriront pendant les vacances. Le ministère de l'Intérieur et le ministère du Tourisme doivent les surveiller et les sanctionner s'ils ne se conforment pas aux règles", a affirmé M. Araji.

Lire aussi

La nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus inquiète les épidémiologistes

Le directeur de l'hôpital Rafic Hariri de Beyrouth, en première ligne contre la pandémie, a de son côté regretté que le Liban n'ait pas fermé sa frontière aux voyageurs en provenance du Royaume-Uni, estimant qu'il était difficile de garantir que les passagers se conformeront aux mesures de prévention. Le Dr. Firas Abiad a encore appelé, lors d'un entretien sur la chaîne locale LBCI, à ce que des mesures soient "prises rapidement" pour ne pas permettre à cette nouvelle variante du virus d'arriver au Liban. Il a souligné que, selon les chiffres, le virus était encore "très répandu" dans le pays et que 80 % des lits en soins intensifs étaient actuellement occupés.


Alors que les mesures de lutte contre le coronavirus au Liban seront allégées à partir de demain à l'aube, les derniers chiffres ne sont toujours pas rassurants. Le pays a ainsi enregistré 17 décès et 1.693 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié mardi. Le taux de résultats positifs moyen pour les deux...

commentaires (1)

QU,EN SERAIT-IL SI POUR UNE ANNEE ON OUBLIE LES FESTIVITES ET ON SE CONCENTRE SUR LE VRAI CONFINEMENT, PORT DU MASQUE ET DISTANCIATION POUR SE SAUVER LA VIE ET SAUVER LA VIE DE SA FAMILLE, DE SES PARENTS ET AMIS ET DE TOUT CHACUN ? IL FAUT DE LA VOLONTE, DES RESPONSABLES COMPETENTS ET DES CITOYENS NON M,ENFOUTISTES. OU LES TROUVER AU LIBAN ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

20 h 12, le 22 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • QU,EN SERAIT-IL SI POUR UNE ANNEE ON OUBLIE LES FESTIVITES ET ON SE CONCENTRE SUR LE VRAI CONFINEMENT, PORT DU MASQUE ET DISTANCIATION POUR SE SAUVER LA VIE ET SAUVER LA VIE DE SA FAMILLE, DE SES PARENTS ET AMIS ET DE TOUT CHACUN ? IL FAUT DE LA VOLONTE, DES RESPONSABLES COMPETENTS ET DES CITOYENS NON M,ENFOUTISTES. OU LES TROUVER AU LIBAN ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 12, le 22 décembre 2020

Retour en haut